L'Avenir Agricole et Rural 09 juin 2016 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

SYNDICAL, PISTES DE SORTIE DE CRISE

Dans le cadre de la journée de mobilisation nationale du 7 juin, la FDSEA et les JA ont rencontré Madame le Préfet pour lui rappeler la gravité de la crise tout en lui proposant quelques solutions pour en sortir. Cette démarche sera suivie par une rencontre avec les parlementaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Président Sébastien RIOTTOT entouré de Richard BOURBON (FDPL), Claude DEBLAIZE (Anciens Exploitants), Willy LEMOINE (JA), Christophe FISCHER (Chambre d’Agriculture) ont rencontré Françoise SOULIMAN, DominiqueTHIEBAUT et Jean Pierre GRAULEde la DDT.
Le Président Sébastien RIOTTOT entouré de Richard BOURBON (FDPL), Claude DEBLAIZE (Anciens Exploitants), Willy LEMOINE (JA), Christophe FISCHER (Chambre d’Agriculture) ont rencontré Françoise SOULIMAN, DominiqueTHIEBAUT et Jean Pierre GRAULEde la DDT. - © JL BLONDEL FDSEA

Après avoir exposé le contexte économique, la délégation a rappelé les actions et les mesures déjà prises ayant eu un impact malheureusement trop limité.

- Sur la viande bovine : une table ronde organisée en juin 2015 a laissé espérer une revalorisation de 60 cts /kg (5 cts par semaine pendant 12 semaines).

- Une autre table ronde sur le lait a permis de responsabiliser les GMS dans la guerre des prix qu’elles se livrent (maintien du prix sur les produits laitiers de grande consommation).

Dans les deux cas, la pression des prix mondiaux et l’absence de filières assez fortes pour fixer des relations commerciales équilibrées, ont eu raison des (bonnes) intentions formulées à l’issue de ces tables rondes.

L’Etat a mis en place de son côté un plan de soutien à l’élevage, mais trop peu d’éleveurs ont été retenus.

SOLUTIONS

- Le marché ne peut à lui seul régir les relations commerciales car les rapports de forces ne sont pas équilibrés. Il faut :

d’une part rechercher un équilibre du marché en rétablissant un contrôle de volume au niveau européen et/ou en développant de nouveaux débouchés (ex : export, biocarburants).

d’autre part, développer une contractualisation équilibrée entre les acteurs de la filière en priorisant la négociation en amont entre les producteurs et les transformateurs.

- Sur le Plan de Soutien à l’Elevage, la Haute Marne a été trop peu dotée et la répartition régionale n’a pas été proportionnée à la demande. Un renforcement de la communication doit être fait sur l’année blanche et des compléments d’enveloppe devront être éventuellement être réclamés (actuellement 148 000 Ä disponibles).

La rentabilité d’exploitation dépend aussi de sa productivité, qui est un diviseur de charges. L’Etat doit donc œuvrer pour faciliter la production en accompagnant l’investissement et en permettant aux agriculteurs d’avoir accès à toutes les méthodes modernes de production utilisées par les concurrents (phytosanitaires, modernisation des bâtiments).

SOLUTIONS

- Ne pas sur-transcrire la réglementation européenne,

- Ne pas compliquer ni aggraver les conditions de production (ex : glyphosate, pourquoi la France s’est abstenue ? ; idem pour les néonicotinoïdes)

- Poursuivre la simplification de la réglementation sur les installations classées en supprimant les enquêtes publiques qui sont longues et coûteuses.

 

Les aides directes constituent aussi une part importante du chiffre d’affaire des exploitations haut-marnaises (300 Ä/ha dont 30 Ä au titre du second pilier). Le maintien, voire le redéploiement, de ces aides est vital. Or nous cumulons les complications et les retards.

Les avances de trésorerie ne font pas le compte. La gestion administrative du parcellaire est ubuesque et le second pilier est toujours en construction avec un manque de moyens préoccupant.

SOLUTIONS

- Accélérer la gestion des dossiers, et donner aux agriculteurs un calendrier de paiement précis.

- Renforcer les moyens financiers sur les MAEC pour que les agriculteurs engagés depuis plus d’un an puissent être accompagnés.

- Il en est de même pour les 206 dossiers de modernisation des bâtiments d’élevage déposés récemment par les agriculteurs haut-marnais. Il faut soutenir tous les efforts d’investissement qui ont par ailleurs un important effet levier sur l’économie. Les agriculteurs présélectionnés au titre du PCAE doivent aussi être informés rapidement.

- Les contrôles administratifs ne doivent pas bloquer le paiement des aides ( ce qui est le cas actuellement d’une quarantaine de dossiers).

 

Les Pouvoirs Publics doivent assurer la promotion de l’agriculture en défendant la diversité et la qualité de nos produits ainsi que nos efforts en matière d’environnement. Le rôle économique de l’agriculture doit aussi être rappelé en permanence tant en termes de balance commerciale que d’équilibre des territoires ruraux.

Enfin, l’Etat doit garantir une bonne solidarité nationale sur le plan social. Il doit poursuivre la politique de parité avec les autres catégories sociales.

SOLUTIONS

- Dénoncer les accusations environnementales et sanitaires qui ne reposent pas sur une expertise sérieuse en accentuant la communication et la formation scientifique via les Instituts Techniques,

- Veiller au contenu scientifique de l’enseignement agricole,

- Continuer la revalorisation des retraites en veillant au respect du principe «à cotisations égales, prestations égales» ; ce qui revient notamment à harmoniser les règles de calcul avec le régime général (ex : 25 meilleures années) et veiller au maintien de l’équilibre financier du régime complémentaire obligatoire sans augmenter massivement les cotisations

Françoise SOULIMAN s’est engagée à remonter les revendications auprès du Gouvernement, et la DDT a pu donner quelques précisions sur les délais de paiement : à savoir début septembre pour le solde des aides découplées et probablement fin d’année pour les MAE. Ces dernières informations ont confirmé les inquiétudes des responsables professionnels qui demandent à l’Etat d’être beaucoup plus réactif et proche du terrain.

Retrouvez la suite de notre article dans notre édition papier de cette semaine page 03

Vous pourrez y découvrir les positions  des Jeunes Agriculteurs.

Bonne lecture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui