L'Avenir Agricole et Rural 01 août 2019 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

SÉCURISATION DU SYSTÈME FOURRAGER : MODIFIER L'ASSOLEMENT 2019-2020

Les stocks s’amenuisent, la canicule de la semaine passée a davantage impacté les cultures fourragères dans certains secteurs, les rendements maïs s’annoncent d’ores et déjà compromis... Adapter son assolement 2019-2020 permettrait de pallier au manque de fourrage en sortie d’hiver.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

A . Semer des surfaces pouvant être récoltées au printemps prochain avant une culture de maïs ou sorgho par exemple :

- Implantation de Ray grass d’Italie pour une ou des récoltes (automne 2019 et printemps 2020 : courant avril/ mai) :

Culture par excellence pour refaire du stock rapidement, il peut être semé après les moissons 2019 et jusqu’au 15-20/09. Le choix de la variété sera, dans cette situation, orientée vers des variétés à cycle court (6-18 mois) dites variétés (très) alternatives : elles peuvent constituer rapidement des stocks. Pour une exploitation en fauche (ensilage, foin , enrubanné), préférez des variétés diploïdes plus faciles à ensiler et à sécher.

 

Le lit de semences doit être fin et rappuyé et le semis se fait à 1 cm de profondeur à une dose de 25 -30 kg/ ha. Il peut s’associer à un trèfle incarnat (non gélif) ou trèfle d’Alexandrie (gélif).

 

Coût de semis : entre 70 et 100 Ä/ ha.

Rendement : de 3 à 8-10 tonnes de MS selon le nombre de coupes et la fertilisation.

 

- Implantation d’un méteil cet automne (septembre / octobre) pour récolte au printemps prochain (courant mai/ juin) :

Les méteils sont des mélanges composés d’une association entre des céréales (1 à 2) et de protéagineux (1 ou 2) en général.

De nombreuses associations sont possibles mais il faut veiller à avoir des maturités des céréales équivalentes. Au niveau des protéagineux, le choix peut se porter soit sur du pois fourrager (préférable au pois protéagineux qui aura un développement végétatif limité et risque d’être étouffé) soit sur de la vesce.

Les mélanges peuvent être composés avec par exemple 120 kg de triticale, 30 kg de pois fourrager, 10 kg de vesce, 15 kg d’avoine ou encore 130 kg de triticale, 10 kg d’avoine, 40 kg de pois…

Attention, les proportions de mélange au semis ne seront pas forcément celles que l’on aura au moment de la récolte (tout dépendra de l’hiver et de la fertilisation azotée !!). La fertilisation se fera au printemps 2020 : de 0 à 80 unités en fonction de la proportion de légumineuses dans le mélange. Cette culture ne reçoit pas de phyto.

 

Les potentiels de rendement oscillent entre 6 et 12 tonnes MS en fonction du type de terre et du stade de récolte (selon les objectifs des éleveurs : qualité/ quantité). Plus la proportion de protéagineux (voire de légumineuses) dans le mélange sera importante au moment de la récolte, plus la valeur alimentaire sera élevée (entre 0.6 et 0.85 UFL et de 60 à 85 en PDI).

 

 

 

Suite de l'article dans notre numéro de cette semaine en page 04

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2570 | octobre 2019

Dernier numéro
N° 2570 | octobre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui