L'Avenir Agricole et Rural 20 novembre 2014 à 08h00 | Par Jean-Louis BLONDEL

Solidarités enrichissantes

La section des Anciens Exploitants de la FDSEA a tenu son assemblée générale sur le thème de la solidarité. De nombreuses conjointes peuvent désormais percevoir une retraite complémentaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
6 000 retraités bénéficient à partir de cette année d’une attribution supplémentaire de RCO.
6 000 retraités bénéficient à partir de cette année d’une attribution supplémentaire de RCO. - © JLB

Les retraités agricoles, comme la plupart des professions non salariées, ont de faibles pensions, surtout les conjointes.  Mais la situation s’améliore progressivement grâce à l’opiniâtreté du réseau FNSEA.

«La vie syndicale, comme la vie en générale, c’est un enchaînement d’initiatives, qu’il faut essayer de mener à bien, en se fixant des objectifs. C’est aussi une succession de réalisations qu’il faut savoir évaluer et apprécier. Or nous en avons quelques-unes» a dit, en préambule, Nicole GY, Secrétaire Générale de la Section avant de citer le principal acquis de l’année : la RCO des conjoint(e)s et des aides familiaux.

141 000 Euros mensuels

Sur la Caisse MSA Sud Champagne, cette mesure a concerné environ 6000 bénéficiaires pour un montant global de 141 000Ä mensuels, soit en moyenne 23,41Ä /mois. Elle a été appliquée en mai 2014 avec un rappel depuis le 1er février 2014. A elle seule, cette mesure représente 12 fois la cotisation à la Section des Anciens Exploitants. «Je fais cette comparaison à destination de ceux qui pensent que ça ne sert à rien de cotiser ! Il faut y ajouter la réversion de la RCO des points gratuits du conjoint décédé (250 bénéficiaires sur notre caisse, pour un montant de 12,13Ä /mois)» note Nicole GY avant d’évoquer le programme de revalorisation des petites retraites pour atteindre les 75 % du SMIC en 2017. «Je ne sais pas si c’est un nouvel acquis puisque nous avions déjà obtenu cette revalorisation en 2002. Entre temps avec l’augmentation du SMIC, nous étions redescendus à 72 %. Cela démontre que l’action syndicale ne se limite pas à la recherche de nouvelles avancées, il faut aussi se battre pour conserver ce que nous avons obtenu».

«Je remercie les actifs qui jouent la solidarité intergénérationnelle en acceptant des augmentations de cotisations. Car ces mesures de revalorisation seront financées par la hausse de la cotisation RCO alors qu’au départ, il avait été promis par le Président de la République de faire jouer la solidarité nationale ; mais c’était avant les élections… Malgré tout, ce qui a été  obtenu profitera aussi aux nouveaux retraités» a déclaré la Secrétaire Générale.

La Section c’est aussi la convivialité, avec les voyages et les réunions à thème et des avantages directs tels que la carte moisson, le contrat Mutualia (200 assurés) et le partenariat Groupama.

Gardons le moral !

Le Président Claude DEBLAIZE a fait une intervention teintée d’optimisme pour mobiliser les adhérents. «Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons être convaincants et je constate que nous avons encore beaucoup de retraités à convaincre même si notre section arrive à se stabiliser (à ce jour la SDAE compte 415 foyers adhérents).

La cotisation a été maintenue à 35 Euros l’an dernier et elle permet un retour rapide sur investissement. Nous rencontrons évidemment plus de mécontents que de satisfaits. Ce n’est pas particulier aux retraités agricoles, c’est français !

Nous sommes le peuple le plus déprimé d’Europe, voire du monde. Les économistes  nous expliquent que ce constat n’a pas de justification financière ni de niveau de vie, il est principalement psychologique. Il nous manquerait donc un gène du bonheur ?»

«Une étude comparative récente avec l’Allemagne présentée en juillet dernier lors d’une réunion de notre Section Régionale, a démontré par exemple, qu’un retraité allemand perçoit en moyenne 7620 Ä alors qu’un retraité français, avec la RCO, atteint 10 603 Ä (883 Ä/mois). En Allemagne, l’âge légal de la retraite est par ailleurs à 65 ans. (…) L’herbe est toujours plus verte dans le pré d’à côté», constate Claude DEBLAIZE qui invite néanmoins à rester mobilisé.

«Le Gouvernement réagit toujours très vite quand il s’agit de taxer, mais il se fait tirer l’oreille quand il s’agit de reverser des prestations. Ainsi, nous avions demandé que le supplément pour enfant soit forfaitaire et nous avons obtenu finalement, comme tout le monde, une imposition !» déplore t-il.

De même, pour le financement de la dépendance, le prélèvement de 0,3 % est déjà en place, mais il n’y a encore rien de concret en retour.

«La revalorisation de nos retraites est une chose de plus en plus difficile à obtenir (j’en veux pour preuve l’annulation de dernière minute de la majoration de 0,6% pour les retraites de moins de 1200 Euros qui a été remplacée par une obole de 40 Euros pour l’année) ; le maintien de notre pouvoir d’achat en est une autre.

Nous sommes confrontés à une augmentation de la fiscalité et du coût de la santé (deux postes de dépenses qui ne rentrent pas dans le calcul de l’inflation).  J’ai déjà évoqué la CSG et la majoration pour enfant, il y a aussi la fiscalité locale galopante et la ½ part en moins pour les veufs(ves). Pour les remboursements de soins, le régime maladie se désengage de plus en plus et fait prendre le relais par les complémentaires. Ces dépenses représentent maintenant plus de 10 % de nos retraites» dénonce Claude DEBLAIZE avant d’aborder le thème de la solidarité.

«L’ouverture sur les autres territoires et les hommes, fait partie de nos principes. La solidarité est une valeur forte de notre syndicalisme que Gérard LAPIE a longtemps incarnée en tant que Secrétaire Général de la FNSEA et qu’il concrétise aujourd’hui dans le cadre de SOLAAL, une association de distribution de produits alimentaires à des associations caritatives.

Dans la brutalité de l’actualité, souvent liée à un égoïsme débridé et une économie de moins en moins maîtrisable, il faut mettre en avant les valeurs sociétales aujourd’hui beaucoup trop axées sur les questions environnementales (comme dans ce domaine c’est toujours la faute à l’autre, les donneurs de leçons sont nombreu.. !) La richesse de l’homme est dans son cœur, selon une citation de Jean Giono» a conclu Claude DEBLAIZE.

Suite de cet article dans notre éditon du 21 Novembre 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2421 | décembre 2016

Dernier numéro
N° 2421 | décembre 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui