L'Avenir Agricole et Rural 31 octobre 2013 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

SANTÉ SANITAIRE - De la prévention pour réduire la mortalité des veaux.

Le Groupement de Défense Sanitaire de la Haute-Marne propose des modules pour mieux prévenir et maîtriser les pertes à la naissance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Jeudi 24octobre a eu lieu la première de la série «maladies néonatales des veaux» à la clinique du Rongeant à Joinville en présence du vétérinaire Stéphane Boreck. Après une réunion d’information et d’échange, le groupe s’est rendu chez Etienne Seclier au GAEC du Père. Au programme: examen d’un veau comme s’il était malade, utilisation du colostrum et de l’alimentation et enfin mesures de préventions.

Il s’agit d’agir avant les soins, on doit donc intervenir en amont pour éviter les risques sanitaires. Souvent les éleveurs négligent le bénéfice économique qu’il est possible de réaliser en réduisant la mortalité dans une ferme. Ses conséquences sont des coûts de traitement, des frais vétérinaires et avec la perte, c’est du temps passé qui n’est pas rémunéré.

Une étude a été effectuée par D. Raboisson sur la mortalité des veaux laitiers, elle ne prend en compte que les bêtes nées et mortes dans la même exploitation. Les chiffres sont alarmants: 11,6% des veaux meurent avant leur premier mois d’âge, normalement, on devrait être autour de 5%. Les diarrhées sont responsables dans 85% des cas, la prévention est donc essentielle. Une génisse avec un historique de diarrhées néonatales multiplie par deux et demi le risque de réforme précoce. De plus, le risque que le vêlage se fasse après 30 mois est multiplié par 2,9. Le surcroît lié à l’élevage d’une génisse laitière vêlant à 30 mois au lieu de 24 est de 235 Ä. Pour réaliser du vêlage à deux ans, l’éleveur doit mettre un plan d’alimentation contrôlé et vérifié. Il doit surveiller le poids à six mois, à l’insémination et au vêlage. Si la courbe de croissance n’atteint pas les objectifs, la future production laitière sera pénalisée.

 

L’alimentation.

Le risque est constant avec un impact important, cela a une influence sur la qualité du colostrum et la vitalité du veau. A surveiller: la quantité, la qualité (énergie, azote, minéraux, vitamines…), la conservation (moisissures…) et l’eau. Il faut observer les veaux pour voir si l’alimentation est mauvaise, la qualité des bouses et analyser le fourrage. Dès la troisième semaine, le veau doit commencer à jouer avec le bloc de sel et le manger.

 

L’aménagement des bâtiments.

Les éléments à investiguer sont la densité, le volume d’air à chauffer, la ventilation, la luminosité, l’aménagement et l’hygiène. Si la température est élevée, la fréquence respiratoire augmente et la filtration est moindre. Si la vitesse de l’air froid est élevée, on a une perte de chaleur qui entraîne un stress thermique. Plus l’hygrométrie est faible, plus le mucus se dessèche et la filtration est affaiblie. Pensez à curer régulièrement la litière, car au-delà de 36°C on a une multiplication microbienne. Une étude de 2010 sur les taurillons et les veaux laitiers démontre qu’une densité augmentée de 10% double le nombre de malades, et le triple si elle est de 40%. Il faut une bonne ventilation, un paillage régulier en quantité suffisante et vérifier la propreté des animaux. Pour une bonne désinfection, bien respecter les doses et veiller au bon déroulement: le curage puis le nettoyage et ensuite la désinfection.

 

La relation mère-veau.

Les éléments à surveiller sont le vêlage, la viabilité du veau, le milieu de naissance, la contamination du veau, le transfert immunitaire ainsi que le niveau de défense de l’animal. Le vêlage de la génisse est un facteur à risque, il convient d’être attentif au temps passé entre la mise bas et la prise de colostrum. Cette dernière doit se faire le plus vite possible. Il est conseillé 2 litres les 2 premières heures, 6 litres dans les 24heures. Le manque d’anticorps peut causer des diarrhées, le but est d’assurer un capital d’anticorps suffisant, ce n’est pas la quantité qui compte. Il faut bien mesurer la quantité de colostrum nécessaire, sachant qu’il n’y a que 25% des anticorps dans le colostrum qui passent par le sang. Il faut garder le surplus pour se constituer une réserve. Le colostrum se conserve jusqu’à 48heures dans un seau propre, 4 à 5 jours au réfrigérateur et de 1 mois à 1 an au congélateur, à décongeler au bain-marie (le micro-ondes détruit les anticorps). La palpation du ventre est un moyen de s’assurer d’une bonne prise alimentaire. Il faut être attentif à l’hygiène lors du vêlage, le matériel doit être propre, lavé et désinfecté.

 

L’état sanitaire.

Le but est de garder les veaux en bonne santé pour ne pas pénaliser la carrière du futur reproducteur. Mais lorsque les grands équilibres (nurserie, alimentaire ou sanitaire) ne sont pas respectés, le veau ne survit pas et il est fortement conseillé de réaliser une autopsie qui donne beaucoup d’informations sur les causes du décès. Le parasitisme chez la mère doit être surveillé correctement pour ne pas fragiliser le veau. La BVD est également à surveiller pour éviter de produire des IPI, souvent à l’origine de pertes importantes. Il y a deux méthodes pour déceler le BVD, par prélèvement de sang (méthode d’analyse PCR à 37 Ä) ou par la boucle auriculaire qui permet de dépister précocement la maladie (la boucle et l’analyse reviennent à 5,35Ä par naissance, à la charge de l’éleveur).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

>

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui