L'Avenir Agricole et Rural 08 octobre 2020 à 10h00 | Par TM

S’inscrire dans la transition écologique

L’Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France (AAMF) a organisé son assemblée générale à l’EARL de Grivée à Colombey-lès-Choiseuls. L’AMMF, qui couvre quasiment un méthaniseur sur deux en France, a fêté ses dix ans d’existence.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Francis Claudepierre : « on peut créer de la richesse en protégeant l’environnement ».
Francis Claudepierre : « on peut créer de la richesse en protégeant l’environnement ». - © TM

C’est le 2 octobre, sur l’exploitation de Philippe Collin, secrétaire général de l’association (mais qui ne s’est pas représenté), que l’AAMF a organisé son assemblée générale. L’organisme est passé d’une centaine d’adhérents en 2018 à 321 aujourd’hui, dont 80 en Grand Est. 67 % des adhérents sont en cogénération et les deux tiers ont des installations individuelles.

Une enquête interne menée sur les installations en cogénération révèle quelques données. Ces unités ont une puissance de 470 kW en moyenne pour un investissement total moyen de 6 300 € par kWé installé. En moyenne 45 % de la chaleur est valorisée. 85 % du digestat est valorisé uniquement via un plan d’épandage sur une surface moyenne de 605 ha (5 exploitations en moyenne). La surface réellement épandue est de 349 ha (69 % du plan d’épandage). Le digestat épandu est majoritairement brut (56 %), il est liquide dans un tiers des cas et n’est utilisé en solide que dans 13 % des cas. La majorité des volumes est épandue au printemps.

Garder la main

« Quel chemin parcouru sans que jamais nous perdions de vue l’objectif fixé au départ : se faire entendre pour que l’enjeu de la méthanisation n’échappe pas aux agriculteurs et qu’à terme les paysans ne deviennent pas les faire valoir des industriels qui voudraient faire du gaz à notre place » déclare Francis Claudepierre, président de l’AAMF, et premier agriculteur méthaniseur de France en 2003. « N’oublions jamais que la méthanisation n’est pas une fin en soi, mais un outil pour projeter nos exploitations dans l’avenir. Nous sommes des nourrisseurs de la terre, la production d’énergie arrive en complément, elle consolide notre métier et le rend attractif » ajoute l’éleveur Meurthe-et-mosellan.

Représentation nationale

L’association est avant tout un lieu de partage, d’où l’importance accordée aux rencontres sur le terrain qui permet de multiplier les échanges et les retours d’expérience. Mais l’AAMF est également le représentant de la filière biométhane française. Elle défend les intérêts de la méthanisation agricole au niveau régional, national et même européen. Elle est force de proposition et alerte sur la faisabilité des textes au regard de la réalité du terrain. Parmi tous les dossiers travaillés, citons la négociation des nouveaux tarifs d’injection de biométhane et la création d’une « nomenclature intrants» pour faciliter les déclarations des exploitants et les contrôles des autorités.

L’agriculture au coeur des enjeux

Pour la géographe Sylvie Brunel, qui est intervenue à la suite de l’assemblée générale, les agriculteurs méthaniseurs sont engagés dans une « démarche globale visant à remettre l’agriculteur au coeur des grands enjeux de société, au centre de la transition écologique et énergétique ». L’écologie est devenue un mot d’ordre mondial, avec trois grands domaines : le changement climatique (agir sur les causes et les conséquences), la biodiversité (la préserver et la reconstituer) et la transition énergétique (utiliser moins de ressources). Or le monde agricole a toutes les réponses à ces problématiques.

L’agriculteur devra continuer à produire pour nourrir la population mondiale, surtout que les besoins alimentaires vont augmenter. Il faudra passer d’une production de 2,7 milliards de tonnes de céréales à 3,4 milliards de tonnes d’ici 2050. Les filières agricoles doivent être performantes pour tenir face aux fortes tensions causées par la faim dans le monde, surtout que les importations des pays en développement seront multipliées par 3 d’ici 2050.

Vous pourrez retrouver l'intégralité de cet article dans notre édition du 09 Octobre 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2623 | octobre 2020

Dernier numéro
N° 2623 | octobre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui