L'Avenir Agricole et Rural 04 novembre 2011 à 10h00 | Par E. DAUPHIN

REVITALISATION RURALE - A l’abri du besoin

L’association Habitat&Développement est revenue sur ses activités à l’occasion de son assemblée générale. Elle est chargée de la réalisation des opérations programmées par la délégation locale de l’Agence Nationale de l’habitat (ANAH).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’association remonte la pente

«Qui paie ses dettes s’enrichit », dis le dicton. C’est le cas de l’association H&D, qui était au fond du gouffre avec un endettement de 120 000 euros en 2006. Depuis la reprise de la direction par Claude Galand, auditeur à l’institut des Hautes Finances à Paris et également directeur d’Habitat et Développement dans l’Aube, la structure, devenue bénéficiaire, reconstitue progressivement son fond de roulement. Ainsi, le résultat de 24 000 euros réalisé en 2010 permet de ramener la dette de la structure à 11 000 euros en 2011, après affectation aux réserves ordinaires.
Ce redressement, qui s’est fait sans licenciement, par une mutualisation des moyens informatiques et humains, a de quoi mettre en confiance le Conseil Général, principal finançeur de la structure, qui doit voter prochainement la dotation annuelle afin de poursuivre les missions d’intérêt général qui lui sont dévolues auprès des collectivités territoriales et des habitants.

L’activité d’Habitat et Développement

3000 rendez-vous, 6000 appels téléphoniques à travers 23 lieux de permanence et 466 visites à domicile ont permis d’aider 355 personnes à améliorer leur logement dans le cadre d’opérations programmées d’amélioration de l’habitat et de revitalisation rurale et de programmes d’intérêt général. Les personnes qui en bénéficient sont majoritairement âgées de plus de 60 ans. L’artisanat local est indirectement favorisé de cette initiative qui a généré 6,3 millions d’euros travaux. Un montant couvert à hauteur d’un tiers par des subventions. Une démarche territorialisée qui ne peut se faire sans le concours actif des collectivités territoriales. L’acteur pivot étant souvent la communauté de commune.

Qu’est-ce que l’ANAH ?

L’Agence nationale de l’habitat est un établissement public d’État créé en 1971. Elle a pour mission de mettre en œuvre la politique nationale de développement et d’amélioration du parc de logements privés existants.
Pour atteindre cet objectif, elle encourage l’exécution de travaux en accordant des subventions aux propriétaires occupants, aux propriétaires bailleurs de logements locatifs et aux copropriétaires. Sa vocation sociale l’amène à se concentrer sur les publics les plus modestes.
En 2010, l’Anah a adopté un nouveau régime d’aides. Il lui permet de recentrer ses interventions sur les enjeux sociaux qui caractérisent le mieux le parc privé aujourd’hui, avec trois axes prioritaires :
• La lutte contre l’habitat indigne et très dégradé ;
• Les propriétaires occupants les plus modestes, avec une intervention forte sur la lutte contre la précarité énergétique et la prise en compte des besoins d’adaptation liés à la perte d’autonomie ;
• Le ciblage de l’aide aux propriétaires bailleurs sur les logements montrant un niveau de dégradation significatif.

Pour adapter au mieux ses aides aux situations locales, l’Anah est présente dans chaque département par le biais de sa délégation locale intégrée au sein de la Direction départementale des territoires (DDT). Elle se positionne comme un partenaire des collectivités territoriales, notamment dans le cadre d’opérations programmées.

"Habiter mieux"
"Habiter mieux" - © Action logement

«Habiter mieux», un programme exceptionnel contre l’insalubrité

Habiter mieux fait partie des «investissements d’avenir». Ce programme a été confié par l’Etat à l’Agence nationale de l’habitat. Il consiste à aider 300000 propriétaires occupants, sous conditions de ressources, à améliorer la performance énergétique de leur logement, leur qualité de vie et leur pouvoir d’achat.
Sur une durée de 7 ans, l’Etat va investir 500 millions d’euros et l’Anah, 750 millions d’euros pour contribuer à la rénovation thermique des logements les plus consommateurs en énergie.

Bien vous chauffer tout en réduisant le montant de vos factures

Habiter mieux, c’est une aide financière nouvelle et un accompagnement personnalisé pour vous permettre sous certaines conditions de réaliser les travaux de rénovation thermique nécessaires pour diminuer votre consommation d’énergie de 25%.

Habiter mieux, c’est :

• une aide forfaitaire de l’Etat d’un montant minimum de 1 100 euros au titre des investissements d’avenir. Elle est versée en complément des aides aux travaux de l’Anah
• votre conseil général, votre communauté de communes ou votre ville peut accorder un complément à cette prime et dans ce cas la prime de l’Etat est augmentée du même montant (dans la limite de 1 600 euros).
• en supplément, selon votre lieu de résidence, d’autres aides sont également possible pour financer votre projet de travaux. Des prêts Missions Sociales sans intérêt peuvent également vous être consentis.
En Haute-Marne, 714 logements sont potentiellement concernés par cette aide exceptionnelle au 31 décembre 2013. En 2011, l’objectif de 239 dossiers ne sera pas atteint, par manque de repérage des personnes en difficultés. Parlez-en autour de vous.


Renseignements :
Habitat&Développement
au 03 25 03 17 22

Jean-Marc Fèvre, président de la Communauté de commune de Doulevant le Château et Odile Bisson, chargée d’études Habitat&Développement œuvrent à la réalisation d’une opération de revitalisation rurale sur le secteur Doulevant/ Val de Blaise.
Jean-Marc Fèvre, président de la Communauté de commune de Doulevant le Château et Odile Bisson, chargée d’études Habitat&Développement œuvrent à la réalisation d’une opération de revitalisation rurale sur le secteur Doulevant/ Val de Blaise. - © E. Dauphin

Les communautés de communes s’engagent dans des opérations programmées

Un exemple dans les communautés de commune de Val de Blaise et de Doulevant le Château.
Les deux communautés de commune se sont unies dans une volonté politique de mener à bien un programme de revitalisation rurale. Et même si la procédure a été laborieuse, malgré l’appui de l’opérateur Habitat&Développement, elle a finalement abouti à une OPAHRR. D’une durée de deux ans, le bilan à mi-parcours est pus qu’encourageant ;
Les propriétaires bailleurs ont bénéficié de 408 706 euros et les propriétaires occupants de 178 467 euros, soit au total 587 173 euros. 64 logements au total ont été subventionnés, dont quatre sorties d’insalubrité.
«Mais l’effort ne doit pas se relâcher, même si les dossiers se font plus rares, car il existe encore des personnes qui peuvent en bénéficier. Nous travaillons de concert avec les services sociaux du conseil général et la MSA afin d’accroître le repérage des situations difficiles» indique Jean-Marc Fevre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui