L'Avenir Agricole et Rural 20 août 2020 à 09h00 | Par T.M.

Une application pour lutter contre la volatilité des prix des céréales

Une application mobile donne la possibilité à un agriculteur d’être prévenu quand le prix de ses récoltes atteint le niveau qu’il souhaite, ce qui lui permet de vendre à une juste rémunération.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Edgar Chaput (à droite) est le co-fondateur de Perfarmer, une société indépendante qui « redonne le pouvoir aux agriculteurs ».
Edgar Chaput (à droite) est le co-fondateur de Perfarmer, une société indépendante qui « redonne le pouvoir aux agriculteurs ». - © TM

La société Perfarmer est née en 2016 suite à la rencontre entre Michel Bourousse et Edgar Chaput. Le premier est un ancien conseiller agricole, aujourd’hui agriculteur dans le Gers, qui développe son propre logiciel de commercialisation depuis 15 ans. Son but est d’assurer la rentabilité de son exploitation face aux nouvelles attentes sociétales, sanitaires et environnementales.

Le deuxième co-fondateur est un ancien de chez Google qui veut participer à la construction de l’agriculture de demain en apportant de la technologie aux agriculteurs. Ensemble ils veulent redonner le pouvoir aux agriculteurs en créant Perfarmer, une  application pour smartphone qui aide l’agriculteur à vendre ses récoltes au bon prix. Cette innovation a été présentée officiellement au salon de l’agriculture 2019.

Des marchés instables

Aujourd’hui, le prix du blé change continuellement et peut passer du simple au double au cours d’une même année. En 2018, les fluctuations du cours du blé ont pu générer des écarts de chiffre d’affaires de plus de 20 000 € pour une ferme de 100 hectares. La volatilité des marchés agricoles est le premier risque pour les céréaliers, c’est leur rémunération qui est en jeu. « Pour reprendre la main sur leur exploitation, les agriculteurs ont besoin d’accéder à une information impartiale, de pouvoir prendre des décisions de manière indépendante et de disposer des meilleures technologies pour piloter leur ferme.
 C’est la mission que s’est fixée Perfarmer : permettre à des milliers d’agriculteurs d’utiliser des solutions technologiques simples, utiles et rentables » explique Edgar Chaput.

Vendre à son prix objectif

Edgar Chaput détaille le processus. « Tout d’abord on veille à ce que l’agriculteur ait un prix adapté à sa situation : certains stockent à la coop, d’autres à la ferme, le prix varie également en fonction du secteur et des qualités des blés. Il y a plein de facteurs et ce n’est pas si évident d’afficher le bon prix. Ensuite on travaille sur la définition d’un « prix objectif ». A quel prix je dois vendre ma tonne de blé ? On a un simulateur de risque qui permet à l’agriculteur de voir si ce prix a été atteint lors des 5 dernières campagnes afin de définir un prix cohérent. Dès que le prix de la coop/négoce dépasse cet objectif, l’agriculteur est alerté par sms instantanément ». Dès lors, il ne reste plus qu’à vendre. L’agriculteur peut envoyer sa demande de vente directement depuis l’application. L’organisme stockeur n’a plus qu’a valider et générer le contrat pour valider la transaction.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 21 Août 2020

Aujourd’hui près de 6000 agriculteurs utilisent Perfarmer, dont 600 dans le Grand Est. C’est le cas de Sébastien Poinseau, exploitant à Heuilley le Grand en polyculture élevage. Actuellement Sébastien Poinseau a uniquement accès aux cotations publiques des céréales, mais ses organismes stockeurs devraient intégrer l’application prochainement. « J’utilise Perfarmer depuis plus d’un an, je l’ai téléchargé un peu par hasard, j’en ai entendu parler dans un magazine.

Je voulais me tenir informé des cours des céréales et être averti dès que le prix dépasse mon exigence. C’est gratuit et en plus c’est très simple d’utilisation. Il suffit de rentrer les tonnages des récoltes qu’on va faire et c’est tout. L’application nous donne un ordre de prix qui permet de fixer un objectif cohérent.

Vous pourrez retrouver la suite de cet encadré dans notre édition du 21 Août 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2619 | septembre 2020

Dernier numéro
N° 2619 | septembre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous