L'Avenir Agricole et Rural 01 juin 2012 à 09h41 | Par L'Avenir Agricole et Rural

SODIAAL UNION - «Producteurs-transformateurs» de produits laitiers

La coopérative laitière a organisé à Nogent l’assemblée de la région Centre-Est, regroupant 18 départements allant de l’Indre au Bas-Rhin. Les travaux ont été suivis par la visite de l’usine d’affinage Entremont à Montigny-le-Roi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Collecte des régions 2011
Collecte des régions 2011 - © SOURCE SODIAAL

2011 est une année charnière pour la coopérative laitière Sodiaal Union et pour le groupe Sodiaal International : instauration du double volume/double prix, acquisition d’Entremont, partenariat sur yoplait avec General Mills, arbitrages sur la destination du lait excédentaire... L’assemblée est revenue sur l’impact de ces choix stratégiques et sur l’activité de la région Centre Est au sein de la coopérative.

 

Activité de Sodiaal Union en Région Centre Est

Les producteurs d’Entremont ont adhéré à 93% à la coopérative. Ils sont 4100 en Bretagne et 400 dans l’Est et en Auvergne à avoir rejoint Sodiaal.

 

Bilan de collecte

La collecte de Sodiaal Union atteint 4,1 milliards de litres de lait, soit une progression de 6,7% en volume par rapport à 2010 (périmètre des producteurs Entremont reconstitué), en raison d’une conjoncture laitière favorable. Ce volume représente 20 % de la production nationale de lait, ce qui positionne Sodiaal au premier rang des coopératives laitières, avec 13000 adhérents.
Cette augmentation de la collecte s’est naturellement accompagnée d’une baisse des taux de matière grasse et de matière protéique sur l’ensemble des régions. Les premiers mois de 2012 laissent toutefois apparaître une production en légère baisse par rapport à 2011, en lien avec le retournement du marché sur les produits industriels.
La région Centre Est compte 1185 producteurs et voit sa production évoluer de 12,3% pour atteindre 460 936 KL pour un litrage annuel moyen de 389 112 litres par exploitation. Les taux passent à 40,6 et 33,12. De 2010 à 2011, le prix de base du lait (calibré à 38/32) est passé de 301 à 327 euros/1000 litres. Le prix payé aux producteurs, toutes primes comprises, est passé de 317 à 342 euros / 1000 litres.

 

Sur les Routes du progrès


La logistique représente un centre de coûts à rationaliser, la région Centre Est a notoirement amélioré ses performances au niveau du transport du lait par rapport à l’année 2010: la densité passe de 158 à 164 litres/km, grâce à une évolution significative des volumes collectés (+26 millions), à la diminution des points d’arrêt et à la poursuite des échanges de dépotage et de collecte. Quant à la productivité, elle passe de 3710 à 3938 litres/heure grâce au déploiement de véhicules de plus grosse capacité équipés de pompage haut-débit et au travail de fond mené avec les sociétaires sur l’aménagement et l’accessibilité au tank. La même tendance est observée à l’échelle de Sodiaal Union.
C’est bien la route, lien entre les producteurs Sodiaal, qui a été choisie pour symboliser la démarche Développement Durable du groupe. «La Route du Lait», matérialisée par un panneau à l’entrée des exploitations. Elle consiste en un audit de l’exploitation rassemblant l’ensemble des obligations règlementaires auxquelles se doivent de répondre les éleveurs. 90% d’entre eux sont chartés. Cette démarche est affichée en toute lettre sur les produits Candia Grand Lait. «La politique de développement durable du groupe repose sur l’engagement des producteurs» insiste Bernard Rousseau, membre du pôle sociétaire de Sodiaal, qui encourage les nouveaux adhérents à participer aux journées portes ouvertes sur des exploitations chartées.

Transformation : les tendances du marché

 

Ci-dessous sont indiquées les évolutions en volume (qui ne s’accompagnent pas toujours d’une évolution en valeur) par rapport à 2010.

Nutribio : + 40 %
Entremont : + 37 %
Régilait : + 12,6 %
Monts et terroir : + 10 %
Yoplait : + 5 %,
Beuralia : + 1,7 %
Compagnie des Fromages & RicheMonts : 0 %
Eurosérum : - 1 %
Candia : - 31 %

Les marchés les plus intéressants concernent le lait en poudre à haute valeur ajoutée (dosettes en partenariat avec Senséo). De lourds investissements doivent être réalisés pour moderniser l’outil de séchage et pour préserver le savoir-faire acquis par le groupe en matière de «cracking» et de granulométrie. La production d’emmental, bien que peu rémunératrice, est intéressante, ne serait-ce que du point de vue de la production de lactosérum, un marché «juteux» dont l’évolution de cette année ne reflète pas le potentiel.
La marque Yoplait se développe, ravissant des parts de marché aux marques de distributeurs (MDD).
Leader Price a commencé à référencé du comté dans ses rayons frais, ce qui explique la belle performance de Monts & Terroir. Enfin, Candia connait une baisse significative de ses volumes sur un marché du lait de consommation en pleine désaffection.

Groupe Sodiaal : résoudre l’équation laitière

Dès son arrivée en 2011, le Directeur Général, Frédéric Rostand, a impulsé la mise en place d’une cellule «équation laitière» visant à obtenir la meilleure valorisation possible du lait tout au long de l’année. L’objectif est d’optimiser l’affectation du lait à travers un arbitrage permanent des laits non transformés en produits de grande consommation (PGC). Un volume en progression de 100 millions de litres par rapport à 2010.
«Produire pour un marché» c’est la message martelé par Michel Rechenmann, Président de la région Centre Est tout au long de l’assemblée de région. Chaque adhérent livrant son lait doit avoir le sentiment d’être un «producteur-transformateur» de produits laitiers à haute valeur ajoutée de par son implication dans l’outil de transformation. «Nous sommes la forme d’organisation de producteur la plus aboutie qui existe» insiste-t-il, faisant référence au récent décret autorisant les producteurs de lait livrant à des groupes privés à se rassembler sous forme associative pour négocier les prix.
Il réaffirme cependant le rôle essentiel de l’interprofession dans la fixation du prix de base du lait.

Jean-Claude Maréchal et son épouse
Jean-Claude Maréchal et son épouse - © Estelle Dauphin

Le virage de la coopération

Maréchal et son épouse livraient leur lait à Entremont. Ils sont installés en EARL à Fays (canton de Wassy). Ils produisent en totalité leur quota de 400000 litres.
Présents aux réunions d’hiver et à l’assemblée de la région Centre Est à Nogent, c’est avec intérêt qu’ils ont visité l’usine de conditionnement d’emmental de leur ancienne laiterie. Pour autant, devenir coopérateur est un état d’esprit et ils n’ont pas encore trouvé leurs marques au sein de la grande structure Sodiaal.
Jean-Claude se sent particulièrement concerné par la gestion volume/prix. Cette année, 8% de son quota sera vendu au prix du beurre/poudre en échange d’une tranche de flexibilité en moins. Il y voit à terme un risque d’approvisionnement directe au prix du marché international de la part de la grande distribution, qui a déjà investit massivement dans des outils de conditionnement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui