L'Avenir Agricole et Rural 08 novembre 2012 à 10h55 | Par L'Avenir Agricole et Rural

SOLIDARITÉ - Planteurs d’espoir

Le Lions club de Chaumont Champagne renouvelle pour la troisième année consécutive son opération «Des tulipes contre le cancer». Rencontre avec sa présidente, Véronique Nuickels.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
50000 bulbes ont été plantées sur 40 ares à Villiers le Sec
50000 bulbes ont été plantées sur 40 ares à Villiers le Sec - © Estelle Dauphin

 

Mercredi dernier, un rassemblement inhabituel a lieu sur la parcelle située contre le silo EMC2 à Villiers le sec. La planteuse de la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) « Des tulipes contre le cancer », qui sillonne la France actuellement vient d’arriver avec un stock de bulbes en provenance directe de Hollande. Les lionistes bénévoles venus assister à l’événement se sont chargés de trouver en leur sein un agriculteur prêt à mettre à disposition quelques arpents de terre ainsi qu’un tracteur en la personne de Patrick Devilliers de Richebourg. Dès la floraison, ils effectueront la cueillette et la diffusion de la fleur multicolore et polymorphe aux abords de la cité chaumontaise, accompagnée d’un message d’espoir en faveur de la recherche contre le cancer.

 

Une culture peu exigeante

Plusieurs variétés précoces et tardives permettront d’étaler la floraison sur mars-avril pour le plus grand bonheur des riverains, qui pourront faire escale au champ pour composer eux-même leur bouquet. La parcelle a préalablement été labourée et hersée par Patrick. « La tulipe se plaît dans toutes les terres sauf dans les sols excessivement calcaires en raison des maladies. Les précédents betteraves et tournesol sont peu souhaitables en raison des résidus dans le sol. En revanche un précédent céréale ou maïs sont appréciés par la fleur» explique Guy Feray, technicien à la SCIC. Sur le même principe qu’une planteuse à pommes de terre, l’outil creuse un profond sillon et forme une butte afin de protéger le bulbe des excès d’eau et d’encourager la pousse de la tige. La fleur n’a besoin d’aucun apport, elle ne consomme que de l’eau. Après la cueillette, Patrick sèmera de l’orge de printemps. Les repousses sont quasi inexistantes témoigne l’agriculteur qui n’en est pas à son premier coup d’essai.

A peine quelques élégantes retardataires ça et là, viendront lui rappeler que la vie vaut bien qu’on prenne le temps de la défendre....

- © Estelle Dauphin

RENCONTRES

 

 

Véronique Nuickels, présidente du club Chaumont Champagne

 

 

Pourquoi avoir choisi de vous investir dans cette opération ?

C’est Philippe Evon, le président de l’époque, qui a choisi d’adhérer à cette opération nationale qui correspondait bien à l’esprit du club. Cinquante quatre lions club à travers la France adhèrent au collectif «Des tulipes contre le cancer». Nous avons tous été frappés par «la maladie du siècle » dans notre entourage. Vingt sept membres et leurs conjoints assurent l’aspect logistique de l’opération, de la cueillette à la diffusion. Le lionisme, c’est aussi une affaire de famille et d’amitié.

 

Comment l’opération a-t-elle été accueillie par le public ?

Cette action a été plébicitée par le public chaumontais. Une relation de confiance s’est nouée dès la deuxième année. Il y a une concordance entre la communication nationale autour de l’opération et la proximité du champ de tulipes situé aux portes de la ville sur un axe fréquenté.

 

Où pourra-t-on trouver les tulipes ?

Le don est de 7 euros contre quinze tulipes. Les personnes peuvent se rendre tous les jours au champ dès le début de la floraison. C’est souvent l’occasion d’une sortie dominicale en famille. Les bénévoles les distribueront également dans les grandes surfaces ainsi qu’au marché couvert le week-end et en boulangeries.

 

Combien d’argent a pu être reversé depuis le début de l’opération par le lions club Chaumont Champagne ?

Les 12 000 euros de recettes de la première année ont été versés l’institut Godinot à Reims. Cette année, en raison du gel, nous n’avons récolté « que » 8000 euros, reversés au professeur Taillandier à Besançon. Nous espérons un florissant printemps 2013...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2473 | décembre 2017

Dernier numéro
N° 2473 | décembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui