L'Avenir Agricole et Rural 15 avril 2021 a 09h00 | Par L. SAGOT

Traitement lumineux : les brebis se croient en automne

Le traitement lumineux consiste à faire croire aux brebis que c’est l’automne pour des luttes au printemps.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Elles entrent alors naturellement en chaleurs même si elles ne font pas partie des races dites « désaisonnées ». Mais pour cela, il faut modifier le photopériodisme naturel au minimum 140 jours avant l’introduction des béliers, soit près de 5 mois.
Ainsi, dans un premier temps, les brebis sont en bergerie et un éclairage spécifique est appliqué pour simuler des jours longs pendant au moins 80 jours. En pratique, la bergerie est éclairée pendant 16 heures consécutives, de 6 h à 22 h par exemple. Un programmateur, peu onéreux,  fiabilise le protocole. Un aménagement électrique est indispensable pour obtenir une luminosité de 200 lux  au niveau de l’œil de la brebis.

Trois cycles de lutte
La période de jours courts (60 jours minimum) se fait ensuite naturellement pour des mises en lutte avant le 15 avril. Les brebis peuvent donc être remises à l’herbe car la durée du jour ne dépasse pas 12 heures. Des durées de lutte de trois cycles semblent plus prudentes selon les résultats disponibles car le premier cycle est peu fécondant (effet mâle).

Attention, pour des mises en lutte après le 15 avril, un ajout de mélatonine ou bien l’obscurcissement de la bergerie (souvent difficile à réaliser) est obligatoire. Par exemple, pour une mise en lutte au 1er avril au 25 mai, les brebis sont en bergerie du 8 novembre au 27 janvier. Elles sont alors en jours longs avec 16 heures de lumière. Puis, du 28 janvier au 1er avril, elles entrent en jours courts et sont à l’herbe.
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la fiche technique « désaisonnement des brebis en Pays de la Loire : c’est possible ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2663 | juillet 2021

Dernier numéro
N° 2663 | juillet 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous