L'Avenir Agricole et Rural 26 juin 2009 à 16h25 | Par F.Thevenin

Syndical - Une manif utile

Les agriculteurs européens ne sont pas les seuls à critiquer la dérive libérale de la PAC. Ils étaient 5 000 à Luxembourg à réclamer une politique plus équilibrée. L’unanimité du message en fait sa force. Il fallait être à ce rassemblement auquel 40 haut-marnais ont participé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Il vaut toujours mieux manifester trop tôt que trop tard

Les négociations budgétaires pour 2013-2020 et la réforme de la PAC pour la même période peuvent paraître éloignées, mais les orientations se prennent en ce moment.

Le nouveau Parlement qui aura un rôle de codécision de plus en plus important doit aussi prendre en compte les attentes des agriculteurs européens. Nous devions être présents le 22 à Luxembourg même si l’actualité nationale nous accapare beaucoup sur le plan syndical avec le prix du lait et les GMS.

Les mêmes problèmes dans les Etats Membres

Les intervenants qui se sont succédés à la tribune ont à peu près tous dit la même chose, à savoir qu’il était impossible de gérer les entreprises avec une telle volatilité des prix. La baisse du revenu agricole touche toutes les agricultures et chacun en appelle à des marchés plus régulés et un partage des marges plus équitable.

Le prix du lait  est un véritable détonateur d’ailleurs une citerne a été vidée sur le lieu de la manifestation en signe de protestation.

Les marges commerciales réalisées par la grande distribution ont aussi été critiquées par plusieurs intervenants.

Les charges et les complications administratives ainsi que les contraintes environnementales ont, d’autre part, été souvent dénoncées.

Le dernier Conseil de Michel BARNIER

Conforté par l’unanimité du mécontentement des paysans européens, Michel Barnier qui assistait à son dernier Conseil des Ministres a vivement plaidé une fois de plus pour «une véritable transparence des prix et des marges et un commerce équitable correctement rémunéré».

Le dossier laitier s’est de fait invité à ce Conseil. Il faut mettre en place «un système européen de maîtrise de la production que l’on appelle cela quota ou autrement» a plaidé Michel Barnier.

“Autrement on va retrouver des situations insensées de surproduction, de baisses des prix et de drames dans les campagnes» a-t-il martelé sans convaincre Mariam Fischer Boel, la Commissaire Européenne, qui croit toujours en la dérégulation. Elle a répondu par la rebuffade suivante «Il est dangereux et irresponsable de susciter des attentes irréalistes sur ce que nous pouvons faire».

Il reste effectivement encore beaucoup de travail à faire pour convaincre «le Gouvernement de l’Europe» de la nécessaire réorientation de la politique européenne. Seule l’unanimité ou la grande majorité des agriculteurs européens peut infléchir les positions libérales qui ont pourtant démontré leur inefficacité.

Prise de conscience politique sur l’organisation des marchés laitiers

Les Chefs d’Etat et de Gouvernement, réunis quelques jours avant, le 19 juin à Bruxelles, ont néanmoins pris la mesure du mécontentement généralisé de leurs ressortissants et ont demandé à la Commission d’envisager «des formules pour stabiliser le marché du lait».

Les Chefs d’Etat ont demandé à la Commission «de présenter d’ici 2 mois une analyse approfondie du marché indiquant notamment les formules possibles pour stabiliser le marché des produits laitiers» en prenant toutefois la précaution de rappeler que “ces orientations devaient respecter les résultats du bilan de santé de la PAC qui confirme la suppression des quotas laitiers en 2015”.

Il n’y aura donc plus de quota mais «des formules» qui, nous l’espérons, seront plus efficaces que les quotas actuels !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui