L'Avenir Agricole et Rural 29 mai 2015 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Un festival haut en couleurs

Manifestation réussie pour le festival vannerie, arts et nature qui s’est déroulé sur deux jours le week-end dernier au lycée agricole de Fayl Billot.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le comité Foire de Fayl Billot et la Confrèrie du Noble Osier (© T MORILLON) PÉPÉRE L'ANE CONTENT DE VOIR DU MONDE © T MORILLON  © T MORILLON  © T MORILLON  © T MORILLON  © T MORILLON  © T MORILLON  © T MORILLON  © T MORILLON  © T MORILLON  © T MORILLON  © T MORILLON  © T MORILLON  © T MORILLON  © T MORILLON

Tous les ingrédients étaient réunis pour passer un bon moment, de nombreuses animations et animaux étaient au rendez-vous, dans un décor végétal. La journée du samedi étant axée sur la vannerie et le dimanche, c’est la foire agricole qui était à l’honneur. Les représentants de la Chambre d’Agriculture, du Comité de Promotion de la Vannerie et du Comité Foire de Fayl Billot ont salué la réussite de la manifestation qui propose « un mélange intéressant entre l’agriculture et la vannerie ». Jean-Louis Griffon, directeur du lycée horticole a remercié les élus régionaux de leur accompagnement pour l’organisation de la manifestation et a mis en avant la volonté de tous de « défendre une agriculture productrice ». Il a également évoqué la prochaine édition du festival qui devrait voir l’arrivée d’illuminations végétales.

 

Un lieu idéal

L’Etablissement Public Local d’Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole est composé de 3 entités.

Il y a le lycée du Paysage et de l’Horticulture, spécialisé dans les secteurs de la fleuristerie, de l’aménagement paysager, de l’horticulture, de la vente de produits horticoles et du jardinage. Il y a aussi le Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricoles qui propose des formations diplômantes en osiériculture, vannerie et maraîchage biologique. Enfin, l’exploitation horticole diversifiée propose de la production de fleurs à massif, de pépinières fruitières et ornementales, d’osier, et des prestations en aménagement paysager.

Le public a pu découvrir et acheter les productions des élèves lors d’une véritable foire aux plantes dans les serres du lycée. Depuis 2009, l’exploitation est engagée dans la voie du maraîchage biologique et les élèves ont proposé leurs légumes à la vente. Il est d’ailleurs possible d’en acheter chaque semaine (à partir du 4 juin) au lycée chaque jeudi de 17 h 30 à 20h.

Des élèves ont par ailleurs démontré leur capacité en matière de paysagiste lors du concours de présélection aux Olympiades des métiers aménagement de paysage avec une épreuve de plusieurs heures.

La course aux oeufs a fait des heureux
La course aux oeufs a fait des heureux - © T MORILLON

L’art ancestral de la vannerie

De nombreuses décorations en osier jonchaient le parcours des visiteurs, dont certaines de plusieurs mètres de haut. Il était aussi possible de faire un baptême de l’air en montgolfière...en osier. Beaucoup d’artisans vanniers ont exposé le fruit de leur travail, pour le plus grand plaisir des yeux. La Confrérie des Façonneurs du Noble osier était présente. Créée en 1997, cette confrérie corporatiste s’est donnée pour tâche de faire apprécier  la profession et de faire connaître et promouvoir la vannerie d’osier fabriquée en France : sa qualité est le fruit d’une longue tradition et d’un ancestral savoir-faire.

Certains visiteurs ont pu s’essayer à l’art de l’osiériculture puisque des professionnels ont animé des ateliers de création. Après la coupe, l’exploitation de l’osier nécessite successivement le tri, le calibrage, le bottelage et la mise à l’eau en bassin naturel ou artificiel. Viendront ensuite, après la remontée en sève, les opérations de décorticage, de séchage et enfin de stockage qui nécessitent soin et rigueur. Le vannier réalise ses œuvres avec peu d’outils, mais avec un œil avisé et des mains entraînées. Une pièce de vannerie est constituée de différentes parties pour lesquelles sont utilisés divers points de travail. Il est possible de fabriquer une grande variété d’objets en osier, le vannier doit faire preuve de créativité, d’ingéniosité, de dextérité et de soin.

 

Des animaux pour tous les goûts

Le festival proposait également la traditionnelle course aux œufs dans la paille, très prisée des enfants. De nombreux artisans et producteurs locaux étaient présents, le public a pu se restaurer avec le « repas campagnard » et ses fameuses « patates chaudières ». La foire agricole s’est déroulée le dimanche avec l’exposition de machines agricoles et de la mini-ferme : chevaux, moutons, chèvres et ânes ont fait le bonheur des petits et des grands. La Société Avicole de Haute-Marne a grandement participé puisqu’elle a exposé des races de volailles d’une grande diversité.

Les bovins étaient aussi à l’honneur avec la présence de montbéliardes et de prim’holstein pour le concours des jeunes éleveurs dont voici les résultats :

-1ère Pierre  Gabriel Dauberive du Gaec Petit-Pré, à Gilley

-2ème Dorian Odinot du Gaec du Vannon, à Poinson les Fayl

-3ème Chloé Righi du Gaec de la Marne, à Hûmes.

 

La Vallée des Clun Forest, un élevage de Marnay-sur-Marne a exposé 3 mamans Clun et 2 mamans Solognote avec leurs petits. La brebis Clun Forest est utilisée en support d’élevage dans les systèmes avec agnelage de fin d’hiver ou de printemps, pour valoriser de grands espaces et des zones protégées. De par son look atypique, elle est aussi convoitée par les éleveurs amateurs pour l’entretien de petites surfaces herbagères. Ce fut l’occasion également d’admirer une espèce rare : la chèvre de Lorraine, une race qui comptait seulement 78 individus en 2006. Une association s’est alors créée (l’Association des Amis de la Chèvre de Lorraine) pour sauver ces animaux. Elle compte aujourd’hui des éleveurs lorrains, mais aussi de Haute-Marne, des Ardennes, du Haut-Rhin et de Haute-Saône. Grâce à elle, la population a doublé en un an et on compte aujourd’hui 300 chèvres de Lorraine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui