L'Avenir Agricole et Rural 10 juin 2021 a 08h00 | Par ARVALIS

Une grille d’évaluation du risque d’accumulation d’ergot sur blé

Arvalis a mis au point une grille évaluant le risque d’accumulation d’ergot dans les lots de blé dur et de blé tendre. Cette grille intègre différents facteurs de risque : la présence d’inoculum, les pratiques de désherbage des graminées et les conditions météorologiques à deux stades-clés du blé.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

L’objectif de cette grille d’évaluation est d’identifier les parcelles les plus à risque « ergot » sur son exploitation afin de prendre les mesures appropriées.

Évaluer la quantité d’inoculum

La quantité d’inoculum risque d’être élevée s’il y a eu des attaques d’ergot dans la parcelle par le passé et/ou si les semences sont contaminées.

Estimer si la météo a été favorable ou défavorable à l’installation de l’ergot sur épis

L’installation de l’ergot sur les épis peut être favorisée par certaines conditions météorologiques survenant à la méiose (stade « Dernière feuille étalée »), ou à la floraison.

La météo est considérée comme :
- Non favorable à l’installation de l’ergot sur épis seulement si aucune de ces quatre situations n’a été rencontrée durant le cycle ;
- Favorable dans tous les autres cas.

Recommandations liées à chaque classe de risque

A : le risque « ergot » est minimum
Il présage d’une excellente qualité sanitaire des lots vis-à-vis de la teneur en ergot. Aucune action n’est nécessaire.
B et C : le risque « ergot » est faible à moyen ou moyen à fort
• Le risque peut être minimisé par une stratégie de désherbage antigraminées efficace tout au long de l’année, pendant deux ans.
• L’inoculum présent dans la parcelle doit être maîtrisé en complément, par un travail du sol profond après la récolte qui devra être suivi d’un travail superficiel l’année suivante, et l’utilisation de semences indemnes de sclérotes.
D : le risque « ergot » est très fort
Modifier le système de culture.
• L’inoculum présent dans la parcelle doit être maîtrisé après la récolte par un travail du sol profond, qui devra être suivi d’un travail superficiel l’année suivante.
• Adapter la rotation en évitant de cultiver des céréales à paille pendant deux ans.
• Assurer en complément un désherbage antigraminées soigné pour éviter que l’ergot ne se réinstalle en culture.
• La fauche des bords de champ avant la floraison des graminées sauvages durant 2 ans est également recommandée, lorsqu’elle est autorisée, afin de stopper leur fonction de relais de la maladie.
• Lorsqu’il sera à nouveau possible d’implanter une céréale, utiliser des semences indemnes de sclérotes ;

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2667 | août 2021

Dernier numéro
N° 2667 | août 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous