L'Avenir Agricole et Rural 01 février 2018 à 01h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Une nouvelle ère pour la fromagerie Germain

Le 26 janvier, la communauté de communes Auberive-Vingeanne-Montsaugeonnais a remis symboliquement les clés du nouveau site de la fromagerie Germain à son président Hugues Triballat. Cette nouvelle usine située à Vaux-sous-Aubigny permettra de doubler la capacité de production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La nouvelle usine a une surface de 6 900 m2, pour un investissement de 14 ME.
La nouvelle usine a une surface de 6 900 m2, pour un investissement de 14 ME. - © THIBAUT MORILLON

A près un premier coup de pelle donné fin novembre 2016, voici la nouvelle fromagerie qui sort de terre sur la ZA Champ Miolin. L’usine historique basée à Chalancey depuis 1921 ne pouvant plus s’agrandir, il fallait un nouveau bâtiment plus vaste et plus moderne afin de développer la fabrication du Langres et de l’Epoisses dans de bonnes conditions. Un grand magasin de vente directe sera également à disposition des clients.

Une activité durable

Pour Hugues Triballat, Président de Rians-Triballat (propriétaire de Germain depuis 1994), «ce nouvel outil permet à la fromagerie d’assurer la production pour l’avenir. C’est un acte fort d’investir autant, cela démontre l’intérêt pour ces deux produits que sont le Langres et l’Epoisses, qui ne pourront jamais être délocalisés. Le partenariat entre les producteurs de lait et la fromagerie se renforce. Alors que le monde agricole souffre, on sait que l’outil sera toujours là pour soutenir les producteurs de lait». Il s’agit également d’un acte fort pour le personnel de l’usine qui peut compter sur le maintien d’une activité économique durable et performante.

L’usine ne sera pas opérationnelle tout de suite. Démarrer une fromagerie est un processus long car on y travaille un produit vivant. Il faudra effectuer des essais dans les semaines à venir, tout d’abord avec de l’eau, puis avec du lait, pour un déménagement définitif prévu pendant les vacances d’été 2018.

Pour Pierre Germain, fils du fondateur de la fromagerie de Chalancey, «la priorité reste la qualité du lait et pas le volume comme nos voisins. Nous sommes fiers de faire un bon fromage, il faut maintenant être dans la continuité en assurant la qualité et la notoriété de la fromagerie». Seul bémol, «la position géographique à Vaux-sous-Aubigny est stratégique, mais elle contribue à la désertification du plateau».

De bons produits avec de bons outils

Le sénateur Charles Guené, qui était président de la Communauté de commune à l’époque, avait anticipé l’implantation de la fromagerie à Vaux-sous-Aubigny en signant une convention en 2015. «On vous livrera un bâtiment dans 30 mois» avait-il affirmé, alors qu’il n’y avait encore aucun investisseur, aucun appel d’offres et pas de permis de construire. «Aujourd’hui, nous avons réussi ce pari ! Et la fromagerie est une véritable prouesse technique et industrielle».

Pour l’autre sénateur haut-marnais Bruno Sido, «cette usine ultra-moderne préfigure un avenir serein. De plus, ce n’est pas évident de créer une entreprise dans le milieu rural, mais c’est plus sécurisant quand on développe du lait de qualité. Nous avons des producteurs de lait qui sont entreprenants, l’agriculture évolue et les agriculteurs accompagnent cette évolution. Aujourd’hui les salariés pourront faire de bons produits avec de bons outils».

Le sous-Préfet de Langres Jean-Marc Duché estime que la ruralité n’est pas un défaut, mais une opportunité et qu’elle doit permettre d’attirer de nouveaux habitants.

A lire dans notre édition de cette semaine en page 06

- Rencontre avec Hugues Triballat

- Rencontre avec Pierre Germain

 

BONNE LECTURE


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2483 | février 2018

Dernier numéro
N° 2483 | février 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous