L'Avenir Agricole et Rural 29 juillet 2021 a 09h00 | Par M.Geloen - Terres Inovia

Trois idées reçues sur les plantes compagnes

L'utilisation de plantes compagnes avec le colza présente des avantages, à condition d'utiliser cette pratique à bon escient. Terres Inovia fait un point sur quelques idées reçues.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Lors de nos différents rendez-vous terrain (Les Culturales 2021, visites de plateformes, tours de plaine), nous avons beaucoup échangé sur le colza robuste et l'utilisation des plantes compagnes. Beaucoup de questions se posent quant à l'efficacité de ces techniques Nous vous proposons de faire le point sur les idées reçues vis-à-vis de cette pratique pour l'utiliser à bon escient et éviter les déceptions.

En conditions sèches, les plantes compagnes pénalisent davantage
les colzas !

L'intérêt d'associer le colza avec des légumineuses est d'utiliser des plantes qui auront une croissance active plus tardive que le colza.

En effet, le colza débutera sa croissance active à partir de 400°C cumulés (base 0) depuis le semis (avant, il installe principalement son système racinaire) alors que les légumineuses (lentille, fenugrec, trèfle d'Alexandrie, ...) auront une phase de croissance active dès 500 à 700 °C cumulés.

En l'absence de gel hivernal, les plantes compagnes peuvent être pénalisantes au printemps ?

Certaines plantes compagnes, si elles ne gèlent pas durant l'hiver, peuvent occasionner une gêne au printemps, soit en montant le long du colza (cas de la vesce), soit en augmentant le taux d'impuretés dans la récolte (gousses ou tiges encore vertes dans le cas de la féverole).

Pour éviter ces désagréments, il est recommandé de choisir des espèces de légumineuses très sensibles au gel comme le trèfle d'Alexandrie.

Attention, prenez du trèfle d'Alexandrie monocoupe qui ne repartira pas après destruction par le gel, à la différence du trèfle d'Alexandrie multi-coupe. D'autres espèces, même en l'absence de gel, seront moins impactantes car ne monteront pas le long du colza comme la lentille ou le fenugrec.

Pour augmenter la sensibilité au gel, il est conseillé de semer le colza et les plantes compagnes 10 jours plus tôt que la normale pour avoir des légumineuses plus développées durant l'hiver et donc plus sensibles au gel.

Les plantes compagnes n'ont pas d'effet sur la pression des ravageurs d'automne ?

Les plantes compagnes ont surtout un effet sur les larves de grosses altises ou de charançon du bourgeon terminal.

Les mécanismes sont encore peu identifiés (répulsion, barrière, ...) mais ils participent à diminuer la quantité de larves par plante.

Attention, il s'agit malgré tout d'un levier à effet partiel qui doit obligatoirement être combiné à d'autres techniques pour améliorer l'efficacité (nutrition des plantes, ...), surtout dans les secteurs où la pression insectes est importante (plusieurs dizaines de larves par plante).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2667 | août 2021

Dernier numéro
N° 2667 | août 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous