L'Avenir Agricole et Rural 25 juillet 2008 à 00h00 | Par F.Thevenin

Sylviculture - Les communes forestières assistées et conseillées

50 communes forestières du département sont regroupées au sein de la Cofor 52, l’association des communes forestières de Haute-Marne. Elle assiste et conseille les élus dans la gestion de leur patrimoine forestier. Présentation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En terme de quantité et surtout en terme de qualité, la Haute-Marne reste l’un département français les mieux pourvu en forêts. Sur 433 communes, 407 sont propriétaires sylvicoles.
Mais, cette condition de communes forestières implique plusieurs choses : gérer durablement la forêt communale et commercialiser du bois, organiser l’espace communal et intercommunal en intégrant la forêt comme un élément de développement territorial et favoriser l’utilisation d’une ressource locale renouvelable en mettant en oeuvre des projets territoriaux.
Pour aider les élus, il existe, en France, 44 associations départementales des communes forestières unifiées au sein d’une fédération nationale. En Haute-Marne, la Cofor 52 fédère près de 250 communes sur les 407 propriétaires sylvicoles. Elles représentent plus de 77 000 hectares soit les trois quarts de la forêt communale haut-marnaise.

Défendre et accompagner

Cofor 52 a pour objet de défendre les intérêts de la forêt communale et leur territoire, d’être le porte-parole des communes pour mieux faire entendre leur voix, leurs préoccupations, leurs demandes et leurs projets. Elle accompagne les élus de communes forestières dans leurs prises de décision.
Pour remplir ces missions, l’association est représentée au sein de diverses instances, commissions et groupes de travail concernés par la gestion de la forêt communale. Par exemple, elle est présente dans la commission départementale de chasse. Elle est partenaire de l’ONF, gestionnaire des forêts communales.
Cofor 52 organise également des journées de formation à l’attention des élus sur des sujets relatifs aux forêts, à leur gestion et à l’aménagement du territoire. Enfin, pour toutes communes adhérentes qui le souhaitent, l’association, via le national, peut certifier les forêts en gestion durable PEFC. Ce label permet de mieux valoriser ces bois contre très peu de contraintes jugées «assez naturelles» par Michel Berthelmot, président délégué de Cofor 52.

Echelon régional

Depuis 2005, les quatre associations départementales de communes forestières de Champagne-Ardenne ont décidé de créer une Union régionale. Cet échelon était devenu incontournable pour débattre des questions de politiques forestières et d’aménagement du territoire.
A sa tête, une porteuse de projet et animatrice, Marjorie Cassagnaux est le relais entre le national et le départemental. Elle va, par exemple, s’occuper de la déclinaison du programme « 1 000 chaufferies communales pour 2010 » dans le cadre de la structuration de la filière bois énergie.
Au bout du compte, les trois échelons - national, régional et départemental – se donnent pour objectif de faire vivre les forêts communales qui sont souvent sous valorisées en laissant entièrement, aux élus communaux, leur liberté dans les décisions et les choix.

Frédéric Thévenin

Le patrimoine forestier de Bourdons

Avec ses 683 hectares de forêts communales pour ses 300 habitants, Bourdons-sur-Rognon est l’une des plus grosses communes forestières du département. Répartie en trois lots de 200 ha, cette forêt est principalement constituée de chêne (35 %) et de hêtre (30 %). De cette forêt communale, la commune dégage, chaque année, 30 000 euros de recettes en vente de bois soit 10 % des recettes totales. Les locations de chasse rapportent 15 000 euros.
En 1999, la tempête a complètement détruit 60 hectares affaiblissant fortement les recettes annuelles du village. Il peut quand même compter, de temps en temps, sur la vente de bois de grande valeur. Par exemple, au début des années 90, la vente de 23 m3 d’alisiers et de merisiers pour 96 000 euros a permis de financer le lotissement «rue des Alisiers»… Mais, hélas, ce genre de ventes est exceptionnel !
Avec l’ONF, Bourdons a signé un plan d’aménagement forestier pour 2005/2009. Les travaux d’élagage, de «décloisonnage», de nettoyage et de plantation sont ainsi subventionnés de 40 à 80 %. Pour l’avenir, la mairie a pour projet se suivre ce schéma afin de remettre en état son massif ainsi que de dégager les routes départementales sur 3 mètres afin de sécuriser les axes.
Pour Nicolas Lacroix, maire de Bourdons, et Roger Mougeot pour la commission bois, Cofor 52 est particulièrement utile pour la formation des nouveaux élus, pour les conseils et pour apporter « un son de cloches » différent de celui de l’ONF. Par exemple, ils espèrent que l’association va proposer de nouvelles solutions afin de valoriser au mieux les bois. Ils estiment qu’ils sont toujours sous exploités et évoquent la création de filières et d’union pour porter la forêt haut-marnaise au niveau qu’elle mérite.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui