L'Avenir Agricole et Rural 18 octobre 2012 à 10h37 | Par Denis Daillet

Sanitaire - Engagement des éleveurs dans la lutte contre la BVD

Le rôle du GDS est, entre autre, d’initier des actions sanitaires collectives, prévenir les maladies, pour éviter des contaminations ou pour assainir nos cheptels.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le prélèvement de cartilage auriculaire, une action volontaire à mettre en oeuvre.
Le prélèvement de cartilage auriculaire, une action volontaire à mettre en oeuvre. - © Reussir

En Europe et en France, la lutte contre la BVD s’est engagée, nos départements limitrophes sont également dans l’action depuis le début de l’année. Par exemple les Vosges qui ont déjà dépisté 170 IPI sur 12 500 veaux engagés dans un dépistage par boucles à prélèvement de cartilage. Ce dépistage précoce permet de détecter rapidement «les bombes  à virus» dans les élevages. Le GDS de Haute Marne souhaite également donner un coup de pouce à la lutte contre la BVD.

La BVD en général

La diarrhée virale bovine/ Maladie des muqueuses (BVD/MD) est l’une des pathologies les plus coûteuses chez les bovins. Son origine est un virus de la famille des pestivirus.

Contexte général

Plusieurs pays Européens ont lancé un vaste programme d’élimination précoce des IPI afin de diminuer très fortement la présence de ce virus dans les cheptels bovins. En France, en 2011, huit départements pilotes ont mis en place un moyen de lutte permettant de contrôler rapidement la présence d’IPI dans les cheptels, le bouclage auriculaire. Cette boucle posée à la naissance permet de détecter précocement la présence d’IPI. La France est en cours de réflexion afin de statuer sur l’homogénéisation de cette pratique

Quelles conséquences pour le cheptel ?

Elle est à l’origine de pertes considérables dues aux problèmes de reproduction (mortalité embryonnaire, malformations congénitales, veaux IPI, malformations,..) ainsi qu’aux troubles digestifs, respiratoires et généraux ; ces deux derniers sont générés suite à l’immunodépression induite par le virus.

Dynamique de propagation du virus :

L’épidémiologie du virus lui est propre. Du fait de sa faible résistance dans le milieu extérieur, sa transmission se fait essentiellement par contact direct entre bovins. A la différence d’autres maladies, la seule forme de portage latent est ici représentée par les animaux Infectés Permanents Immunotolérants. (IPI), qui constituent les réservoirs quasi exclusifs du virus. L’infection d’une femelle non protégée en début de gestation conduit à la naissance d’un veau appartenant à cette classe d’animaux. La boucle est ainsi bouclée et le virus peut à nouveau se propager.

 


Pour lire les informations sur les projets pour la Haute-Marne en matière de BVD, consultez l'Avenir Agricole du 19 Octobre 2012.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2471 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2471 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui