L'Avenir Agricole et Rural 29 avril 2020 à 16h00 | Par T. Morillon

Un métier qui coule de source

Jean-Louis Joblot est sourcier, il est intervient régulièrement chez des exploitants agricoles qui veulent un puits pour abreuver leurs animaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Louis Joblot à l’oeuvre avec sa baguette de sourcier.
Jean-Louis Joblot à l’oeuvre avec sa baguette de sourcier. - © TM

’est en accompagnant son grand-père, agriculteur et sourcier, que Jean-Louis Joblot apprend le métier, dans les années 70. Très proche du monde paysan, il se déplaçait sur les exploitations agricoles avec ses baguettes et s’est aperçu qu’il était doué pour trouver des points d’eau.
« Faire sortir de l’eau du sol est quelque chose de très agréable et de pérenne. On évite les aller-retour avec les citernes d’eau. Tout le monde est content, les agriculteurs et les bêtes » explique le sourcier qui réside dans le Bassigny.

Tracer une carte
« Le sous-sol est comme un réseau d’autoroutes, c’est une carte routière. Les véritables sources sont très rares, il y a surtout des filets d’eau qui sont crées lorsque la pluie qui s’infiltre dans le sol trouve une couche imperméable. L’eau va s’y fixer et serpenter, alimentant d’autres veines et ainsi de suite » explique Jean-Louis. Les endroits où passent les veines sont localisées grâce aux baguettes qui réagissent à la différence de potentialité des champs magnétiques.

Auparavant il suffisait aux sourciers de trouver une veine et de la percer pour avoir un puits, mais aujourd’hui la récurrence et la forte précocité des sécheresses entrainent des problèmes de tarissement. Si le sourcier a un doute sur le débit, il ne percera pas.

Profondeur différente selon les zones
« En général il faut creuser entre 4 et 10 mètres pour avoir de l’eau dans le Bassigny, du côté de Saint-Dizier l’eau est moins profonde, à environ 4 mètres » explique le sourcier. La grosse difficulté du sourcier est de tomber sur un banc de roche car il faut davantage de main d’oeuvre et utiliser une foreuse pour percer. Le coût des travaux devient alors prohibitif et n’a plus d’intérêt.

Après avoir déterminé l’endroit à creuser, Jean-Louis revient le jour du perçage pour vérifier la véracité de son étude. Il est équipé pour pouvoir creuser jusqu’à 10 mètres de profondeur, mais il travaille également avec un foreur qui se déplace sur toute la région. L’agriculteur peut aussi décider de faire lui-même les travaux.

« Réparer » les puits
Jean-Louis fait aussi du curage de puits, car certains se rebouchent partiellement. Si un puits est à sec, il vérifie que l’eau se trouve encore en-dessous et creuse pour reprendre les veines. Mais parfois, il arrive qu’elles ne passent plus à proximité, car celles-ci peuvent se déplacer au fil des années. « Dans ce cas-là je dois les reprendre, travailler sur une veine en amont et en trouver au moins deux pour avoir du débit et de potabilité » explique Jean-Louis.

Il intervient majoritairement chez des agriculteurs, mais aussi chez des particuliers, généralement pour des problèmes d’infiltration d’eau par capillarité dans les murs. « Dans ses cas-là je fais le tour de la maison pour faire un piquage dans le sol et dévier l’eau en amont ». Les particuliers font aussi appel à ses services pour des problèmes liés aux courants telluriques.

Vous pourrez retrouver l'intégralité de cet article dans notre édition du 1er mai 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2613 | août 2020

Dernier numéro
N° 2613 | août 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui