L'Avenir Agricole et Rural 18 juillet 2019 à 09h00 | Par TM

Un poulailler bio très moderne

A Anglus, Claire Chevillard a monté son projet de poulailler : 12 000 poules pondeuses bio avec des équipements dernier cri.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le public était invité à visiter le bâtiment le 27 juin avant l’arrivée des animaux.
Le public était invité à visiter le bâtiment le 27 juin avant l’arrivée des animaux. - © TM

Ce jour-là il faisait très chaud, le bâtiment a prouvé son excellente isolation car la température n’était pas excessive à l’intérieur. Le public est venu nombreux pour visiter ce nouveau poulailler à Anglus.

Concilier travail et famille
Claire Chevillard travaillait auparavant dans le secteur tertiaire, elle en avait assez d’«enchaîner les CDD à répétition» explique-t-elle. Compagne d’un agriculteur, elle décide de faire une reconversion professionnelle : «grâce à cette nouvelle activité, je vais pouvoir concilier travail et famille». Elle visite des élevages, des centres de reconditionnement, en attendant l’instruction de son dossier qui durera 2 ans et demi. «J’ai pu m’installer avec les aides Jeunes agriculteurs et le dossier a été monté par la Chambre d’Agriculture, ce qui m’a soulagée».

Priorité au sanitaire
Le bâtiment est bien aménagé. Un nid fait 120 cm², avec 50 cm de distance entre deux nids. Il y fait sombre car un poule n’aime pas pondre aux endroits lumineux. L’intérieur du nid est frais, mais sans courant d’air. Chaque gallinacé dispose d’une mangeoire de 5 cm et de 18 cm de perchoir.

Les caillebotis sont de couleur claire pour éviter les pontes sauvages et leur matière empêche les fientes de s’y accrocher. Ainsi les pattes restent propres. Autre stratégie hygiénique : la promenade entre le bâtiment et le parc extérieur est composée d’une partie en béton et d’une autre en cailloux. Les poules ne ramènent pas de saletés à leur retour au bâtiment.

Avec cette technique, même les timides mangent à leur faim (avec un seul repas elles n’auraient eu que des restes). Elles pondent vers 8h, les œufs partent doucement sur un tapis roulant. Les œufs arrivent ensuite à l’entrée du bâtiment où environ 1 % seront déclassés (mauvais calibrage, couleur non conforme...) et utilisés en restauration collective. Au final, Entre 11 000 et 11 500 oeufs seront produits quotidiennement.

CDPO vise la Haute-Marne

Créée en 1993, CDPO (Conditionnement Distribution et Production d’Oeufs) est une entreprise basée à Esternay (51) qui collecte plus d’un milliard d’oeufs par an issus de 220 éleveurs, soit environ 4 millions de poules pondeuses. Représentant 12 % du marché français, elle est présente essentiellement sous marque de distributeur, mais aussi à travers la marque Pleine Forme. Idéalement les élevages doivent se situer à moins de 250 km du centre de conditionnement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2577 | décembre 2019

Dernier numéro
N° 2577 | décembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui