L'Avenir Agricole et Rural 03 octobre 2013 à 10h14 | Par L'Avenir Agricole et Rural

RETRAITE - UNE MUTUELLE

fort de son expérience, CAPMA et CAPMI acteur du monde agricole veut se faire connaître.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Françoise Gillet,succédera au poste de présidente à Monsieur Claude Durst.
Françoise Gillet,succédera au poste de présidente à Monsieur Claude Durst. - © THIBAUT MORILLON

Vendredi dernier la mutuelle d’assurance CAPMA et CAPMI de la Haute-Marne qui appartient au groupe Monceau assurances a tenu son assemblée générale. Après une douzaine d’années à la tête du conseil d’administration, Claude Durst laisse sa place à Françoise Gillet, la nouvelle présidente.

Présent depuis plus de 50 ans.

La Caisse d’Assurance et de Prévoyance Mutuelle Agricole a été fondée en 1955 à Alger, par des exploitants agricoles, afin de mettre en commun des moyens pour couvrir des risques. Après sa réinstallation en métropole, elle se développe en diffusant un régime de retraite complémentaire facultatif par points, géré par capitalisation (la première dans son domaine). En 1969, elle lance les premières formules de produit d’épargne assurance vie, crée sa société mutuelle sœur en 1976 : la CAPMI, ouverte aux autres professions. CAPMA et CAPMI fusionnent en 1992 et compte aujourd’hui 60 000 adhérents dont de 262 sociétaires en Haute-Marne.

En 1997 la gamme de produits d’assurance vie et retraite est complètement revisitée et donne naissance à Dynavie, contrat multi support à versements libres, de conception modulaire pour mieux s’adapter aux évolutions. Cette année, le magazine Challenge le classe parmi les cinq meilleurs contrats d’assurance vie (la valeur des points ne peut pas baisser, ce qui est rare). Actuellement Dynavie représente 0,86 % du marché national et le groupe enregistre une hausse de 58 % de nouveaux sociétaires au niveau national. Malgré la baisse des taux et les revalorisations accordées, les régimes par points sont tous couverts, de plus il n’y a pas de distinction entre homme et femme mais des paliers par tranche d’âge.

Une approche particulière.

Une gestion cantonnée, une totale transparence ainsi qu’un suivi sur le long terme constituent les règles d’éthiques. Il n’y a pas d’actionnaires, la mutuelle est contrôlée par des sociétaires représentés au niveau local et national. Une fois par an les sociétaires reçoivent la visite de leur conseiller afin de garder un lien de proximité. « On ne fait pas de réserve d’argent » explique François Jeanvoine, « Tout est distribué aux anciens et aux nouveaux sociétaires. Il n’y a pas de taux promotionnels, tout est dans la gestion, l’anticipation, tout le monde est récompensé de la même façon ». Tous les bénéfices excédentaires sont donc partagés entre les sociétaires, entraînant une réévaluation des pensions de retraite ou une rémunération. En 2012, la CAPMA est une des rares compagnies à avoir donné plus aux sociétaires que l’année précédente.

La politique commerciale donne la priorité au parrainage et à la recommandation pour construire la clientèle future sur la base sur sociétariat actuel. Il faut dire que la moitié a plus de 65 ans. Ses objectifs : une visibilité médiatique en croissance, ainsi qu’une collaboration active et focalisée sur le développement associatif. La conférence a permis de présenter le produit sérénité viagère permettant un revenu garanti à vie avec un taux minimum du revenu dès la souscription et pendant toute la durée du contrat. Ce dernier prévoit un capital en cas de décès de l’assuré ainsi qu’un rachat possible pour faire face à un imprévu. De plus, la rente viagère présente une fiscalité avantageuse.

La CAPMA souhaite également renforcer le lien avec les acteurs locaux comme le prouve sa présence le 18 août à Thilleux lors de la fête de l’agriculture.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2461 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2461 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui