L'Avenir Agricole et Rural 22 septembre 2011 à 10h13 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Sylviculture - Qui freinera Chalara Fraxinea ?

Apparue en Pologne dans les années 1990, la maladie du frêne progresse dans l’Est au rythme infernal de 300 km/an. Les experts forestiers observent le phénomène avec attention afin de trouver des solutions pour l’endiguer sans engorger un marché du bois encore fragile.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plus de 50 % du houppier atteint
Plus de 50 % du houppier atteint - © Avenir Agricole

Premières mesures adoptées

 

Cette crise apparaît alors que la demande en frêne exploité en déroulage pour l’ameublement est soutenue. Soucieux de ne pas mettre en péril  l’équilibre précaire du marché du bois, le mot d’ordre, véhiculé par le Département Santé des Forêts du Ministère de l’Agriculture, vise à éviter les récoltes précoces. En effet, la maladie n’a encore jamais été détectée au niveau de l’aubier et du bois de cœur, ce qui permet une valorisation des bois commercialisables en purgeant les parties nécrosées. Le transit du bois d’oeuvre ne nécessitera pas de passeport sanitaire.
L’objectif est de maintenir les peuplements existants au lieu de procéder à des coupes sanitaires préventives, afin de permettre à l’INRA de détecter des souches résistantes à la maladie. Pour l’instant, le mode de propagation de la maladie reste incertain. Il pourrait être véhiculé par des scolytes, insectes inféodés au frêne.
Seul les spécimen dont 50% du houppier est dévitalisé sont martelés par l’ONF. Une recommandation préconisée également par le CRPF aux propriétaires forestiers privés.
L’entretien des plantations (élagage, dégagement) est interrompu et les investissements suspendus pour cette essence qui devient secondaire et non plus objective.

Necrose du Collet
Necrose du Collet - © AVENIR AGRICOLE

Caractéristiques de la maladie

Il s’agit d’une maladie vasculaire observée jusqu’à 1100 mètres d’altitude qui, contrairement à la graffiose de l’orme, met plusieurs années à se propager dans le tronc. Le champignon entre dans les bourgeons et véhicule ses spores via la sève élaborée, créant des cavitations dans la colonne d’eau provoquant des nécroses de couleur orangée à différent niveaux : collet, rameaux, gourmands, houppier, racines. Le symptôme, le plus visible est un flétrissement des rameaux à partir de la cime. Pour survivre, l’arbre forme des rejets qui seront nécrosés à leur tour. Cela  l’épuise et lui donne un aspect «boule de gui

Propagation

La charalose, encore appelée «flétrissement du frêne» est apparue en Pologne au début des années 90. Devenue une maladie endémique des peuplements de frêne, les importations de plans, à l’origine de l’introduction de la maladie en France, ont été suspendues.
C’est en 2008 que la maladie se déclare sur notre territoire. Elle se propage à la vitesse vertigineuse de 300 km par an. La Marne et les Ardennes, qui étaient indemnes jusqu’à l’année dernière, font désormais partie de la zone de vigilance déterminée par quadrats, des carrés de 16 km de coté dans lesquels les techniciens de terrain recensent au moins un spécimen atteint. (voir carte établie par le Département de la Santé des Forêts)

- © AVENIR AGRICOLE

En direct du terrai

Michel Dufour est propriétaire de deux plantations de huit hectares de frêne et de douglass situées entre Langres et Fayl Billot. Il a bénéficié d’une aide à l’investissement pour la réalisation de plantations, dans le cadre des mesures forestières en agriculture (règlement CEE n°2080/92). A partir de son départ en retraite, il procède à l’implantation de plants achetés en pépinière au début des années 90. Depuis l’année dernière, ses hêtres, notamment en lisière, sont de plus en plus nombreux à être touchés par la maladie. Il travaille avec le CRPF, qui le conseille sur l’état sanitaire de sa forêt.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2525 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2525 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui