L'Avenir Agricole et Rural 24 juillet 2014 à 08h00 | Par T.M.

Trouver la bonne association culturale

L’APVA organise des essais de cultures associées sur des parcelles dans le cadre du Groupement d’Intérêt Economique et Environnemental (GIEE). Le but étant de laisser le moins de temps mort au niveau du sol.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mettre des couverts végétaux entre deux cultures permet d’améliorer la productivité.
Mettre des couverts végétaux entre deux cultures permet d’améliorer la productivité. - © T.M.

Des essais dans trois parcelles

En début d’année, la FDCUMA 52 a investi dans un semoir de 15 mètres de large, le premier vendu en France dans sa catégorie. Cet outil a été utilisé par la SARL Fischer à Vouécourt où les résultats sont actuellement positifs. «Le travail fourni par le semoir est correct, il est très simple d’utilisation et il y a une bonne régularité dans la profondeur du grain. Il faudra sûrement passer le rouleau avant de semer sur des couverts et voir comment la machine réagit sur un terrain gras, mais pour l’instant il n’y a pas de problèmes et nous avons de bonnes levées» explique Hugues Fischer.

Des essais ont été réalisés avec ce semoir sur les parcelles de la SARL Fischer à Vignory. Dans un premier champ de 9 ha, de la luzerne était cultivée, mais arrivait en fin de vie. Un méteil de céréales et un mélange de protéagineux a été semé le 12 juin : de la vesce de printemps, du trèfle blanc nain, du pois fourrager et de l’avoine. Ces plantes ont été semées dans le peu de couvert qui était présent, puis vers la mi-septembre du blé sera semé en direct dans la parcelle.

Dans un deuxième champ de 34 ha, ce sont des espèces légumineuses et protéagineuses qui sont cultivées depuis le début du mois de juillet, juste derrière de l’orge d’hiver. Nous trouvons dans la parcelle du sarrasin, du tournesol, de la féverole, du trèfle blanc et du mélilot. L’objectif est de semer du blé dans le couvert végétal par la suite, les légumineuses apportant un complément azoté à la culture et les espèces disparaissant naturellement avec le gel.

Dans une troisième parcelle de 23 ha, de l’orge de printemps a été semée, il y a trois semaines, après une culture de pois d’hiver. Le but est de faire une récolte de graines d’orge avant de semer du blé. «Nous devons pousser le système à son maximum» explique Antonio Pereira, technicien à l’APVA «il faut mettre en place des couverts végétaux entre deux cultures d’hiver et essayer de faire trois récoltes. L’objectif est d’optimiser le sol en lui laissant le moins de temps mort possible». Ces essais sont indispensables car avoir un bon mélange d’espèces ne suffit pas, il faut aussi vérifier sa compatibilité avec le type de sol.

L’intérêt du GIEE

Le GIEE est un groupement d’exploitatants agricoles et éventuellement d’autres partenaires, il est prévu dans la loi d’avenir. Ses membres s’engagent collectivement à mettre en œuvre des modifications dans leur système de production pour conforter ou améliorer leur performance économique et environnementale.

Une structure préexistante ou crée pour l’occasion peut être labellisée GIEE si le projet pluriannuel qu’elle propose correspond aux critères et aux orientations fixées, en cohérence avec le plan régional d’agriculture durable. Aucun cadre n’est imposé pour la forme et le statut juridique car les regroupements entre agriculteurs sont encouragés sous toutes leurs formes. La performance économique peut par exemple passer par une diminution des charges de l’exploitation au travers d’une baisse de la consommation ou de la mutualisation des achats (matières premières, matériels, intrants...).

Les projets pourront aussi permettre de valoriser la production par une meilleure organisation des circuits de commercialisation ou une meilleure reconnaissance commerciale des pratiques environnementales conduites (labels, certification...).

Les GIEE bénéficient de l’attribution préférentielle de certaines aides, notamment de la PAC. Ces nouveaux groupements bénéficieront d’un cadre législatif volontairement souple.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2397 | juin 2016

Dernier numéro
N° 2397 | juin 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui