L'Avenir Agricole et Rural 30 juillet 2015 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Une moisson précoce, courte, avec des volumes corrects en moyenne.

La moisson s’est terminée cette semaine, les rendements sont satisfaisants, mais avec des disparités. La sécheresse a pénalisé les éleveurs, la Sepac prend des dispositions en conséquence.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © T MORILLON

Le cru 2 015 est une bonne note pour les céréales d’hiver et les orges de printemps, cependant, il subsiste une hétérogénéité en fonction du type de terres et de la pluviométrie. Par contre, la note sera différente pour les productions de printemps, de tournesol, de soja et de maïs (fourrage et grain). La sécheresse persistante pénalise l’élevage, la Sepac prend des dispositions pour palier au manque prévisionnel de fourrage de ses clients.

 

Colzas, des rendements dans la moyenne

Pour les colzas, le rendement est compris entre 25 et 35 q/ha, cela reste moyen, surtout par rapport au potentiel de départ. « Le manque d’ensoleillement au printemps et l’excès d’eau ont limité le nombre de siliques/m², la floraison courte et l’amoindrissement du PMG sont les principales explications de ce résultat » explique Jean-François Ferrand, responsable collecte Sepac. L’attente de la pleine maturité des colzas a permis également de battre toutes les siliques mûries de force par la canicule. Le système H+I appliqué sur les livraisons en silos, vu la faible humidité des colzas, va permettre un réajustement sur les rémunérations.

 

Satisfaction en blé

Les rendements en blé sont compris entre 50 et 90 q/ha, avec un taux d’humidité de 12 à 14 % et un PS entre 78 et 84. Le taux de protéines est en moyenne légèrement inférieur à la norme de commercialisation à 10,9. « La pleine connaissance de la qualité de nos concurrents à l’export sur ce marché sera déterminante » déclare Marc Gauthier, directeur de la Sepac.

 

Etonnantes orges de printemps

Les orges de printemps sont la bonne surprise de cette année. « Cette culture confirme qu’il faut peu d’eau à cette plante pour établir son rendement et ses critères technologiques. Les bonnes conditions d’implantations, la localisation de la fumure phosphatée sont les bases de la réussite de cette production » affirme Jean-François Ferrand. Côté rendement, il est compris entre 35 et 65 q/ha, avec un bon calibrage (89 % en moyenne), 12 % d’humidité et un taux de protéines entre 10 et 10,5. La variété kws Irina confirme son intérêt. Que ce soit pour les blés ou les orges de brasserie, les protéines sont gérées en moyenne, ce qui apporte un gain non négligeable sur les décomptes et gomme l’hétérogénéité haut-marnaise.

Les volumes en hausse de production impactent le stockage et le besoin de dégagement sur la moisson. Sepac a déployé sa logistique (transport, exécution, stockage) en accompagnement d’une moisson qui rentre de plus en plus vite en silos. Les inquiétudes de l’équipe Sepac se tournent dorénavant vers les cultures estivales (maïs, tournesols, sojas) qui manquent cruellement d’eau. Cette faible pluviométrie affecte également la bonne mise en place de cultures dérobées pour des récoltes à l’automne. Cependant, des associations ray-grass italien et trèfle incarnat, en implantation estivale, sont des pistes à étudier pour une production de matière sèche importante au printemps.

 

Coproduit à prix coûtant

La prévision de mauvaise récolte en ensilage maïs est préoccupante. « C’est la base des rations de nos élevages en Haute-Marne, nous aidons et conseillons les éleveurs de la meilleure manière, en cherchant des solutions alternatives » explique Marc Gauthier.

Ainsi, Vauthier-Sepac propose de l’aliment liquide à base de mélasse, des aliments humides, des matières premières (pulpe de betterave, luzerne) pour faire face au manque fourrager.

« Nous proposons également des céréales de la gamme Sevagrain à prix coûtant, à disposition des éleveurs.

Notre objectif est de mettre tous les moyens nécessaires pour accompagner les éleveurs dans cette période difficile. Nous invitons donc les éleveurs à se rapprocher sans plus tarder des équipes Vauthier Sepac pour obtenir plus de renseignements » déclare Marc Gauthier.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2410 | septembre 2016

Dernier numéro
N° 2410 | septembre 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui