L'Avenir Agricole et Rural 26 janvier 2012 à 10h44 | Par Jean-Louis BLONDEL

Syndicalisme - La FDSEA démarre sa campagne

La FNSEA a lancé une campagne syndicale pour approfondir les thèmes du rapport d’orientation de St Malo de 2011. La FDSEA 52 s’est livrée à cet exercice de réflexion qui a permis de dégager quelques projets d’actions concrètes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis l’an dernier la FNSEA a décidé de conserver pendant 3 années le même rapport d’orientation pour qu’il soit décliné en réalisations concrètes. C’est ainsi qu’il a été demandé à chaque Fédération Départementale d’organiser des ateliers de réflexion autour de 8 axes qui avaient été tracés lors du dernier Congrès de St Malo dont le thème était : «inscrire nos exploitations dans une croissance durable». Le Conseil d’Administration de la FDSEA 52 avait décidé de se réunir le 19 janvier sur une journée entière au cours de laquelle 4 tables ont été constituées  avec 6 ou 7 participants.

Une démarche volontariste et confiante

Françoise HENRY, en qualité d’administratrice de la FNSEA, a assuré la présidence de ces ateliers et a lancé les travaux en lisant le message ci-après du Président de la FNSEA, Xavier BEULIN et le secrétaire Dominique BARRAU :

«L’année 2011 a été difficile pour les paysans français. Les récents événements climatiques et notamment l’exceptionnelle sécheresse qui a heurté de plein fouet le secteur de l’élevage, la crise sanitaire due à la bactérie E.Coli, ont fragilisé nos exploitations.

Plus largement, un contexte international défavorable, des distorsions de concurrence toujours plus fortes entre les Etats, une Politique Agricole Commune démantelée et à l’horizon incertaine, une instabilité et une volatilité des prix quotidiennes, un gouvernement conscient de nos difficultés mais plus préoccupé par l’horizon de 2012 que celui des paysans, nous inquiètent.

Et ces craintes sont légitimes car la donne a changé.

Pourtant, plus que jamais, l’agriculture est un secteur stratégique et indispensable. 9 millions d’hommes et de femmes à nourrir à l’horizon 2050 : quel formidable défi !

Nous générons plus de 9 milliards d’euros d’excédents sur la balance commerciale et nous représentons 14 % des emplois (directs ou indirects) sur notre territoire… Qui peut se targuer d’un tel poids? Soyons fiers !

Les attentes des consommateurs se font également de plus en plus entendre. La sécurité alimentaire est un véritable enjeu pour les citoyens: une alimentation saine, produite dans le respect de l’environnement, à un prix raisonnable et dont la traçabilité est assurée.

Nous croyons fermement que les agricultrices et les agriculteurs français peuvent relever tous ces défis. Nous sommes compétents, techniciens, responsables dans nos pratiques, dynamiques dans nos projets d’exploitations. Sans oublier que nous sommes les principaux garants de la biodiversité et de la vitalité des territoires ruraux.

Au-delà, il y a de nombreux marchés dont nous devons nous emparer : circuits courts, agritourisme, énergies renouvelables… sont autant d’opportunités dont la profession agricole doit se saisir pour rester compétitive, pour allier croissance économique et performance environnementale.

Alors, il ne faut pas baisser les bras. Nous avons tous refusé, lors de notre Congrès de St Malo, le déclin de l’agriculture française : nous voulons inscrire nos exploitations dans un développement et une croissance durable !

Pour cela il faut se regrouper face à un aval puissant et s’investir dans nos filières. Nous devons protéger notre foncier et préparer la place des jeunes agriculteurs qui souhaitent s’installer… Et dans cet avenir à construire, la FNSEA et son Réseau seront bien présents au côté de chacun, pour que l’agriculture française reprenne sa place de leadership et pour que les paysans puissent vivre dignement de leur métier.

C’est ensemble, responsables, mobilisés et unis, que nous parviendrons à rebondir. Nous avons préparé, amendé puis voté le rapport d’orientation. Maintenant que nous avons signé, il faut multiplier les efforts pour faire connaître nos propositions et faire adhérer à notre ambition.

Soyons de véritables acteurs, des relais essentiels de ces pistes nouvelles sur le terrain.

Et convaincus nous-mêmes, nous serons alors convaincants».

Suite à cette présentation les participants avaient pour première mission de sélectionner les sujets de réflexion prioritaires, qui devaient donner lieu à la production d’un plan d’actions puis d’une action concrète pouvant être conduite dans le département.

Chaque groupe se penche sur un plan d’action
Chaque groupe se penche sur un plan d’action - © J.L. BLONDEL

4 sujets sur 8 :

La première étape consistait à choisir parmi les 8 sujets de réflexion proposés. Chacun des 4 groupes a ainsi noté, par ordre de priorité, les sujets à approfondir.

Les 4 thèmes suivants ont été retenus :

- Thème 1 : l’agriculture de multiples gisements de croissance

- Thème 2 : les nouveaux outils de gestion des risques

- Thème 3 : le rôle des agriculteurs dans les filières

- Thème 4 : l’entreprise agricole demain

Sur le thème 1 relatif aux gisements de croissance, il en est ressorti un plan d’actions autour de la grande diversification avec pour objectif d’organiser un recensement et un référentiel permettant d’accompagner toutes les démarches individuelles. L’action concrète consistera à créer une Commission Départementale et un guichet mettant en synergie tous les services des OPA qui œuvrent sur tous les projets qui sortent des productions conventionnelles.

Sur le thème 2, le groupe de réflexion a décidé de se cantonner à la gestion des risques économiques. Le plan d’actions consiste à réaliser du lobbying auprès des décideurs afin de faire évoluer  les dispositifs vers des mesures plus efficaces et plus largement souscrites par les agriculteurs.

L’action concrète sera la rédaction d’un document de synthèse permettant de faire le point sur les mesures existantes en matière de fiscalité, assurance revenu, contractualisation et maîtrise des marchés. Il devra en ressortir une plaquette de revendications et des moyens de vulgarisation

Sur le thème 3 il a été décidé de cibler le plan d’action sur le rôle des agriculteurs dans les filières. L’action portera sur la mise en place d’un accompagnement pour promouvoir les agro énergies et particulièrement la méthanisation. Elle devrait commencer dès la prochaine Assemblée Générale  puisqu’il sera question de ce dossier précis.

Sur le thème 4 les participants ont choisi l’installation. L’action sera centrée sur la gestion du foncier avec la mise en place d’un répertoire cantonal pour identifier les cédants , les futurs JA ainsi que les salariés afin de promouvoir la main d’œuvre de toute nature, car elle participe à  la vitalité de nos territoires.

Une synthèse régionale

Ces travaux feront l’objet d’une synthèse régionale à l’échelon du Grand Est et la FNSEA en fera elle-même l’analyse qui sera reprise lors du prochain Congrès qui se tiendra à la fin du mois de mars 2012 à Montpellier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui