L'Avenir Agricole et Rural 02 avril 2008 à 00h00 | Par F.Thevenin

SERVICE DE REMPLACEMENT - A LA RECHERCHE DE SALARIÉS AGRICOLES

Lors de son assemblée générale, le service de remplacement Racine de Haute-Marne a effectué le bilan de l’année 2007 et tracer les perspectives 2008.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le bilan d’activité de Racine, le Service de remplacement de Haute-Marne, pour l’année 2007, se caractérise par la progression du nombre d’adhérents et une légère augmentation du nombre de journées de remplacement (+ 61 jours). Les points faibles du SDR sont le manque d’agents de remplacement dans certains secteurs et une rupture dans l’animation qui s’explique par le congé maternité de l’animatrice. La communication et la présence sur le terrain en ont donc pâti.
Côté adhérents, leur nombre est passé de 125 en 2004, à 160 en 2005, 182 en 2006 et à 188 en 2007 soit une augmentation de 3,3 % en un an. Ces chiffres montrent une évolution à la hausse permanente et régulière. Ils prouvent l’ancrage du service au sein du département et son utilité. Ils montrent également que son image a considérablement changé en véhiculant désormais des valeurs positives.
Parmi les 182 adhérents de 2006, le centre de la Haute-Marne en compte 83 (+ 10 / 2006), le sud en compte 71(+ 0 / 2006) et le nord 34 (- 4 / 2006). A noter que le contrat groupe (accident, maladie, arrêt de travail de longue durée) avec Groupama compte 51 adhérents soit le même nombre qu’en 2006.
Côté finances, la situation est stabilisée avec un dégagement de 5 000 euros en capitaux propres grâce au soutien financier de la Chambre d’Agriculture, du CER France Haute-Marne et de la MSA. Les comptes sont donc assainis mais restent fragiles ; d’où l’ambition pour Florent Renard, son président, de développer l’activité du service.
 
Les salariés

Côté salariés et donc agents de remplacement qui viennent au sein des exploitations, le SDR de Haute-Marne en compte :

- deux en CDI (un dans le nord et un dans le centre) sachant que le salarié permanent du réseau sud n’a pas encore été remplacé faute d’activité suffisante pour le moment
- 8 équivalents temps plein comme en 2006- 29 vacataires (7 dans le nord, 12 dans le centre et 10 dans le sud) au lieu des 63 de 2006 !
 
Important : pour les mois à venir, le SDR est à la recherche de jeunes qui souhaiteraient devenir agent de  remplacement. Cette recherche s’explique par une plus forte demande de la part des adhérents mais aussi par le départ d’agents actuels qui s’installent ou choisissent d’autres professions. Intéressant : à la suite d’une convention passée entre le SDR et le salarié, un jeune peut, en étant agent de remplacement, valider son Plan Professionnel Personnalisé. Les avantages sont nombreux : acquérir une expérience originale et diverses, rester sur la Haute-Marne et être mieux rémunéré.

Les journées de remplacement

En 2007, les activités étaient donc en légère hausse avec 1 810 jours de remplacement contre les 1 749 de 2006. Cette hausse de 3,4 % s’explique par deux phénomènes :

- la hausse du nombre de jours de congés de maternité (557 au lieu de 451)
- la mise en place du crédit impôt pour congé (14 jours) par l’Etat.

Sur les 1 810 journées de remplacement, les motifs sont les suivants : congés (343 / 321), maternité (557 / 451), paternité (178 / 191), maladie-accident (402 / 453), responsabilité-formation (302 / 308), complément de main-d’œuvre (28 / 25). A noter que les congés de paternité restent en berne alors que les congés de maternité explosent !
Secteur par secteur, il est original de constater que dans le nord du département, les remplacements se font majoritairement pour des raisons de maladies ou accidents. Dans le centre, la maternité est le principal motif et, dans le sud, maternité et maladie sont au premier rang.
Pour conclure sur 2007, même si les objectifs des 200 adhérents et des 2 200 journées n’ont pas été atteints, la légère augmentation du nombre de journées et le retour à l’équilibre des comptes sont des objets de satisfaction. A noter que le crédit d’impôt pour congés a fait des habitués parmi les adhérents. A déplorer : le manque d’information auprès des agriculteurs, des salariés et des OPA.

Objectif 2008

Pour 2008, les responsables avec en tête, Florent Renard, espèrent donc atteindre ces fameux 200 adhérents et les 2 200 journées de remplacement. Afin d’atteindre ces objectifs, le SDR va continuer à promouvoir le service auprès des agriculteurs et des OPA en impliquant les professionnels sur le terrain. Il cherche à recruter des agents de remplacements dans les secteurs où les demandes sont de plus en plus nombreuses comme la traite. Pour répondre aux attentes des agriculteurs, ces agents seront formés à des tâches spécifiques.
Le nouveau «Contrat Groupama» sera également développé et, au niveau régional, un projet commun se met en place afin de fédérer une équipe régionale, de développer le remplacement en quantité et qualité et de faire «redécouvrir» le remplacement aux OPA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui