L'Avenir Agricole et Rural 22 août 2019 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

SANITAIRE : LA FORÊT HAUT MARNAISE SOUMISE À RUDE ÉPREUVE

Les arbres du département, et plus généralement du Grand Est, font face à plusieurs agresseurs comme la chalarose du frêne, les scolytes et les chenilles processionnaires. De plus, la sécheresse de l’été n’arrange pas la situation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les scolytes logent sous l’écorce et se nourrissent du bois.
Les scolytes logent sous l’écorce et se nourrissent du bois. - © JYB DEVOT

Les organismes forestiers sont en alerte, cela fait plusieurs mois que certaines essences d’arbres sont sous surveillance.

 

Des insectes ravageurs

Les attaques de scolytes sont en forte augmentation, à tel point qu’elles sont entrées dans une phase épidémique. Ce sont des coléoptères qui mangent le bois situé sous l’écorce. La tempête Eleanor en 2018 a envenimé les choses : les arbres tombés à terre n’ont pas été exploités à temps et ceux-ci sont des foyers de reproduction pour les scolytes.

Les arbres attaqués par les scolytes sont reconnaissables au dessèchement de leurs rameaux et de leurs branches, avec une écorce qui se soulève à certains endroits. « Malheureusement, le seul traitement à faire est d’abattre les arbres et de les évacuer rapidement » indique Jimmy Petit, technicien au CRPF. « Il existe un piégeage avec des phéromones, mais il n’est pas très efficace ».

À l’automne 2018, 600 000 m³ d’épicéas ont dépéri en Grand Est. En Haute-Marne, « toutes les parcelles d’épicéas sont touchées à des degrés divers » explique Mickaël Léotier, gestionnaire forestier au CPF 52. « Les scolytes attaquent principalement l’épicéa, mais aussi d’autres résineux comme le sapin pectiné. Si la situation persiste, il n’y aura plus d’épicéas en Haute-Marne dans les 10 années à venir ». Par conséquent, de nombreux lots d’épicéas sont sur le marché ce qui fait baisser son cours, parfois jusqu’à 3 Ä/m³ (un prix divisé par dix). L’épicéa peut être remplacé par le douglas (pour les sols les plus riches), du mélèze d’Europe ou des pins.

 

Suite de l'article dans notre édition de cette semaine en page 04

 

 

Bonne lecture

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2566 | septembre 2019

Dernier numéro
N° 2566 | septembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui