L'Avenir Agricole et Rural 28 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Triple cause et triple peine

A ce stade, les orges d’hiver ont fini d’être récoltées, les 2/3 des colzas sont collectés et les agriculteurs ont commencé les blés. Les intempéries ont considérablement impacté les cultures, tant en quantité qu’en qualité. EMC2 fait le point à mi-parcours de la moisson.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le RKS (en bleu), l’appareil nettoyeur par lequel passent tous les échantillons avant leur analyse par l’infratec (à gauche).
Le RKS (en bleu), l’appareil nettoyeur par lequel passent tous les échantillons avant leur analyse par l’infratec (à gauche). - © T.M.

Moisson

L’année 2016 est atypique : des excès d’eau, un manque de soleil et de luminosité et des températures basses accompagnées de gelées. Tous ces facteurs ont notamment favorisé le développement de maladies. Au final, les rendements 2016 vont être mauvais, tout comme la qualité et pour couronner le tout, le marché n’est toujours pas au rendez-vous.

Le colza déçoit

Contrairement aux autres années, l’intégralité des colzas sera récoltée avant la totalité des blés. A l’heure actuelle, on s’oriente vers une moyenne entre 27 et 30 qx pour les colzas, mais avec toujours de grandes disparités. Cette année, une variété se dégage de façon significative au point de vue rendement, il s’agit de CRISTIANO. Les conditions de récolte font apparaître un niveau d’humidité de 7 en moyenne. «Malgré un salissement plus important cette année, le taux d’impureté est inférieur à 3 %, ce qui permettra aux adhérents de bénéficier de la bonification h+i» note Joël Zehr, responsable de région EMC2. «Même si la déception est un peu moindre par rapport aux autres cultures, le rendement moyen ne passera pas la barre des 30 qx. Compte tenu du contexte impuretés pesant, nous recommandons aux stockeurs la plus grande vigilance».

Catastrophe pour les blés

Pour l’instant, il n’y a que 10 % des blés de récoltés, mais la tendance laisse apparaître une chute des rendements, selon EMC2, ils ne dépasseront certainement pas en moyenne les 50 qx. Les épis ne sont pas complètement remplis et la forte présence de petits grains explique ce phénomène. Le PS reste faible, à ce stade de la récolte, il est en moyenne de 72,7. «EMC2 effectue des analyses sur toutes les espèces à partir d’échantillons nettoyés. Dans le contexte difficile de cette année, c’est très important, notamment pour les blés car on constate un écart de 2 à 4 points entre le produit brut et le nettoyé, sachant que le déclassement fourrager n’intervient que si le PS est inférieur à 70» indique Joël Zehr.

Vous pourrez consulter la suite de cet article dans notre édition du 29 juillet 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui