L'Avenir Agricole et Rural 08 août 2019 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

SECHERESSE ET CANICULE, GÉRER L'URGENCE ET ENVISAGER L'AVENIR

Pour la troisième année consécutive, les productions fourragères, et surtout les prairies, subissent une période de sécheresse aggravée par de faibles réserves en eau à la fin de l’hiver et des températures exceptionnelles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Trèfle violet pour une production au printemps.
Trèfle violet pour une production au printemps. - © GNIS

Les conséquences économiques et techniques sont lourdes. La perte de la productivité des prairies est évidente. De plus, le potentiel de production est largement entamé pour l’avenir. En effet, il y a disparition de certaines plantes mal adaptées à ces contrastes climatiques, au profit d’autres comme le crépis ou la parcelle enracinée qui ne présentent pas d’intérêt fourrager. Par ailleurs, le maintien des animaux en prairie entraîne un surpâturage préjudiciable aux graminées et qui facilite l’invasion d’adventices adaptées à ce contexte climatique.

 

Cette pénurie de fourrages à pâturer entraîne la nécessité de nourrir avec des fourrages stockés initialement prévus pour l’hiver, ou avec des concentrés avec le surcoût que l’on imagine, sachant que les frais de récolte multiplient par 3 le prix de revient par rapport au fourrage pâturé.

Reconstituer des stocks avec les dérobées fourragères

Les solutions et décisions à prendre sont multiples et à adapter en fonction des conditions du foncier (disposition des parcelles), du type d’animaux, du mode d’exploitation prévu.

 

L’année climatique a avancé la date des moissons et autres récoltes. L’occasion est de miser davantage sur les cultures dérobées fourragères. Au moins 25 espèces sont disponibles, des crucifères, des légumineuses, des graminées comme le moha, le millet, le sorgho. Le choix se fera en fonction de la période prévue de récolte (ou pâturage), récolte uniquement à l’automne ou uniquement au printemps ou à la fois à l’automne puis au printemps. Mais aussi le choix se fera en fonction du mode de valorisation : pâturage, fauche, affourragement. Il faut penser aussi à la destruction de ce couvert et gérer le risque des repousses ou de la disséminatio

 

 

Suite de l''article en page 09 de notre hebdomadaire de cette semaine

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2562 | août 2019

Dernier numéro
N° 2562 | août 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui