L'Avenir Agricole et Rural 12 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Retour aux sources pour l’Assemblée Générale Elitest !

Six années exactement après celle qui marqua la fusion de la coopérative actuelle et après avoir fait le tour de tous les départements de sa zone d’activité, Elitest était de retour en Moselle pour son Assemblée Générale annuelle le 15 décembre dernier au Kinépolis de St Julien les Metz.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La remise des trophées Naisseurs 2015/2016.
La remise des trophées Naisseurs 2015/2016. - © Elitest

Après l’accueil de Damien TIHA, président de la Coopérative, le directeur, Philippe Sibille, fut le premier à prendre la parole pour présenter aux adhérents présents une rétrospective de la campagne 2015/2016 et les perspectives pour la campagne en cours. Ainsi, le cœur de métier de la coopérative - à savoir l’insémination animale bovine - s’est largement développé depuis la campagne 2010/2011 au moment de la fusion. Il y a 6 ans, 228 463 inséminations animales premières (IAP) correspondant au nombre de femelles inséminées, étaient pratiquées contre 237 424 sur la dernière campagne, soit une augmentation de presque 4 % ! Dans le même temps, le rapport technique a mis l’accent sur l’augmentation de la taille moyenne des cheptels pratiquant l’insémination : d’environ 42 IAP par troupeau, le compteur dépasse désormais les 50 IAP, soit une augmentation significative de presque 20 % ! Dans le même temps, il illustre le dynamisme d’Elitest par le développement de services annexes tels les échographies, les palpers, les suivis reproduction, l’utilisation de doses sexées ou encore le génotypage. En plein essor, le service du suivi reproduction, consistant à contrôler la faculté de la mise à l’insémination d’une femelle et constater les gestations, est passé de 10 élevages adhérents en 2010/2011 à plus de 180 pour la dernière campagne. Cet accroissement rapide d’adhérents à ce service illustre bien la volonté de maîtrise des éleveurs et l’envie d’être toujours plus performants sur les différents aspects techniques liés à la reproduction. Dans le même temps, le nombre d’échographies a également fortement augmenté en six ans. Dans un contexte où les cheptels sont de plus en plus importants en taille, chaque détail, chaque aspect technique doit faire l’objet d’un suivi rigoureux, et c’est à ce besoin que répond Elitest par le biais des différents services liés au suivi de la reproduction.

Renouvellement

La gestion du renouvellement est également devenue un enjeu majeur pour les éleveurs et ceux-ci profitent aujourd’hui pleinement de la possibilité de choisir les futures lignées de leurs troupeaux via l’utilisation de la semence sexée femelle pour certains animaux et le recours au croisement en race allaitante pour les femelles laitières les moins intéressantes. Philippe SIBILLE précise d’ailleurs à cette occasion que la fécondance des paillettes sexées était en amélioration depuis plusieurs années. Depuis 2012, un nouvel outil est également à la disposition des éleveurs pour choisir efficacement leurs futures reproductrices : le génotypage. À partir d’un simple prélèvement auriculaire, les adhérents ont la possibilité de Connaître la valeur génétique de leurs femelles et donc, d’être plus efficaces encore dans la maîtrise du renouvellement. Cette technique est en plein essor au sein de la coopérative et les tarifs sont aujourd’hui plus abordables que jamais. L’intérêt économique d’un modèle basé sur l’utilisation du génotypage, de la semence sexée et du croisement au travers d’un exemple d’un troupeau réalisant 100 IAP a été démontré.

Station de donneuses

Autre moment important de cette intervention : la présentation de la réorganisation des infrastructures de la coopérative. Ainsi, la taurellerie d’Épinal a été transformée en une station de donneuses d’embryons, outil stratégique pour la coopérative par le progrès génétique attendu pour le schéma de sélection d’Elitest. L’idée est de faire rentrer les meilleures génisses de la zone dans cette station et d’en prélever des embryons qui seront ensuite reposés dans les différents élevages partenaires. Le site d’Épinal accueille également un Contrôle Individuel Charolais où de jeunes mâles passent des tests dans un bâtiment séparé des femelles avant de commencer la production de semence. La présentation de la station de donneuses d’embryons est aussi l’occasion de rappeler à l’assistance que Elitest dispose désormais de sa propre équipe de Transplantation Embryonnaire.

Des nouvelles de l’Europe

Un nouvel administrateur a été élu suite à l’Assemblée Générale. Il s’agit d’Etienne JACQUOT, éleveur de Meuse, qui remplace au conseil d’administration Luc PEUREUX, de la Meuse également. Après 27 années d’engagement sans faille au sein de la Coopérative de la Meuse puis d’Elitest, ce dernier a en effet souhaité passer la main. Un moment émouvant lors de cette Assemblée pendant lequel Nicolas COUROT a retracé cette carrière d’administrateur.

Suite à cela, la parole fut donnée à M. Arnaud PETIT, directeur de COPA-COGECA (organisme représentant les agriculteurs et les coopératives agricoles au niveau européen) qui est intervenu sur le thème « Perspectives de l’élevage bovin en Europe ». Après avoir rappelé la forte demande mondiale existant actuellement sur les produits animaux et le potentiel de consommation mondiale, l’intervenant a présenté quelques chiffres pour illustrer la place de l’Europe sur le marché des produits animaux. Il est ensuite revenu plus en détail sur la filière laitière, montrant la forte demande mondiale actuelle et à venir et pointant du doigt le paradoxe d’une remontée trop lente des prix payés aux producteurs. L’une des principales causes évoquées pour cette absence de remontée rapide est l’important stock de poudre de lait à l’échelle européen. Enfin, M. PETIT a mis l’accent sur les conséquences d’un possible Brexit sur la PAC avec notamment une baisse attendue du budget : de l’ordre de 2,9 milliards d’euros, le Royaume-Uni étant contributeur net. L’intervention s’est conclue par les principaux messages de COPA-COGECA pour l’année à venir sur la PAC, à savoir : la simplification et une stratégie active pour le commerce international dans un contexte de volatilité des marchés agricoles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui