L'Avenir Agricole et Rural 20 décembre 2018 à 10h00 | Par D. Daillet

Solidarité sanitaire 2017/ 2018

Comme chaque année, le GDS 52 attribue, au mois de septembre, des aides aux éleveurs ayant eu d’importantes pathologies sanitaires en IBR, BVD et Para tuberculose mais également ayant subi des avortements à répétition, ou des pertes d’animaux pour cause sanitaire (Caisse Coup Dur). Le GDS 52 rembourse également aux JA tout ou en partie leur adhésion la première année et une quote-part de (5 %) de la cotisation adhérent si le paiement est réalisé avant le mois de février. Cette solidarité sanitaire est le fruit de la mutualisation des adhérents.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dès qu’un bovin présente des signes de paratuberculose, sa destination sera essentiellement l’équarrissage.
Dès qu’un bovin présente des signes de paratuberculose, sa destination sera essentiellement l’équarrissage. - © J.-C. Gutner

351 377 € d’aides ont été répartis entre les éleveurs pour des aléas sanitaires et autres remboursements qui se sont situés entre le 01/10/2017 au 30/09/2018. Le financement est assuré en partie par le Conseil Régional (122 000 €) et le solde de 229 377 € par le GDS 52. Le Conseil Départemental intervient en amont, sur le tarif des analyses que le LDA de Choignes réalise. Merci aux différents financeurs pour leur contribution active à l’action sanitaire du département. En souhaitant les reconduire pour 2019…..notamment au niveau du Conseil Départemental. (voir graphique ci contre).
La plus grosse partie des aides revient à l’action de prévention qui est mise sur la BVD notamment depuis la systématisation au 01/01/2018 du prélèvement de cartilage à partir de la boucle deux en un. 90 % des éleveurs adhèrent à cette action et continuerons à être aider en 2019, pour les éleveurs non solidaires à l’action BVD qui attentent que la législation les oblige à réaliser les prélèvements, le GDS demandera le remboursement d’une partie des frais liés aux matériels et frais postaux.

L’action prévention, en 2018, sur la BVD se monte à 135 281 € sur neuf mois. Elle se découpe en deux parties :
Les analyses (42 998 € ) ces dernières sont réalisées au LDA de Choignes, le coût de l’analyse est de 5,10 €. Ce dernier est réparti sur trois partenaires financeurs, le Conseil Départemental finance 1,25 €, le GDS 1,30 € et l’éleveur 2,55 €.
Le matériel (92 283 €) : la boucle deux en un, la pince et les frais postaux composent cette partie. La région intervient pour une partie, le solde étant à la charge du GDS qui souhaite une participation active des éleveurs et des vétérinaires dans cette action de prévention.
Les plans de lutte individuelle contre la BVD représentent 17 742 €. Ce sont les derniers plans que le GDS a ouvert, pour la saison 2018/2019 il n’y aura plus de plan de lutte ouvert mais un engagement plus important sur la prévention.
La Para tuberculose représente 15 % soit 50 508 € de l’enveloppe d’aides attribuées aux éleveurs. 69 plans sont ouverts dans le département et un suivi plus rigoureux sera mis en place en 2019. Le financement a été assuré par le GDS uniquement. Cette pathologie reste difficile à dépister, difficile dans sa gestion au quotidien, difficile à faire comprendre à l’éleveur la nécessité d’éliminer le bovin avant les premiers signes cliniques. Cette situation génère un impact économique de plus en plus important dans les élevages.
Dès qu’un bovin présente des signes de paratuberculose, sa destination sera essentiellement l’équarrissage, de plus en plus les abattoirs refusent ces bovins malades. Aux pertes de production, s’ajoute donc, dès le début des signes cliniques, la perte totale de l’animal. Ceci explique l’augmentation de votre vigilance et de vos demandes de garanties vis-à-vis de cette maladie. En effet la porte d’entrée de cette pathologie demeure les introductions, demandez un billet de garantie conventionnelle afin de vous garantir d’un retour éventuel du bovin.

L’IBR, comme nous le constatons, représente moins de 1 % (2% en 2017) soit 2 700 € pour 2018. L’implication des aides financières du GDS ont été divisées par 5 depuis 4 ans, le GDS souhaite renforcer l’accompagnement technique et financier lors de l’élimination des bovins connus positifs en mettant en place des plans courts termes (sur 1 an). La plus grande difficulté est de faire comprendre aux éleveurs qui possèdent peu de bovins non négatifs les risques encourus pour eux et le voisinage de garder des animaux qui devront être vaccinés et qui génèrent des charges financières plus importantes (achat de vaccins) et une prophylaxie plus contraignante (bovins à prélever à partir de 12 mois au lieu de 24 mois). Toutefois la certification a fortement progressée après la mise en place de l’arrêté IBR du 01/07/2016.

Vous pouvez retrouver les informations "sanitaire" en pages 05 et 06 de notre édition du 21 Décembre 2018.

BVD : ce qu’il faut retenir
Une aide sur la prévention sera maintenue pour les éleveurs adhérents au GDS.
Pour les éleveurs non engagés volontairement dans le dépistage BVD et pour les éleveurs non adhérents au GDS et engagés dans l’action BVD, une partie du coût (GDS) leur sera facturée.Les plans individuels ne seront pas reconduits en 2019.

Ce qu’il faut retenir de la paratuberculose :
Pathologie difficile à déceler et à gérer au quotidien en élevage.
Le GDS va demander au Conseil Départemental d’intervenir sur le coût des analyses en 2019 et de partager ainsi le financement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2531 | janvier 2019

Dernier numéro
N° 2531 | janvier 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui