L'Avenir Agricole et Rural 25 juin 2020 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

SOCIAL : Covid-19, les nombreux dispositifs de la MSA

Malgré la situation, la MSA Sud Champagne a continué à assurer son rôle en maintenant le versement de l’ensemble de ses prestations. Elle a déployé toute une série de mesures exceptionnelles pour faire face à la crise sanitaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © T MORILLON

La MSA Sud Champagne s’est adaptée aux conséquences du coronavirus. Elle a déclenché son plan de continuité d’activité le 18 mars. Les 240 salariés se sont organisés pour que le régime de protection social maintienne sa mission de service public pour ses 70 000 ressortissants aubois et haut-marnais. La MSA a déployé de nouveaux services en ligne comme « demander un arrêt de travail pour les personnes à risques » et « déclarer le maintien à domicile » pour les salariés et non-salariés.



Reports de paiement

 

Pendant cette période de pandémie, la MSA a mis en œuvre de nombreux dispositifs législatifs exceptionnels.

Pour les employeurs, un report de la totalité ou d’une partie du paiement des cotisations a été possible, sans application de pénalités, pour les échéances des mois d’avril, de mai et de juin. Les employeurs utilisant la DSN pouvaient ajuster le paiement en fonction de leur capacité financière. Les démarches étaient variables en fonction du mode de paiement : prélèvement, virement ou télérèglement.

Un report de paiement au 30 juin 2020 a été accordé aux utilisateurs du Tesa+ ou du Tesa simplifié, les employeurs ayant toujours le choix de régler la totalité ou en partie les charges avant la date limite.

Les prélèvements des cotisations personnelles des exploitants ont été suspendus pour les mois d’avril et mai. Un nouveau calendrier a été mis en place :

-Premier acompte de 30 % avec la date limite de paiement au 31 mars, reporté au 30 juin.
-Deuxième acompte de 30 % avec la date limite de paiement au 30 juin, reporté au 25 septembre.
-Solde avec date limite de paiement au 7 décembre.

Vu le contexte particulier, où la protection sociale est largement sollicitée, la MSA demande aux entreprises qui le peuvent, de continuer à financer la solidarité nationale.
Une allocation de remplacement peut être accordée aux exploitants contraints de rester à leur domicile et ne pouvant travailler sur leur exploitation. Cette allocation permet de prendre en charge le coût d’un remplaçant, dans la limite de 112 € par jour, avec un effet rétroactif au 16 mars 2020, jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire.

 

 

 

Suite de notre arcticle dans notre numéro de cette semaine en page 03

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2607 | juillet 2020

Dernier numéro
N° 2607 | juillet 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui