L'Avenir Agricole et Rural 14 janvier 2021 a 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Un point relais à la ferme

Céréalière à Rachecourt sur Marne, Leslie Collin a rejoint le réseau Agrikolis. Ce dispositif permet à des agriculteurs de mettre à disposition leur ferme en point relais pour les colis lourds et volumineux achetés sur internet.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Grégory Collin a repris l’exploitation de son oncle en 2012 et embauche sa femme Leslie en tant que conjointe collaboratrice. Ils exploitent un peu plus de 150 ha de céréales sur les communes de Fays, Maizières et Sommancourt. En parallèle, Grégory gère son entreprise de travaux publics et terrassement, tandis que Leslie est adjointe à la mairie de Rachecourt sur Marne et correspondante dans un journal local.

Un concept avantageux
A l’été 2019, Grégory entend parler du dispositif Agrikolis à la radio. Ce concept, créé en 2017, permet aux agriculteurs qui le souhaitent d’installer un point relais sur leur ferme pour des produits lourds et volumineux achetés sur Cdiscount. Les agriculteurs reçoivent des colis, les stockent et les remettent aux clients. L’avantage du concept est la possibilité pour les clients de venir chercher leurs produits en dehors de leurs heures de travail. Dans ce dispositif, tout le monde y gagne : le transporteur livre un camion complet au même endroit, ce qui minimise les coûts, le client paye moins cher car c’est en point relais et l’agriculteur reçoit une rémunération en fonction du nombre de colis.

10 à 15 colis par semaine
Le point relais est ouvert de 17h à 19h tous les jours, ainsi que le samedi matin et après-midi. Après une fermeture temporaire de son point relais au premier confinement, Leslie reprend mi-mai où elle reçoit 49 colis d’un coup. Au second confinement son activité est maintenue : « les gestes barrières sont respectés et j’ai 4 clients maximum par quart d’heure ». Habituellement elle traite entre 10 et 15 colis par semaine, mais lors du black friday, Leslie a reçu 110 colis en 15 jours. « Toutes les semaines j’ai des canapés d’angle ou des télévisions » indique l’agricultrice.

Une autre image des agriculteurs

Leslie est très contente de cette diversification : « on donne une autre image de l’agriculteur. On montre qu’on peut faire autre chose que cultiver du blé et récolter, on peut rendre d’autres services et faire du contact humain. De plus, cela offre un complément de revenu non négligeable ». Les nombreuses rencontres avec les clients donne des idées à l’agricultrice qui voudrait profiter du point relais pour faire de la vente directe : « Ça pourrait être l’occasion de vendre nos produits ou ceux des autres, surtout que j’ai des clients qui viennent plusieurs fois. Mais à l’heure actuelle ce n’est encore qu’un projet ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2663 | juillet 2021

Dernier numéro
N° 2663 | juillet 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous