L'Avenir Agricole et Rural 16 novembre 2017 à 08h00 | Par T.Morillon

Une conduite sans effort

La Chambre d’Agriculture propose des formations « chien de troupeau », composées de 4 séances d’initiation et 2 de perfectionnement. L’utilisation d’un chien pour la conduite de son cheptel bovin permet d’économiser 1 ETP.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Quelques conseils avant que l’éleveur et son chien ne rabattent le troupeau en conditions réelles.
Quelques conseils avant que l’éleveur et son chien ne rabattent le troupeau en conditions réelles. - © T.M.

Les stages sont assurés par Bruno Banon, formateur chien de troupeau et Xavier Aubry, technicien bovin à la Chambre d’Agriculture. Lors de ces séances de formation, les éleveurs viennent avec leur chien qui doit être d’une race adaptée car certaines n’ont pas l’aptitude à travailler au troupeau. Le canidé ne doit pas être trop jeune, on peut le dresser pour la conduite du cheptel un peu avant ses un an. Les séances d’initiation sont un excellent moyen de s’approprier les bases : le chien doit se placer de manière à ce que le troupeau soit entre lui et l’éleveur, en position de rabatteur. Cette position, appelée midi-6 heures, est primordiale car le chien peut ainsi observer l’ensemble du cheptel et ramener un bovin qui s’éloignerait du groupe. Une fois que le chien a appris ce placement, celui-ci deviendra systématique lorsqu’il ira au troupeau, mais il faut beaucoup d’entraînement pour adopter cette « position naturelle ». Le travail peut ainsi commencer plus en profondeur car le canidé sera plus à l’aise et plus réceptif aux ordres de son maître.

S’équiper d’un bâton facilite les choses car le chien est davantage réceptif à la gestuelle qu’à la voix de l’homme : il faut jouer avec son physique. On se place face à lui et on lui indique une direction avec le bâton (on peut aussi jouer avec la position de ses jambes) pour lui montrer le chemin qu’il doit prendre. Il faut garder son calme, ne pas crier sur le chien car cela aura tendance à l’exciter et ne pas lui donner d’ordres contradictoires (par exemple « vas-y ! » et « doucement » juste après) car il ne comprendrait pas.

Dominer le troupeau

Les séances de perfectionnement permettent de bien revoir les bases et de travailler avec un plus gros lot d’animaux, sur des distances plus longues. A force d’entraînement on peut pousser les attitudes naturelles du chien. L’instinct du chien le pousse à regrouper les bêtes et à les immobiliser. Toute la difficulté du dressage est de forcer le chien à aller contre son instinct : l’éleveur désirant déplacer son cheptel d’un endroit à un autre, le troupeau ne peut s’arrêter. Il faut montrer au chien qu’il peut avoir confiance quand il est devant les bêtes, il faut lui laisser un peu de temps lorsqu’il ne connaît pas le troupeau. S’il n’est pas sûr de lui il sera perdu, désorienté, mais une fois habitué aux bovins, il aura ses repères et sera plus réceptif aux ordres du maître. « Le chien doit être à l’aise, c’est très important pour le faire travailler différemment de son instinct. Il doit garder son initiative pour dominer le troupeau et donc le contrôler comme il le veut » explique Bruno Banon.

Le chien doit aussi se trouver au « point de fuite », c’est-à-dire qu’il doit se placer suffisamment sur le côté et éloigné du troupeau pour qu’il soit vu par celui-ci. Cette technique est très efficace lorsqu’une vache commence à se détacher du groupe, le chien arrive rapidement sur le côté et s’il est bien visible par le bovin, celui-ci retourne immédiatement dans le troupeau.

Les prochaines séances d’initiation sont programmées les 12 mars, 16 avril, 22 mai et 18 juin.

Renseignement et inscription auprès de Xavier Aubry au 03 25 35 03 25.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2473 | décembre 2017

Dernier numéro
N° 2473 | décembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui