L'Avenir Agricole et Rural 05 octobre 2017 à 08h00 | Par Delhaye Benjamin Aurore Baillet – Terres Inovia

Réussir son implantation

L’implantation du pois d’hiver est une étape clef du processus de production. L’objectif principal est d’avoir une levée homogène et rapide ; de limiter la sensibilité au gel et de préparer l’action des herbicides.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Eviter absolument toute zone compacte et toute rupture de porosité, pouvant limiter la vitesse de ressuyage et entrainer un ennoiement superficiel ainsi que de l’asphyxie racinaire.
Eviter absolument toute zone compacte et toute rupture de porosité, pouvant limiter la vitesse de ressuyage et entrainer un ennoiement superficiel ainsi que de l’asphyxie racinaire. - © Terres Inovia

Condition d’implantation

Comme toutes légumineuses, le pois d’hiver a besoin d’être semé dans un sol ressuyé et aéré. Le lit de semences doit être aéré sur 15 à 20 cm de profondeur de manière à faciliter le développement racinaire et la mise en place des nodosités qui assurent la nutrition azotée de la plante.

Afin d’obtenir des plantes vigoureuses et résistantes (au froid notamment), il est important de semer les graines assez profond, à 4-5 cm, et de bien les recouvrir. Cela permettra de limiter les phénomènes de phytotoxicité en cas de désherbage de prélevée, améliorera la résistance au froid et limitera le phénomène de déchaussement.

Pour faciliter la récolte (enfouissement des cailloux et nivellement du sol), un roulage peut être recommandé. Celui-ci doit être effectué après le semis ou avant la reprise de végétation. Si vous appliquez un herbicide de prélevée, veillez à rouler avant l’application herbicide pour ne pas perturber son efficacité. En sol limoneux, privilégier le roulage en sortie hiver.

Semer à partir du 25 octobre

Les dates optimales de semis varient selon les secteurs. Pour la zone nord-est, les dates optimales se situent entre le 25 octobre et le 15 novembre. L’objectif est d’avoir des pois d’hiver levés (1-2 feuilles) et pas trop développés avant les fortes gelées. Dans le cas de semis trop précoces, les cultures seront exposées à un développement  important à l’automne, risquant ainsi d’augmenter l’impact des fortes gelées (la résistance diminue autour de 5-6 feuilles) et/ou l’infestation des maladies aériennes.

Densité de semis

L’autre critère important est la densité de semis. Des semis trop denses augmenteront la pression des maladies ou le risque de verse. Respecter les densités optimales selon votre type de sol et en fonction du PMG de la variété.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 06 Octobre 2017.

Risque Aphanomyces

Afin de limiter le risque maladie, et en particulier Aphanomyces, il est important de respecter un délai de retour d’au moins 5 ans entre deux pois (hiver ou printemps) sur une même parcelle.

Un test est disponible pour connaitre à la parcelle votre niveau d’infestation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2473 | décembre 2017

Dernier numéro
N° 2473 | décembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui