L'Avenir Agricole et Rural 01 juin 2012 à 10h04 | Par L'Avenir Agricole et Rural

VISITE D’USINE - Ça meule à Montigny

La Haute-Marne est l’une des grandes gagnantes de la restructuration d’Entremont suite à son rachat par le groupe Sodiaal ; l’usine de Langres est arrivée à saturation avec 22 000 tonnes de production d’emmental et l’atelier d’affinage et de conditionnement de Montigny tourne à plein régime, grâce notamment à un partenariat avec la fromagerie de Blâmont en Lorraine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La température des caves varie de 4 à 20° (© Estelle Dauphin) Tailler des cubes dans des meules avec un minimum de chutes, un défi au quotidien © ESTELLE DAUPHIN Conditionnement individuel de l’emmental pour une marque de distributeur © ESTELLE DAUPHIN La température des caves varie de 4 à 20° © ESTELLE DAUPHIN «Business to Business» ; ces tranches sont calibrées au gramme près spécialement pour le sandwich «M» de chez Mac Do. © ESTELLE DAUPHIN

Les adhérents de SODIAAL se sont prêtés de bonne grâce aux hautes exigences de «International Standard Of Food» en matière d’hygiène, abandonnant au vestiaire bijoux et lunettes pour l’uniforme de rigueur : charlotte rose, surbottes et blouses hygiénisées.

Chiffres clé

Thierry Mouchet à la tête du site de Montigny depuis un an, revient sur le récent regain d’activité du site qui atteint aujourd’hui 40 000 tonnes de production (pour un potentiel maximal de 42000 tonnes), après un déclin jusqu’en 2010 à 29 000 tonnes. L’usine génère un chiffre d’affaires de 4,5 millions d’euros et emploie 265 personnes ainsi qu’une proportion variable d’intérimaires pouvant aller jusqu’à 40 selon l’activité. Des investissements dans de nouvelles caves ont été réalisés. Actuellement l’usine dispose d’un parc couvert de 29 000 m2.

 

Segmentation du marché

Le rendement d’une meule de 90 kg est seulement de 50 kg, le reste est râpé. Paradoxalement, ce «sous-produit» représente la majorité du volume produit, soit 26 000 tonnes.
L’usine gère en tout plus de 1000 références de produits finis allant des quarts de meule destinés aux rayons «à la coupe», aux conditionnements individuels pour les marques de distributeur et les marchés d’Europe du nord, sans oublier le segment «BtoB» pour les professionnels de la restauration et des plats préparés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui