L'Avenir Agricole et Rural 16 avril 2015 à 08h00 | Par JLB

Se protéger contre le vol

La SDAE a traité le risque vol lors de sa dernière réunion d’information. La Gendarmerie et Groupama ont donné des conseils utiles pour prévenir ce risque qui se répand dans le monde rural.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les particuliers doivent vérifier si leur contrat d’assurance inclut le risque vol.
Les particuliers doivent vérifier si leur contrat d’assurance inclut le risque vol. - © JLB

Une section en action

130 retraités agricoles se sont retrouvés le 9 avril à SEMOUTIERS pour une journée festive précédée d’une présentation sur les vols et leur prévention. Claude DEBLAIZE a profité de cette occasion pour rappeler les dernières revendications syndicales.

Depuis la dernière assemblée générale du 13 novembre, la SDAE 52 a ouvert le chantier de la renégociation de la complémentaire santé Mutualia. Les négociations se poursuivent au niveau régional et des propositions seront faites avant la fin de l’année. Les autres partenaires (Groupama, Pacifica) seront aussi sollicités pour actualiser les offres de groupe.

La SDAE a aussi participé au congrès national qui a adopté une motion dont Claude Deblaize a donné lecture. Il y est question notamment de la revalorisation des retraites par le calcul des 25 meilleures années, de la forfaitisation de la majoration pour enfant, du financement de la dépendance et du réhaussement des seuils d’abattement CSG.

Mais la convivialité reste un mode de fonctionnement essentiel dans la vie de la section qui a programmé plusieurs sorties (Puy du Fou, Beaune).

 

La gendarmerie proche des ruraux

Le Groupement de Gendarmerie Départementale de la Haute Marne actuellement dirigé par le Colonel PERRET a répondu spontanément à la demande de la Section en déléguant l’Adjudante Sabrina HENRY, référente sûreté, qui est venue exposer le rôle de la puissance publique. L’intervention s’est déroulée en 2 temps :

- La première sur la sécurisation des biens,

- La seconde sur l’élucidation des infractions.

L’Adjudante HENRY a reprécisé son rôle de Référent de Sureté, une fonction qui a été mise en place récemment pour proposer des actions préventives aux citoyens et aux acteurs économiques. Son expérience de terrain, sa bonne connaissance des enquêtes judiciaires, des modes opératoires des délinquants lui permettent d’apporter des conseils pertinents tant sur le plan réglementaire que matériel ou humain. Le but de la prévention est de dissuader le passage à l’acte ou tout au moins, de retarder les délinquants et  réduire les dommages. C’est aussi mettre en place des dispositifs et des réflexes pour alerter et faciliter l’intervention des gendarmes.

La gendarmerie rappelle qu’elle est à l’écoute et à la disposition des citoyens pour mettre en place des services de patrouilles. C’est le cas notamment pour les particuliers qui s’absentent de leur maison d’habitation.

L’Adjudante HENRY a profité de l’auditoire de retraités pour leur rappeler quelques réflexes de bon sens, tels que la fermeture des dépenses et bien sûr des locaux d’habitation, sans oublier de retirer les clés sur les voitures sachant que la pratique du home-jacking avait tendance à se développer (il s’agit du vol par intrusion rapide, généralement de jour, lorsque les habitants sont présents). Des dispositifs actifs sont aussi de plus en plus efficaces tels que les éclairages, les détections de choc, les détections infrarouges ou hyperfréquence, les caméras, les puces électroniques, etc….

Concernant l’élucidation des infractions le Capitaine LAURENT recommande de laisser les lieux en l’état afin de permettre aux gendarmes de pouvoir relever les éléments de preuve qui seront utiles pour l’instruction de la plainte. Le 17 est le numéro d’appel central qui permet de mobiliser les moyens de la force publique. Mais il n’est pas nécessaire d’attendre l’infraction pour signaler des comportements ou des faits suspects. Alerter n’est pas dénoncer. C’est tout le contraire de la délation qui repose sur l’anonymat. L’observateur ne sera pas non plus entraîné dans une procédure de dépôt de plainte compliquée. Le simple appel téléphonique suffira dans la plupart des cas.

Suite de cet article dans notre édition du 17 avril 215.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2406 | août 2016

Dernier numéro
N° 2406 | août 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui