L'Avenir Agricole et Rural 25 mars 2010 à 10h54 | Par Estelle DAUPHIN

SERVICE DE REMPLACEMENT - Le SDR recrute

Le SDR a tenu son assemblée annuelle. Avec le retour des beaux jours, les rangs étaient plutôt clairesemés. Il n’empêche que la structure, présidée par Sébastien Riottot ne manque pas de projet et d’ambition pour faciliter la vie des agriculteurs quand ils sont retenus à l’extérieur de leur exploitation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Modification de statuts
L’assemblée générale a commencé par une Assemblée Générale extraordinaire, destinée à modifier les statuts de l’association, afin d’harmoniser le service départemental avec la charte de communication nationale. En clair, le Service de Remplacement Racine devient Service de Remplacement de Haute-Marne.
Suite au départ d’Alain Barret, responsable du réseau Centre, le conseil d’administration ne comporte plus que 15 administrateurs.

L’effet crise a pesé sur le résultat 
Le Président a d’abord tenu à remercier la Chambre d’Agriculture, sans laquelle, le service  n’aurait pas pu passer le cap difficile de ces dernières années, ainsi que ses partenaires, Crédit Agricole et Groupama pour leur soutien.
Malgré une politique de communication active, les recettes liées aux jours de remplacement sont en baisse de 28 000 euros par rapport à 2008, soit 189 jours de remplacement en moins, essentiellement pour le motif « remplacement pour jours de congés ». Cela s’explique par la conjoncture difficile que traverse actuellement le secteur agricole. D’autre part, en ce qui concerne le motif « remplacement pour mandat professionnel », l’arrêt des fonctions nationales et régionales de Thierry Lahaye et Jean-Marc Parcollet vont également avoir un impact sur le volume de jours de remplacement en 2010.
Subventions :
En 2009, il a fallut compter sans la subvention européenne de 20 000 euros. En revanche, une subvention exceptionnelle du Crédit Agricole, négociée au niveau national d’un montant de 1509 euros est venue abonder les recettes de l’exercice 2009.
Notons qu’un budget croissant est alloué au recouvrement de créance. En 2009, il a permis de mettre en place des échéanciers de paiements qui ont permis de récupérer près de 3000 euros. Sophie Relange, permanente au SDR, précise que les créances sont souvent de faible montant, d’où la difficulté d’engager des procédures de recouvrement.
En 2010, il a été prévu d’apporter aux deux agents qui travaillent à temps complet un équipement de sécurité (cotes, bottes, matériel de sécurité, etc.) pour un montant d’environ 1000 euros. Groupama pourrait offrir une partie de cet équipement.

COMPARATIF JOURS 2008 - 2009 par motif
COMPARATIF JOURS 2008 - 2009 par motif - © source SDR

Une organisation transversale
La réalisation des fiches de payes a été externalisée auprès de la FDSEA qui dispose d’une expertise pointue en la matière pour un montant de 1000 euros, ce qui permet de dégager du temps pour gérer et développer le service.
La volonté des professionnels étant d’avoir un maximum de transversalité entre les trois structures Point info/SDR/JA, afin d’assurer la continuité du travail, le personnel travaille en étroite collaboration dans les mêmes bureaux. Il est géré par le secrétaire général des JA, afin que les salariés n’évoluent plus en électrons libres.
Sophie Relange gère la gestion-comptabilité et la facturation, Claire Bardelle s'occupe des plannings, des contrats et conventions lors des remplacements, Caroline Jeandon assure le secrétariat des trois structures et Marie Sophie Curtulet supervise l’ensemble.

Politique de développement
L’objectif affiché du Président est d’augmenter le nombre de journées de remplacement en 2010 afin de franchir la barre des 2100 jours, soit 300 jours d’augmentation par rapport à l’année précédente notamment pour les motifs formation, mandats et congés. Pour atteindre cet objectif, il mise sur deux axes stratégiques ; la promotion du service et la politique de recrutement de nouveaux agents.

Promotion du SDR
En terme de communication, des articles sont parus dans la presse professionnelle à la fin de l’année dernière, mais le Président table également sur l’investissement des OPA, par ailleurs membres du conseil d’administration, pour avoir le réflexe « service de remplacement » en cas de coup dur subit par leurs adhérents. Une affiche à mettre dans les lieux d’accueil est prévue à cet effet. 
Les statuts du SDR sont cependant restrictifs et l’activité réalisée par les agents de remplacement ne peut en aucun cas être apparentée à de l’intérim ; les adhérents doivent être ressortissants du régime agricole et l’activité en complément de main d'oeuvre (hors remplacement) est limitée à 20% de l’activité totale du service. Le projet de « Pôle emploi agricole » en partenariat avec la FDSEA irait plus loin avec pour finalité la mutualisation de la main d'œuvre.

Le SDR, un service sur mesure ! le Président du SDR, Sébastien Riottot, 
entouré d’Alain Leduey, Daniel Van hoorne, Christophe Millot  et Sophie Relange
Le SDR, un service sur mesure ! le Président du SDR, Sébastien Riottot, entouré d’Alain Leduey, Daniel Van hoorne, Christophe Millot et Sophie Relange - © Estelle DAUPHIN

Fidéliser les jeunes entrants
Le congé paternité marche bien : en 2009, il est en augmentation de 30 jours. (voir graphique) Le plis est maintenant pris. Il concerne généralement un public assez jeune. En 2010, il a été décidé d’offrir le droit d’entrée pour ce motif, afin de toucher de nouveaux adhérents et de leur « donner goût » au remplacement pour plus tard aller suivre des formations ou partir en congé.
De plus, la gratuité du droit d’entrée est maintenue pour les jeunes installés de moins de cinq ans et offerte la première année pour les jeunes adhérant à GROUPAMA.

Politique de recrutement
En 2009, le service de remplacement n’a pas pu faire face à une quarantaine de jours de remplacement, essentiellement en période de gros travaux, ou lors d’évènements exceptionnels, type salon de l’agriculture, précise Sophie Coquin, trésorière du SDR. Avec deux permanents, un dans le sud et un dans le nord, le centre du département est le plus difficile à couvrir. « On ne peut pas se permettre d’envoyer dans les exploitations des gens qui ne sont pas formés, ce qui serait contraire au niveau de qualité que nous devons à nos adhérents . » explique Sébastien Riottot. 
Un travail de fond est mené avec le pôle emploi pour recruter et former une dizaine de nouveaux agents. Le vivier de personnel qualifié concerne souvent les jeunes en phase de pré-installation. Cette expérience rémunérée leur apporte un complément de revenu ainsi qu’une ouverture sur d’autres pratiques et systèmes d’exploitation.


Contrat GROUPE de Groupama


Le Service de Remplacement a souscrit un contrat de groupe négocié au niveau national avec Groupama afin de couvrir les adhérents qui le souhaitent contre les risques de maladie et d’accident. C’est le service de remplacement qui gère directement les contrats, ceux-ci sont nominatifs. Dans le cas d’un GAEC ou d’une EARL, chaque associé souscrit de façon individuelle. Un questionnaire de santé anonymisé est transmis au médecin conseil de Groupama.
Le montant de l’assurance annuelle s’élève à 237 euros par personne sous réserve d’acceptation du contrat par le médecin conseil la première année. Il permet de toucher 50% du coût journalier d’un remplacement, soit 82 euros au lieu de 160.
Le remplacement est pris en charge sans franchise en cas d’accident et de maladie avec hospitalisation, une franchise de cinq jours s’applique en cas de non hospitalisation. Les indemnités journalières sont perçues directement par le Service de remplacement qui les répercute sur le cout de la journée.
Il ne reste plus que quelques jours pour souscrire, la date butoir étant arrêtée au 31 mars 2010.

Contact : 
service de remplacement de Haute-Marne 
au 03 25 35 03 27 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui