L'Avenir Agricole et Rural 24 novembre 2016 à 08h00 | Par Jeunes Agriculteurs

Un enjeu économique et sociétal pour l’avenir de l’installation des jeunes agriculteurs

Jeunes Agriculteurs se bat depuis des années pour favoriser l’installation de jeunes en agriculture et ainsi maintenir notre autonomie alimentaire, notre dynamisme territorial ainsi que la biodiversité. Mais LA TERRE, outil principal de travail des agriculteurs, fait défaut.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Protection du foncier agricole
Protection du foncier agricole - © Jeunes Agriculteurs

Un problème majeur pour l’installation des jeunes agriculteurs est celui de l’accès au foncier : disponibilité, cherté tant à la location qu’à l’acquisition sont des facteurs limitants. Le prix du foncier actuel est souvent déconnecté de la réalité économique de l’activité de l’agriculteur. De plus, la concurrence entre agriculteurs et la présence d’investisseurs tiers font gonfler la demande par rapport à une offre globalement limitée et en diminution constante. Ces phénomènes se couplent avec des difficultés de mise en location : rétention foncière de la part de certains propriétaires, développement du travail à façon et de la gestion par tiers.

En outre, l’attention extrême portée à la question environnementale ne doit pas faire oublier que les terrains agricoles, labours ou herbages, sont des facteurs fondamentaux du maintien des équilibres sociétaux et écologiques des territoires. Les réseaux routiers et autoroutiers consomment eux aussi beaucoup, au même titre que les zones d’activité parfois surdimensionnées. Mais c’est principalement l’habitat individuel qui dévore le foncier agricole à grande vitesse, dont 57 % est transformé en pelouses et jardins.

Les projets fonciers, qu’ils soient individuels ou économiques, surconsomment encore bien trop par rapport aux besoins réels. Jeunes Agriculteurs est largement favorable au développement économique des espaces ruraux, auquel l’agriculture contribue pour une forte part. Mais pas n’importe comment, ni à n’importe quel prix ! Elus et citoyens doivent prendre conscience que la préservation des terres agricoles est l’affaire de tous. Dans son rapport d’orientation de 2015, Jeunes Agriculteurs, a formulé 127 propositions d’ordre législatif et réglementaire. Il est nécessaire de soutenir des systèmes de portage du foncier agricole en faveur des jeunes, de limiter les taxes sur le foncier non-bâti, de renforcer le contrôle des structures et les missions des SAFER, de donner plus de pouvoir au CDPENAF, de créer une taxe spéciale sur les prix excessifs liés à la vente de terrains constructibles,… Une Charte Citoyenne de la préservation des espaces agricoles a été mise en place afin que les élus s’engagent sur la préservation du foncier agricole. La prise de conscience sur ce sujet majeur devra être suivie des faits…

L’agriculture française perd l’équivalent d’un département tous les 7 ans :

- Soit 26 m² de terres par seconde

- Soit l’équivalent de 59 baguettes de pain par seconde

- Soit l’équivalent d’un stade de foot toutes les 5 minutes

- Soit la superficie de 3 exploitations par jour soit 231 ha

- Soit 82 000 hectares par an

En 50 ans, 7 451 000 hectares agricoles ont été artificialisés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui