L'Avenir Agricole et Rural 08 août 2019 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

RURALITE : LE VILLAGE EST LA CLÉ DE L'APAISEMENT DE NOTRE SOCIÉTÉ

Actant le « sentiment de relégation, voire d’abandon [qui] demeure, en particulier dans les zones rurales », le Premier ministre a demandé à cinq parlementaires et élus locaux de plancher sur un Agenda rural, qui a été remis le 26 juillet à la ministre de la Cohésion des territoires et au ministre de l’Agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dominique Dhumeaux, vice-président de l’Association des maires ruraux de France, « Pour traiter le sentiment d’abandon, il faut que tout le monde s’y mette »
Dominique Dhumeaux, vice-président de l’Association des maires ruraux de France, « Pour traiter le sentiment d’abandon, il faut que tout le monde s’y mette » - © AGRA

Le rapport, « Ruralités : une ambition à partager », présente 200 propositions autour de la mobilité, de la santé, de l’éducation et de l’inclusion numérique.

Quelques-unes ont trait directement à l’agriculture. Dominique Dhumeaux, maire « sans étiquette » de Fercé-sur-Sarthe et vice-président de l’Association des maires ruraux de France, le décrypte.

Pour Dominique DHUMEAUX, si on s’occupe des citoyens dans le monde rural,  on s’occupe des agriculteurs.
Pour Dominique DHUMEAUX, si on s’occupe des citoyens dans le monde rural, on s’occupe des agriculteurs. - © JLB

 

 

 

Quel objectif vous êtes-vous fixé en tant que rapporteur de l’agenda rural ?

La priorité a été de rechercher des solutions concrètes capables de redonner confiance aux habitants des zones rurales. Que le sentiment d’abandon des territoires ruraux puisse être pris en compte et que les gens voient que l’on s’occupe d’eux. L’agenda rural retenait l’attention du président Macron mais ce n’était pas une priorité. La forte mobilisation des Gilets jaunes a remis le dossier sur le dessus de la pile ; poussé aussi par l’association des maires ruraux de France. Je suis convaincu que le village est la clé de l’apaisement de notre société.

 

 

 

Comment s’est déroulée la mission ?

Pendant quatre mois, nous avons auditionné 200 personnes qui  de près ou de loin ; avaient un lien avec le monde rural. Nous avons auditionné des ministres, des politologues, des associations, le monde médical, l’enseignement et également les syndicats agricoles. On ne s’est pas donné de limites. Entre rapporteurs, nous pouvions avoir des divergences. Par exemple, sur les intercommunalités, nous avions des points de vue différents sur leur rôle, échelon au-dessus des communes ou outil à leur service. Il a pu y avoir des rapports de force mais ils ont été assez sains. Et, finalement, les 200 propositions ont été validées par les cinq rapporteurs.

 


 

 

 

 

Suite de l'article en page 18 de notre hebdomadaire de cette semaine

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2577 | décembre 2019

Dernier numéro
N° 2577 | décembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui