L'Avenir Agricole et Rural 28 mars 2019 à 09h00 | Par T MORILLON

Une commission méthanisation pour la FDSEA

Consciente de l’enjeu que représente la méthanisation sur notre territoire, la FDSEA 52 a décidé de créer une commission dédiée qui s’est réunie le 20 mars. L’occasion d’évoquer les enjeux de la filière et de connaître l’Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France (AAMF).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La commission se réunira au moins deux fois par an.
La commission se réunira au moins deux fois par an. - © TM

Avec 12 méthaniseurs en fonctionnement et autant en travaux ou en projets, la Haute-Marne est leader de la méthanisation au niveau de l’ex-région Champagne-Ardenne. Il est donc logique que la FDSEA créée une commission pour valoriser la production de gaz vert. Son objectif est de faire un tour d’actualité de la filière, échanger et promouvoir la méthanisation sur le département.
Pour la première, il était question d’établir un plan communication : «on a besoin de couvrir le terrain» indique Thierry Lahaye, président de la Commission. «Il faut communiquer sur les réseaux sociaux, dans nos villages et ouvrir nos fermes». Au moins 3 sites ouvriront bientôt leurs portes* et des tracts seront distribués. Sur ces derniers le public pourra lire un argumentaire pour contrer les idées reçues sur la méthanisation.

L’AAMF défend la filière

Philippe Collin, de la ferme de Grivée à Colombey-Lès-Choiseul, est le premier agriculteur haut-marnais à s’être lancé dans la méthanisation. Très tôt, il a adhéré à l’AAMF qui a été créée en 2006 par 4 exploitants. «En 2011, nous faisions plutôt des échanges entre membres. A partir de 2014, nous étions plus nombreux et on a commencé à défendre la filière auprès du ministère». En 2016 l’association réussit à obtenir un changement de tarif et l’abaissement de la contrainte de la valorisation de chaleur. Il y a deux ans, elle a évité que les méthaniseurs ne soient fortement fiscalisés. L’application de la taxe foncière sur les propriétés bâties aurait pu coûter entre 40 000 et 100 000 € par unité. Autre combat gagné, celui sur la TICPE (Taxe Intérieure de Consommation que les Produits Energétiques) qui devait s’appliquer au biogaz des méthaniseurs agricoles. Les douanes réclamaient entre 15 000 et 20 000 € par site. Le combat de l’AAMF a permis son exonération.

Philippe Collin a fait un tour d’actualité de la filière, il a notamment annoncé l’intention du gouvernement de baisser le tarif d’achat du biogaz. Actuellement l’AAMF est en discussion avec la Région Grand Est pour obtenir des aides à l’épandage, mais aussi pour le bioGNV (gaz utilisé comme carburant).

Fort de ses 290 membres, l’AAMF est aussi un vaste réseau d’échanges. Les agriculteurs peuvent évoquer les problèmes qu’ils rencontrent et faire des retours d’expérience sur leurs réussites. Les adhérents organisent régulièrement des rencontres sur les sites de production.

Pour adhérer à l’AAMF, vous pouvez contacter Annelise Lescure au 06 70 20 17 50 ou par mail :
agriculteursaamf@gmail.com

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2552 | juin 2019

Dernier numéro
N° 2552 | juin 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui