L'Avenir Agricole et Rural 30 janvier 2014 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

ZONES VULNÉRABLES - LA FDSEA PLAIDE À NOUVEAU LA CAUSE

La FDSEA avait demandé un rendez-vous au ministère dès le mois de Juin 2013 pour exposer les conséquences de la réforme de la PAC. Elle a enfin obtenu cette rencontre grâce à l’intervention de Bruno Sido. Les échanges ont été constructifs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La délégation haut-marnaise a été reçue par le directeur adjoint du cabinet du Ministre de l’agriculture, M. Lemoing et le conseiller technique, chargé du dossier PAC, M. Maurer.
La délégation haut-marnaise a été reçue par le directeur adjoint du cabinet du Ministre de l’agriculture, M. Lemoing et le conseiller technique, chargé du dossier PAC, M. Maurer. - © JL Blondel

Si les grandes lignes de la redistribution des soutiens ont été arbitrés par le Président de la République lors du sommet de l’élevage, il reste encore des marges de négociation, en particulier sur le second pilier.

 

Une MAE spécifique aux zones intermédiaires

Après avoir démontré l’impact fortement négatif de la réforme sur les zones intermédiaires et leur extrême fragilité, Thierry Lahaye a convaincu les conseillers du Ministre de l’Agriculture de la nécessité de prendre des mesures spécifiques.

En effet, les systèmes de polyculture-élevage risquent d’être oubliés ou de passer complètement à côté de la MAE prévue à cet effet. En accord avec le groupe zones intermédiaires de la FNSEA, la délégation Haut-Marnaise a suggéré d’élaborer une mesure spécifique permettant de maintenir au minimum les budgets du 2ème pillier qui sont actuellement accordés à ces zones, en particulier au titre de la mesure rotationnelle qui est complètement passé à la trappe de l’enveloppe FEADER notifiée aux régions.

Les arguments présentés dans le dossier ont paru pertinents aux conseillers du ministre qui ont assuré que des groupes de travail seraient tenus prochainement sur ce thème.

Il conviendra ensuite de convaincre le Conseil Régional de Champagne-Ardenne de la nécessité de revoir la maquette financière qui manque d’ambition sur les MAEC.

 

Les souhaits de la FDSEA 52

- Limiter et amender le paiement redistributif en prenant en compte tous les actifs à temps plein et le potentiel des sols en fixant un seuil > à 52 ha, par exemple,

- Atténuer le plus possible les effets «plafond» et «dégressivité» faute de pouvoir généraliser la transparence sur toutes les exploitations (ex : dégressivité PMTVA trop brutale, plafond des aides du 2ème pilier),

- Fixer un cadre souple pour les MAEC qui seront proposées aux Régions,

- Ajouter une MAEC avec une entrée principale sur la rotation en plus de la diversité des cultures déjà prévue dans le verdissement,

- Conserver les équivalences actuelles sur les SIE, notamment les lisières de forêts,

- Mettre en place une politique de modernisation des bâtiments d’élevage renforcée dans les zones intermédiaires.

Incidences de la PAC

- Sur le premier pilier :

Convergence : impact faible car nous sommes proches du DPU moyen

Paiement redistributif : perte de 7,5 M (soit 25 /ha à l’échéance 2018) (1)

Aide couplée : impact incertain sur les PMTVA car nous avons des troupeaux importants

Couplage protéagineux ? Nous espérons pouvoir relancer la production de légumineuses fourragères.

 

- Sur le deuxième pilier :

Nous allons perdre la MAER (100 000 ha à 32 ) = 3,2 M

Et la PHAE hors zone défavorisée (6824 ha à 76 /ha) = 0,5M

(1) – Prélèvement 20 % de 75 M€ = 15 M€

- Retour (1600 exploitations x 90 x 52 ha) = 7,5 M

Quelle PAC pour quel objectif

- Objectif du Gouvernement: donner la priorité à l’élevage

- Objectif de l’Union Européenne : stratégie Europe 2020  «pour atteindre une meilleure cohésion économique, sociale et territoriale»

 

Nos préoccupations sont les mêmes mais il ne faut pas se tromper de moyens !

• Le paiement redistributif est inéquitable car il ne prend pas en compte les individus ni les potentiels des sols.

• Les MAEC «système» comprennent des critères de spécialisation et des exigences environnementales inadaptées à nos contraintes de zone intermédiaire (ex : IFT herbicides, gestion de l’herbe).

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2473 | décembre 2017

Dernier numéro
N° 2473 | décembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui