L'Avenir Agricole et Rural 02 juillet 2020 à 09h00 | Par T.M.

Trouver une stratégie pour rebondir

Les agriculteurs ont assuré la continuité alimentaire, mais la crise sanitaire a impacté économiquement certaines filières. La Chambre régionale d’agriculture du Grand Est (CRAGE) dresse le bilan et détaille les enjeux de l’agriculture sur notre territoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La Chambre régionale d’agriculture a fait le point et répondu aux interrogations des agriculteurs sur Youtube.
La Chambre régionale d’agriculture a fait le point et répondu aux interrogations des agriculteurs sur Youtube. - © DR

La CRAGE a mis en place une cellule spécifique afin de mesurer l’impact du Covid-19 sur chaque filière. Cette cellule a collecté des données hebdomadaires pour chaque département de la région. Chaque Chambre avait une cellule d’accompagnement pour accompagner les agriculteurs touchés.

Les filières impactées

« Nous avons été contactés par 1 570 exploitants de la région, en priorité des horticulteurs qui ont eu leur magasin fermé au début du confinement » explique Pascal Turquier, pilote régional du dispositif d’accompagnement des agriculteurs fragilisés à la Chambre d’agriculture des Ardennes. Les centres équestres ont aussi été fortement touchés, car ils n’ont pas reçu de public pendant deux mois. Ont également été touchés les activités accueillant du public et les produits non alimentaires ou qui ne sont pas de première nécessité.

S’adapter pendant la crise

L’enjeu est de préserver la production avec les meilleures garanties sanitaires. « Nous avions des réunions hebdomadaires avec nos partenaires et les organisations sanitaires, pour être les plus réactifs possible, avoir de l’information fraîche pour pouvoir réadapter les règles la semaine suivante » explique Maximin Charpentier, président de la CRAGE.
Les Chambres et la MSA ont accompagné la mise en œuvre des gestes d’hygiène et de sécurité dans les exploitations : gestion des salariés, accueil du public et biosécurité (masques, distanciation, respect des règles). « Il faut faire l’adéquation entre les besoins de l’entreprise et les aspirations des salariés à venir travailler sur l’entreprise » ajoute Didier Petit, responsable du pôle Hommes et Entreprises à la Chambre d’agriculture de l’Aube et de la Haute-Marne.

Avoir son projet

Cette crise a été un vrai révélateur de l’excellence alimentaire. Pour Pascal Turquier, il est primordial de valoriser le savoir-faire et la qualité des produits régionaux pour répondre aux marchés. « 70 % à 80 % des producteurs du Grand Est ont des produits voués à l’exportation. Nous sommes la première région viticole de France, mais notre région n’assure pas toute seule la consommation de ce que nous produisons. Prenons l’exemple du Champagne, dont la consommation française à baissé de 30 % pendant le confinement, heureusement qu’après le 11 mai les exportations étaient plus qu’intéressantes pour récupérer le retard. Grâce à la qualité, nos produits sont appréciés, il faut y répondre ».

Vous pourrez consulter la suite de cet article dans notre édition du 03 juillet 2020

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2612 | août 2020

Dernier numéro
N° 2612 | août 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui