L'Avenir Agricole et Rural 18 février 2021 a 10h00 | Par E. HENRY

Vol en escadron autour de la grue cendrée

La problématique de l’indemnisation des dégâts dus à la grue cendrée a justifié une descente sur le terrain à Manonville (54), suivie d’un comité de pilotage régional.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Le 4 décembre dernier, lors du COPIL (Comité de pilotage) grue cendrée, la Région annonçait ne pas pouvoir indemniser les dégâts à hauteur de 80 % comme les années précédentes, mais à 50 % afin de ne léser aucun agriculteur. Une des raisons invoquées alors était la forte augmentation des dégâts (et donc de l’enveloppe d’indemnisation) en Meurthe-et-Moselle dans un secteur peu touché habituellement.

Pascale Gaillot, la vice-présidente du Conseil régional, déléguée à l’agriculture, a donc voulu en comprendre la raison, en se rendant sur place, le 26 janvier à Manonville en Meurthe et Moselle.

Ce à quoi, le tandem meurthe-et-mosellan, Luc Barbier, président de la FDSEA et Laurent Rouyer, président de la Chambre d’agriculture, argumente autour de l’impossibilité de décaler les dates de semis, dans un contexte climatique de plus en plus fluctuant. Sébastien Delanery, responsable du dossier faune sauvage au sein de la FRSEA Grand Est et représentant marnais par ailleurs, renchérit en martelant : « Ce n’est pas aux agriculteurs de s’adapter aux grues, nous semons dès que possible, en fonction des conditions météorologiques».


Face à l’impossibilité, en l’état des connaissances et des contraintes actuelles, de pallier les dégâts de grue, l’idée de faire peser la responsabilité de l’indemnisation sur d’autres entités que la Région a été lancée : pourquoi ne pas solliciter l’Etat et les Départements ?

L’indemnisation sera assurée
La semaine suivante, le Comité de pilotage grue cendrée s’est réuni en visioconférence, le 2 février. Conduite par Pascale Gaillot, la réunion portait d’abord sur les modalités d’indemnisation pour la campagne 2019-2020, avec une nouvelle rassurante pour les représentants agricoles, même s’il ne s’agit pas d’une finalité en soi : l’indemnisation des dégâts de grue sera assurée par la Région à hauteur de 80 %, et non 50 % comme annoncé au précédent COPIL.

Cependant, en contrepartie, la collectivité territoriale souhaite que des réflexions soient menées pour mieux anticiper ces dégâts.
Ainsi, le COPIL s’est prononcé pour la mise en place d’un Comité technique (COTECH), animé par la Chambre régionale d’agriculture du Grand Est et qui aura pour but de proposer des outils limitant la survenue de dégâts dus aux grues cendrées.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2642 | mars 2021

Dernier numéro
N° 2642 | mars 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous