L'Avenir Agricole et Rural 31 mai 2007 à 00h00 | Par SOURCE ARVALILS

SECHERESSE EN HAUTE-MARNE - GROS DEGATS SUR LA VARIETE CERVOISE

Les conditions météo du mois d’avril ont été fatales à certaines cultures d’orges d’hiver. La variété cervoise semble la plus touchée par le phénomène de stress qui est explicité dans le document d’Arvalis reproduit ci-dessous.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Origine possible des stérilités des orges d’hiver.


Comme les blés, les conditions climatiques peuvent se traduire sur les orges d’hiver et les escourgeons par des absences de grains à la récolte.
Si l’épi a une morphologie et un aspect normal en début de remplissage (pas d’épillets avortés, de courbures de l’axe, de dessèchement précoce), le diagnostic doit alors s’orienter vers des problèmes faisant intervenir soit la méiose pollinique soit la fécondation.
La méiose pollinique nécessaire à la formation des grains de pollen assurant la fécondation exige une série d’étapes de division puis de multiplication cellulaire, sensible à des conditions environnementales particulières.
Contrairement aux blés, des basses températures sans pour autant être associées à un faible rayonnement peuvent induire des stérilités de grain de pollen. La température seuil en dessous de laquelle les préjudices se manifestent se situe à des valeurs proches de 0 °C.
Ce type de phénomène met le plus souvent en jeu un effet génétique : des variétés sont ainsi plus sensibles que d’autres, à précocité égale. La méiose peut aussi être perturbée au contraire par des températures maximales trop élevées, proches de 30 °C. Il convient ici de souligner que la sécheresse du sol peut intervenir indirectement : en présence d’un déficit précoce et marqué, la température à l’échelle de la plante s’élève.

Le stade repère qui permet le plus souvent de dater cet événement cellulaire (qui dure environ 48 h à l’échelle du champ) est le tout début de sortie de barbes.

Pour la fécondation, les mêmes facteurs sont susceptibles d’intervenir. Ce processus et notamment la germination du tube pollinique est altéré avec des températures proches de 0 °C ou des maxima supérieurs à 30 °C. Un assèchement rapide de la plante peut également contribuer à un déficit de croissance du tube germinatif. Mais en ce cas, ce type d’effet engendre le plus souvent un dessèchement prématuré de l’épi.
Au vu des événements climatiques observés au mois d’avril, il est donc tout à fait possible d’obtenir de tels symptômes actuellement dans les champs. Le diagnostic issu de la confrontation entre les données météorologiques et les dates d’apparition des stades sensibles prêchent plutôt en la faveur de problèmes liés au froid à la méiose, renforcés par un assèchement exceptionnel des sols en avril.

La sécheresse peut également intervenir en anticipant l’arrivée des stades, augmentant cette année le risque de rencontrer de plus basses températures. Enfin, le fait que certaines variétés soient significativement plus affectées que d’autres, à précocité égale dans des champs proches oriente également le diagnostic vers des problèmes liés à la méiose.



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui