L'Avenir Agricole et Rural 14 septembre 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

VENDANGES 2017 : UN BON CRU

Commencées avec 2 semaines d’avance, les vendanges en Haute-Marne se terminent. A Colombey les Deux Eglises, Christian Péligri et toute sa famille produisent du champagne et la qualité des raisins est au rendez-vous cette année.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christian Péligri entouré de sa femme Sylvie et de sa plus jeune fille Laure.
Christian Péligri entouré de sa femme Sylvie et de sa plus jeune fille Laure. - © T MORILLON

Colombey les Deux Eglises est la seule commune haut-marnaise, avec Rizaucourt-Buchey, à se trouver dans l’aire d’appellation « champagne ». Habituellement, les vendanges commencent vers le 15 septembre, mais cette année elles débutent avec deux semaines d’avance, elles dureront une dizaine de jours.

Une histoire de famille

Christian Péligri et sa femme Sylvie s’installent à Colombey les Deux Eglises en 1988, dans une ancienne coopérative laitière qu’ils transforment en cave à champagne. Issus d’une famille de vignerons, ils exploitent 11 ha de vignes : 8 ha à Colombey et 3 ha à Dolancourt (10), pour une production annuelle de 70 000 bouteilles en moyenne. Leur vignoble est composé de pinot noir, pinot meunier et chardonnay.

Aujourd’hui, ils ont transmis leur passion à leurs trois filles. Marion, l’aînée, habite en Australie où elle travaille dans le domaine de l’œnologie depuis 5 ans. Claire et Laure ont suivi la même voie puisqu’elles ont choisi de faire un BTS viticulture et œnologie. Claire travaille sur l’exploitation, tandis que Laure, la plus jeune, est encore en formation et désire se tourner vers la commercialisation. La pérennité de l’exploitation est donc assurée ! Leur mère Sylvie s’occupe également de la vente directe en accueillant les clients à la cave et fait même à manger pour l’équipe de vendangeurs.

 

La semaine dernière la famille Péligri a rencontré le préfet Françoise Souliman. Cette dernière a visité leur exploitation : le pressoir acheté il y a 7 ans, la cave et le matériel pour la vinification, ainsi que les vignes, en pleine période de vendanges. Christian Péligri fait appel à 28 vendangeurs polonais afin de couper le raisin et 5 débardeurs (les porteurs de caisse), des habitués qui habitent près de Colombey. Il faut également 3 personnes près du pressoir car il fonctionne deux fois par jour en cette période. Le cahier des charges est strict, pour un pressoir pouvant contenir 8 tonnes de raisins, comme celui de la famille Péligri, seulement 51 hectolitres de jus peuvent être utilisés pour confectionner du champagne. Le restant (environ 2 hectolitres) partira en distillerie.

 

Les vendangeurs polonais travaillent à la tâche, ils coupent 600 kg de raisin par jour
Les vendangeurs polonais travaillent à la tâche, ils coupent 600 kg de raisin par jour - © T MORILLON

Bonne qualité

Interrogé sur la qualité des raisins, Christian Péligri est confiant : « les grappes sont belles, le gel tardif a davantage impacté les vignobles de l’Aube que ceux de Haute-Marne alors que l’année dernière c’était l’inverse. D’une manière générale, quand on vendange de bonne heure, c’est qu’il y a de la qualité ». Certaines vignes ont également subi un épisode de grêle, mais sans gravité. La cuvée 2 017 sera donc synonyme de bonne qualité.

 

Les exploitants ont des quotas qui changent chaque année, ainsi ils peuvent stocker une partie de leur production qu’ils peuvent utiliser l’année d’après. En effet, afin d’avoir une qualité constante, les vignerons font de l’assemblage avec leurs cépages, mais aussi avec leur stock de l’année précédente. Ce stock renouvelé chaque année est donc fort utile les années où la qualité n’est pas au rendez-vous à cause des mauvaises conditions climatiques. La qualité du champagne est aussi régulièrement vérifiée par des œnologues.

 

Entre la coupe du raisin et la commercialisation en bouteilles, 3 années se seront écoulées. Chez les Péligri, le champagne brut représente 97 % de leur production, les exploitants fabriquent également du demi-sec, du champagne rosé et du ratafia (un mélange de moût de raisin et d’eau-de-vie de champagne). La commercialisation se fait auprès des particuliers, certains habitués résidant en Suisse ou en Belgique se font livrer leurs bouteilles de champagne par la poste.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2471 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2471 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui