L'Avenir Agricole et Rural 13 juillet 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Une moisson surprenante

La campagne 2017 est encore atypique. Les agriculteurs ont privilégié le fauchage des blés plutôt que le colza, dès le début du mois de juillet, afin de conserver la qualité. Le point avec les organismes stockeurs EMC2 et Sepac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Moisson surprenante, précoce et hétérogène
Moisson surprenante, précoce et hétérogène - © Reussir

EMC 2

Chez EMC2, la première benne est arrivée le 20 juin et environ 40 % des cultures sont récoltées actuellement. «Par rapport au niveau du stade végétatif de mars et avril, on n’imaginait pas avoir une moisson aussi précoce pour toutes les cultures ; et surtout pas pour début Juillet» indique Joël Zehr, responsable de région EMC2. «On pensait que les dégâts de gel et la canicule du printemps allaient, d’une manière générale, avoir un impact beaucoup plus important. Les rendements ne sont pas exceptionnels, mais surprenants, dans une fourchette où les écarts sont impressionnants». Cet écart s’explique par rapport aux types de terres et la météo mais il est aussi accentué par une moindre prise en compte de l’agronomie, comme lors de la campagne précédente.

Ainsi, les différences de rendement s’accentuent en fonction des pratiques :

- Respect des dates de semis et choix de variétés adaptées,

- Apport PK raisonné (voire localisé si possible).

- Premier apport d’azote, de la gestion de la dose N et de l’utilisation des outils d’aides à la décision (azotest).

- Choix de l’espèce dans la rotation pour faire face aux problèmes de désherbage.

- Qualité et respect de la profondeur du semis.

- Intégration des solutions alternatives.

- Gestion du désherbage avec un programme (chercher une solution plutôt qu’un meilleur prix).

-Choix du labour ou du non labour.

Les orges d’hiver sont quasiment terminées et la variété Etincel reste la référence cette année en orges de brasserie. Le rendement est compris dans un delta rarement vu : de 20 à 80q avec un calibrage supérieur à 80 % en moyenne. La collecte est plutôt chargée en protéines, avec un taux moyen qui approche les 12 %. On voit réapparaître quelques parcelles qui ont eu de nombreux stress avec une présence d’ergots. Concernant les orges de mouture, comme l’an passé la variété Touareg confirme son potentiel en petites terres, tandis que la nouveauté Joker tire son épingle du jeu dans les terres profondes.

On estime que le rendement moyen des orges brassicoles et moutures se situera entre 55 et 60q

SEPAC

Du côté de Sepac, on enchaîne les différentes espèces à la suite, ce qui dans le métier est une première. «Toutes les cultures ont mûri en même temps, elles sont caractérisées par une hétérogénéité tant en volume qu’en qualité» explique Jean-François Ferrand, responsable collecte Sepac. «Il y a eu un printemps sec et froid, marqué par des épisodes de gel très importants(-8°C) au mois d’avril. L’accumulation de ces stress a impacté la méiose. La répartition de la pluviométrie a aussi un impact prépondérant dans cette campagne». Cette météo capricieuse est à l’origine d’écarts de rendement allant du simple au double.

Les orges d’hiver sont quasiment récoltées, un bon nombre de parcelles ont été touchées par du gel d’épi en montaison, avec des remontées d’épis tardives. La moyenne des rendements est sensiblement inférieure à 2016, c’est-à-dire très en dessous de la moyenne décennale. Les rendements varient entre 35 qx et 65qx, avec 12,2 % d’humidité en moyenne.. Le PS reste correct à environ 65 kg/hl, le niveau de calibrage dépasse les 82 % et le taux de protéines varie de  10.5 à 13.5 %. «L’interculture très sèche n’a pas permis aux repousses de blé de relever et on note la présence de grains de blé dans certaines livraisons à destination brassicole. L’utilisation de semences certifiées au dépens de lot fermier pollué sera à raisonner pour les semis à venir» conseille Jean-François Ferrand.

«Entre les orges et les blés, les moissonneuses n’ont pas eu le temps de refroidir, du jamais vu ! Suite au stress du printemps et de la fin de cycle, la maturité a été fortement accélérée, particulièrement en terres superficielles. Les agriculteurs ont préféré, à juste titre, récolter un maximum de blé, afin de préserver les qualités. On note, à 55 % de l’avancée des blés, une grande hétérogénéité selon les types de terres, la pluviométrie et les stress durant la méiose. Le rendement varie de 40 à 80qx. La fertilité épi très bonne avec un maillage supérieur à la normale, à compenser partiellement la baisse du PMG dû à la canicule. Le taux d’humidité se situe autour de 12 %, le poids spécifique varie de 72 à 80 kg/hl et le taux de protéine est compris entre 11,8 et 13 %. Les indices de chute de Hagberg mesurés sur toutes les livraisons Sepac sont très variables et surtout ne sont pas corrélés avec le poids spécifique. L’enchaînement de fortes températures (36°C) puis des nuits fraîches (7°C), ont levé les dormances des grains, principalement en parcelle précoce. On espère un retour rapide du soleil pour rentrer les blés tout juste à maturité le plus vite possible, afin de préserver leur qualité» ajoute Jean-François Ferrand. Un allotement différencié est conseillé aux agriculteurs pour ne pas mélanger des qualités différentes.

Vous pouvez consulter la suite de cet article dans notre édition du 14 juillet 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui