L'Avenir Agricole et Rural 09 mars 2017 à 08h00 | Par T.M.

Valoriser le métier grâce aux réseaux sociaux

Lors de leur dernière assemblée générale le 3 mars au lycée agricole de Choignes, les Jeunes Agriculteurs se sont penchés sur la manière de valoriser leur profession. Les réseaux sociaux sont de bons outils de communication à condition de savoir les utiliser.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour Gil Rivière (au centre), les réseaux sociaux sont un moyen de rectifier les idées reçues sur le métier d’agriculteur. Les personnes les plus motivées sont les meilleurs porteurs de message.
Pour Gil Rivière (au centre), les réseaux sociaux sont un moyen de rectifier les idées reçues sur le métier d’agriculteur. Les personnes les plus motivées sont les meilleurs porteurs de message. - © T.M.

JA en action

Le Président des JA Cédric JAPPIOT a introduit l’assemblée en rendant hommage à Xavier BEULIN :«pilier du syndicalisme agricole, disparu brutalement». Les activités du syndicat pendant l’année 2016 ont été évoquées : la fête de l’agriculture, le forum installation, l’Université d’Hiver à Langres, la création de JA Grand Est et les nombreuses animations organisées sur le département. S’ajoutent à cela la rencontre avec le Président du Sénat ou encore les échanges avec Madame le Préfet pour trouver des solutions face à la crise traversée par la profession. Le rapport financier a été présenté, il indique des comptes à l’équilibre.

Dans son rapport moral, Cédric JAPPIOT rappelle que JA 52 fête ses 60 ans d’existence : «mais ce n’est pas l’heure de la retraite, nous avons du pain sur la planche pour rendre l’agriculture viable, vivable et transmissible !». La filière laitière reste dans une situation compliquée avec des prix bas (310 Euros/1000l), toujours en dessous des coûts de production (350 Euros/1000l), «si on ne peut augmenter l’un alors il faut diminuer l’autre. Le maximum a été fait pour les charges opérationnelles, il reste les charges de structures». Le Président souhaite abroger les normes franco-françaises et encourage la recherche et le développement des nouvelles technologies pour servir l’environnement et l’écologie. «Ne supprimons pas des outils aux agriculteurs sans avoir les substituts, cela ne fait qu’amplifier les distorsions de concurrence».

Harmonisation

Le Président est revenu sur la nécessité d’installer des jeunes malgré le contexte difficile. Mais l’enjeu du renouvellement des générations n’a de but qu’à condition de leur offrir des perspectives, ne serait-ce que vivre dignement de leur métier. Pour JA, toutes les pistes sont à étudier : le bio, les circuits courts et l’agriculture conventionnelle, d’où l’intérêt de mettre l’accent sur les formations et de les adapter aux entrepreneurs d’aujourd’hui. «Les aberrations comme le Bac Professionnel en 3 ans doivent cesser» déclare Cédric JAPPIOT qui souhaite un rapprochement entre l’enseignement agricole et la profession. Selon le CNIL, 13 000 emplois potentiels sont à pourvoir en élevage.

Le syndicat travaille également sur la nouvelle grille de modulation DJA (Dotation Jeunes Agriculteurs) suite à la régionalisation elle devra s’harmoniser sur 10 départements. Concernant les aides régionales, JA ne comprend pas pourquoi celles-ci ne sont réservées qu’à certaines catégories d’installation. Le syndicat attend un élargissement des conditions d’attribution et espère que ses propositions seront entendues en 2018.

Besoin de reconnaissance

Le Président National Jérémy DECERLE a dit lors du SIA : «les agriculteurs ont besoin de reconnaissance et de revenus, aujourd’hui ils n’ont ni l’un, ni l’autre». Pour Cédric JAPPIOT, la reconnaissance passera par la communication «nous devons reprendre la main sur les informations diffusées car trop de personnes parlent de l’agriculture à notre place». Les associations écologistes, les ONG environnementales et certaines émissions télévisées sont visées, «elles ont compris l’intérêt des réseaux sociaux et les utilisent, c’est comme ça que des vidéos chocs font le buzz et prennent de l’ampleur. Sont-ils conscients des enjeux environnementaux qui se cachent derrière l’élevage ? La consommation du carbone par les prairies, l’entretien des territoires pas ou peu mécanisable... Nous avons des outils à notre disposition qui ont l’avantage d’être gratuit : Facebook, Twitter, Youtube, nous devons apprendre à les valoriser et parler de l’agriculture française telle qu’elle est». La large diffusion de la vidéo des JA du Nord du département «J’avais un rêve» est la preuve qu’un message fort peut-être relayé grâce à ces outils de communication.

La Vice-Présidente JA National Céline IMART indique qu’il n’y a pas de groupe formé pour s’adresser au grand public face aux militants anti-viande. Les agriculteurs sont les mieux placés pour parler de leur profession, ils doivent organiser une communication sur leur valeur ajoutée (économique, environnementale, sociale…). C’est l’objet de l’actuelle campagne d’affichage dans le métro parisien avec «#nourrirlefutur». «Il faut une story line, un message qui va toucher émotionnellement le public, c’est comme cela que passeront nos idées» explique la Vice-Présidente.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 10 mars 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui