L'Avenir Agricole et Rural 16 juin 2016 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Vaccination FCO recommandée

Compte tenu des risques que fait peser la FCO sérotype 8 sur les élevages, il est fortement recommandé aux éleveurs de ruminants de vacciner leurs animaux au plus vite.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les ruminants peuvent être vaccinés dès maintenant en passant commande auprès du vétérinaire sanitaire.
Les ruminants peuvent être vaccinés dès maintenant en passant commande auprès du vétérinaire sanitaire. - © B. Compagnon

L’approvisionnement des vaccins n’est pas continu, la disponibilité de ceux-ci est progressive. Pour le moment il n’y a pas de restriction et les OPA nationales incitent fortement à vacciner (cf communiqué).

Deux solutions

1 / L’éleveur souhaite vacciner son cheptel de souche et n’a pas besoin de traçabilité :

Lorsqu’il s’agit de protection sanitaire de votre cheptel, vous pouvez réaliser vous-même la vaccination. La commande et la délivrance des vaccins se fait par les vétérinaires. Les vaccins sont gratuits mais rien n’interdit à un vétérinaire de facturer l’acte de prescription.

La liste des animaux vaccinés, la date de vaccination et le vaccin utilisé devront être inscrits au registre d’élevage, par l’éleveur.

2/ l’éleveur souhaite une traçabilité de sa vaccination (besoin commercial), celle-ci doit être effectuée par son vétérinaire sanitaire.

Cette traçabilité sera exigée :

• Pour les mouvements d’animaux issus de zone règlementée vers la zone indemne (la Haute Marne est en zone réglementée, voir carte ci-dessus).

• Pour les bovins et ovins destinés à l’exportation.

Pour les éleveurs souhaitant vacciner des jeunes animaux à l’export, ils peuvent contacter directement leur vétérinaire qui, via la DDCSPP, possède un quota de vaccins dédié à cet usage.

Recensement des demandes de vaccin

Le GDS, dans sa mission d’accompagnement des éleveurs, peut centraliser les besoins pour contribuer à une meilleure organisation.

Cette année, les éleveurs devraient pouvoir intervenir avant la période d’activité vectorielle et virale.

L’Anses indique une résurgence du virus FCO dont la diffusion est inexorable, avec des impacts cliniques conséquents si le pouvoir pathogène du virus n’a pas changé.

Dans ce contexte, la vaccination de votre troupeau avant la reprise de l’activité vectorielle peut être considérée comme le seul outil de gestion efficace de la nouvelle épizootie à venir, en le protégeant des impacts sanitaires.

Nous vous conseillons donc de vacciner dès que possible, en fonction de la disponibilité des vaccins qui était la suivante.

Il est aussi possible d’assurer une protection en agissant sur le vecteur par le biais de la désinsectisation à condition qu’elle soit faite mensuellement.

61 élevages bénéficiaires du FMSE

Le FMSE (Fonds de Mutualisation Sanitaire et Environnemental) a ouvert un programme d’indeminisation des coûts subis par les éleveurs des zones touchées par la FCO dont les animaux ont été immobilisés pendant le mois d’octobre 2015, dans l’attente de leur vaccination.

61 éleveurs Haut-Marnais ont ainsi reçu une proposition qu’ils devraient retourné au GDS avant le 17 juin.

Le calcul se fera automatiquement à partir d’écarts de sorties constatées sur la BDNI pour les broutards et les veaux en 2012-2014, d’une part et 2015 d’autre part. Le minimum de versement est de 300 euros.

Vaccination F.C.O.

Compte tenu des risques que fait peser la Fièvre Catarrhale Ovine (F.C.O.) sérotype 8 sur les élevages, la Fédération Nationale des Groupements de Défense Sanitaires (G.D.S. France), la Fédération Nationale Bovine (F.N.B.) et la Fédération Nationale des Producteurs de Lait (F.N.P.L.), la Fédération Nationale Ovine (F.N.O.) et Coop de France recommandent fortement aux éleveurs de ruminants de vacciner leurs animaux au plus vite.

En effet, la souche de virus circulant actuellement est identique à celle qui, entre 2007 et 2010, a entraîné des pertes lourdes et des contraintes fortes pour les éleveurs. Or, on estime qu’actuellement, moins de 15 % des bovins de 12 à 60 mois sont protégés contre la maladie (source : plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale).

La vaccination devant être réalisée avant le passage de la maladie, il est essentiel que les animaux soient vaccinés dès maintenant, car l’expérience montre que les pics épizootiques de la F.C.O. se produisent durant l’été.

Les doses de vaccin sont désormais disponibles en quantité suffisante pour permettre une vaccination massive. Les éleveurs peuvent se rapprocher de leur G.D.S. ou de leur vétérinaire sanitaire pour toute question technique.

Enfin, la vaccination des cheptels est une condition d’éligibilité au Fonds de Mutualisation Sanitaire et Environnemental (F.M.S.E.) (1)

 

(1) Selon nos informations, il ne sera pas exigé une vaccination  certifiée par un vétérinaire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui