L'Avenir Agricole et Rural 02 août 2012 à 10h40 | Par L'Avenir Agricole et Rural

SOCIAL - LA MARPA DES LILAS SOUS DE BONS AUSPICES

Le concept «Maison d’Accueil Rurale Pour Personnes Agées», initié par la MSA, est encore méconnu des élus et de la population. Deux établissements labellisés MARPA existent sur le territoire sud champagne, à Estissac et à Froncles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Logement meublé destiné à l’accueil temporaire
Logement meublé destiné à l’accueil temporaire - © Estelle Dauphin

La réalisation d’une MARPA est un projet de territoire porté par une collectivité. Dans le cas de la MARPA de Froncles, l’idée, lancée en 2001 par Michel Courageot, maire de Marbéville a fait son chemin. Partagée par l’ensemble de l’équipe d’élus de la communauté de commune de Bologne-Vignory-Froncles et par la société civile, largement associée au projet. Denis Maillot, Président de la Communauté de Communes, a été moteur dans l’aboutissement du projet.

 

La MARPA, pourquoi pas?

 

Du maintien à domicile à l’EHPAD, il y a la MARPA, un lieu de vie non médicalisé qui complète l’offre d’hébergement et répond à des besoins spécifiques des territoires ruraux. Ceux-ci sont formalisés par un diagnostic gérontologique, explique Béatrice Masson, assistante sociale et «référente MARPA» à la MSA Sud Champagne. Le régime agricole est en effet à l’origine du concept des MARPA et reste le «gardien du temple» pour la délivrance du label. Pour l’obtenir, les élus d’un territoire doivent porter un projet en phase avec la charte établie:

• Non lucrativité de la gestion et vie «comme chez soi».

• Citoyenneté et droit à la vie privée des résidents.

• Respect du choix du mode de vie, entretien de l’autonomie.

• Engagement personnel, tolérance, discrétion.

• Participation des familles, maintien des liens sociaux.

La MSA apporte son appui aux élus dans l’ingénierie administrative du dossier, qui dure six ans en moyenne avant de sortir de terre.

Le diagnostic gérontologique, confié en 2004 à «Habitat & Développement» en lien avec des enquêteurs bénévoles, a été réalisé auprès de 283 personnes de plus de 70 ans résidant encore à leur domicile, sur la communauté de commune de Bologne-Vignory-Froncles. Cette étude valide un besoin d’accueil alternatif sur ce territoire, prenant en compte le vieillissement de la population et un besoin individuel des personnes âgées de continuité dans leur environnement.

Dès les prémices, la société civile a été associée au projet avec la création de trois commissions paritaires élus/habitants dans les domaines architecturaux, social et financier. Le Conseil Général donne son feu vert au projet et apporte sa contribution financière au titre du logement social.

La MARPA de Froncles est située dans la zone pavillonnaire, à proximité de la pharmacie et du centre médical qui compte médecins, kinésithérapeutes, podologue,...

Le bâtiment, basse consommation, orienté plein sud a été construit entièrement de plain-pied, majoritairement par des entreprises locales. Une chaufferie alimentée par bois déchiqueté est approvisionnée par un agriculteur du canton de Poissons. D’une capacité d’accueil de 24 personnes,  l’établissement est composé d’appartements individuels comprenant chambre, salle de bain et salon-kitchinette avec baie vitrée et d’un accès au terrain extérieur.

La MARPA de Froncles a été inaugurée officiellement en décembre2011, en présence du Préfet Claude Morel. Elle monte en charge progressivement depuis le début de l’année avec l’accueil de Louis Vella, sixième résident (voir encadré). Il faut compter en moyenne dix-huit mois pour remplir un établissement de ce type.

Christelle FROSSARD est auxiliaire de vie polyvalente: préparation des repas, nettoyage des communs et présence auprès des résidents... Le travail ne manque pas.
Christelle FROSSARD est auxiliaire de vie polyvalente: préparation des repas, nettoyage des communs et présence auprès des résidents... Le travail ne manque pas. - © ESTELLE DAUPHIN

 

Différent d’une

«maison de retraite»

 

Il existe 170 MARPA en France dont deux sur le territoire de la MSA Sud Champagne. Contrairement à une maison de retraite, la MARPA n’est pas médicalisée. Elle est autorisée à accueillir des personnes dont le degré de dépendance n’est pas inférieur à 4 sur l’échelle du GIR (Groupe Iso Ressources). Au-delà, le transfert en EHPAD est incontournable.
Les résidents disposent d’un logement individuel et des services collectifs d’un foyer : possibilité de prendre les repas en commun, laverie à disposition, présence d’une auxiliaire de vie 24h/24. Chaque résident est équipé d’un médaillon «Présence Verte» qui lui permet de se sentir en sécurité chez lui. A chacun d’aménager son logement avec ses propres meubles et effets personnels. «C’est une dimension importante de la MARPA qui permet aux personnes de ne pas oublier qui, elles sont», souligne Denis Maillot, président de la Commune de Bologne Froncles Vignory. De plus, la continuité des habitudes est maintenue avec l’aide à domicile, la coiffeuse, etc. à chaque fois que possible. Plusieurs types de logements existent pour couples ou personnes seules ainsi que des logements meublés destinés à l’accueil temporaire. Ces derniers permettent d’accueillir des personnes à leur sortie de l’hôpital, durant les mois d’hiver, les congés de l’aidant ou encore pour faire une période d’essai avant de prendre la décision d’emménager durablement.

 

Une solution moins coûteuse

 

Sur le plan financier, la MARPA reste une solution plus économique que la maison de retraite pour le résident, explique Denis Maillot qui estime la première à 1400euros par mois en pension complète contre 1900euros pour la seconde. La MARPA est ouverte à toute personne, y compris les non ressortissants du régime agricole. La plupart des résidents en sont originaires du secteur, mais il y a également une résidente venue d’une EHPAD de la région parisienne, dont les enfants travaillent à proximité de Froncles.
En terme de développement local, la MARPA emploiera cinq ETP en rythme de croisière afin d’assurer la préparation des repas, le nettoyage des communs ainsi qu’une présence permanente auprès des résidents. L’établissement s’inscrit dans son territoire par son ouverture permanente sur le monde extérieur. Les résidents sont libres d’aller et venir et de recevoir leur famille. La directrice, Aurore Forest, a initié la fête des voisins dans le quartier résidentiel sur lequel est implanté l’établissement. Elle bénéficie d’un appui administratif avec le centre d’action social et la communauté de commune. Elle peut également échanger avec le réseau national des MARPA.

 

Plus d’infos
sur www.marpa.residenceleslilas.sitew.com
visite de la MARPA de Froncles, sur rendez-vous au 03 25 03 93 60

 

 


- © ESTELLE DAUPHIN

 

INTERVIEW

 

Louis VELLA, désormais Fronclois

 

La MARPA des Lilas est en ébullition : un nouvel occupant vient d’emménager. Louis Vêla, dit «Coco», est une figure emblématique de Bologne. Marcheur invétéré, il avait pour habitude de sillonner les petites routes du pays, d’Ambonville à Juzennecourt, ce qui lui vaut une forme remarquable pour ses 93 ans. Toujours alerte, le sportif était toutefois en perte de vitesse ces derniers mois. Il a alors décidé de faire une période d’essai et a été conquis par la MARPA. Se sentant entouré tout en gardant sa chère autonomie, il a retrouvé son poids de forme et explore désormais le quartier, muni de sa canne.
Louis réside à présent porte 17. Le téléphone à cadran, le buffet de style sur lequel repose le portrait sépia de son épouse et le poste de radio contrastent avec l’univers fonctionnel et flambant neuf de la MARPA. Chaque objet lui rappelle cependant qui il est. Louis a d’abord été hôtelier. Il reprend «l’Hôtel de la Cloche» situé dans l’impasse face du Marché de Chaumont, actuellement la Table des Halles, avant d’entrer aux Forges de Bologne où il poursuivra sa carrière.
Le regard vif, il distribue boutades et clins d’œil reconnaissants à l’équipe de bénévoles de la commune venue lui apporter ses meubles et effets personnels, afin qu’il se sente chez lui. L’émotion est palpable de part et d’autre. Une page se tourne dans la quiétude et la vie continue.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui