L'Avenir Agricole et Rural 26 novembre 2015 à 08h00 | Par JLB

Solidarité élevage preuve par 9

La coopération conforte sa position en Haute-Marne en étant présente sur un panel de métiers. Avec plus d’1Mt de collecte elle atteint une taille qui lui permet de concilier efficacité, performance et solidarité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
René Bartoli, Directeur Général et Sébastien Riottot, Vice-Président et Bruno Didier, Président de la Commission « Vie coopérative » ont présenté les comptes de la campagne 2014/2015 qui se soldent par un résultat de 5,1 Me.
René Bartoli, Directeur Général et Sébastien Riottot, Vice-Président et Bruno Didier, Président de la Commission « Vie coopérative » ont présenté les comptes de la campagne 2014/2015 qui se soldent par un résultat de 5,1 Me. - © JLB

Comme chaque année à l’occasion des réunions de sections qui précèdent l’assemblée générale, la coopérative EMC2 échange avec les responsables FDSEA-JA et la Chambre d’Agriculture sur la conjoncture et dresse un bilan de son activité. La campagne 2 014 est un bon cru et celle de 2015 est prometteuse avec un bémol pour l’élevage qui justifie un plan spécifique que la coopérative décline en 9 points.

« Enfin une bonne moisson » c’est ainsi que René Bartoli, Directeur Général, présente l’activité collecte du secteur Sud (principalement la Haute-Marne) qui totalisait 177 353 tonnes au 30 octobre 2015, soit environ un écart de + 13 % par rapport à la même période de l’an dernier. L’objectif de fin de campagne est de l’ordre de 215 000 tonnes.

Le Groupe EMC2, avec ses 2 filiales Houpier et Loeb, a réalisé une collecte de 1,009 Mt en 2014 (+ 17%) et projette 1,055 Mt en 2015 malgré une récolte de maïs grain qui s’effondre.

Avec les restitutions successives (+  de 9 M), la coopérative a réglé 148 Mà ses apporteurs soit 6 % de plus qu’en 2013.

René Bartoli estime qu’EMC2 est en excellente position en matière de prix par rapport à la concurrence. Cette performance résulte d’une bonne maîtrise des charges, une dilution des coûts fixes liée à l’augmentation de la collecte et une bonne valorisation des graines dans les outils régionaux de transformation qu’à l’export vers l’Europe du Nord.

L’année en cours s’avère toutefois compliquée avec les basses eaux du Rhin, qui n’est pas canalisé contrairement à la Meuse. Du coup, les silos ne se vident pas normalement et les frais de transport fluvial sont multipliés par trois (20/t contre 7). Il y a toutefois d’autres indicateurs positifs tels que la parité euro/dollar ou l’effet el niño qui pourrait impacter la production mondiale pour le moment excédentaire.

Un plan élevage exceptionnel

Le groupe EMC2, avec ses différentes filiales, annonce un chiffre d’affaires de 543 M et un résultat de 3,6 Maprès écritures de provisions diverses. Ce résultat permet de rémunérer les porteurs de parts de capital de plus en plus nombreux et d’intéresser les salariés. Mais la coopérative n’oublie pas non plus ses éleveurs auxquels elle consacre un plan d’envergure.

La grande majorité des coopérateurs d’EMC2 sont des polyculteurs-éleveurs et les dirigeants ont voulu démontrer que la solidarité était aussi une valeur forte de la coopération. Ils ont décliné un plan d’action (cf encadré) en 8 points plus un 9ème qui sera soumis à l’approbation de la prochaine assemblée générale qui se tiendra le 28 janvier 2016.

A cette occasion, les coopérateurs seront aussi sollicités en direct pour répondre à un questionnaire sur leurs attentes et les orientations stratégiques de leur entreprise. Car la coopérative est en perpétuelle évolution avec une organisation, des alliances et des décisions stratégiques qu’elle veut partager avec ses adhérents.

 



Mesures Élevage

1) Augmentation de l’enveloppe des prêts élevage de 10 à 13,6 M

2) Délais de paiement des animaux réduit de 21 à 14 jours, jusqu’en janvier 2016

3) Avances à taux « zéro » sur les apports d’animaux en cas de création d’atelier d’engraissement

4) Redistribution sur l’activité élevage 14/15 h : 5,5 /tête si engagement à 100 % ; 2,5 /tête si engagement > 75 %.

5) Report de l’échéance appro (hors aliment et fuel) du 31 octobre 2015 au 30 juin 2016 pour les éleveurs engagés entre 75 et 100 %

6) Report des échéances appro production fourragères au 30 juin 2016 pour les éleveurs (fertilisants prairies ou productions fourragères ; semences fourragères dont maïs; ficelle et films plastiques, enrubannées ; conservateurs d’ensilage, etc.)

7) Baisse des taux débiteurs dans le cadre d’un Compte Courant d’Associé

8) Baisse des marges COPAM. Cette baisse est déjà effective sur les aliments semis humides et les issues de céréales

9) A valider en AG : remise sur les aliments livrés, qui pourrait être de l’ordre de 5 /t.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2397 | juin 2016

Dernier numéro
N° 2397 | juin 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui